histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  cha tourne à toute blinte (20/05/2017)
  j y a cru (20/05/2017)
  ah l' bon gout d' la levure (18/05/2017)
  souvenir du vélodrome de La Buissière (16/05/2017)
  Merlimont hors saison 2 (14/05/2017)
  j' fais m' b a (14/05/2017)
  Merlimont hors saison 1 (13/05/2017)
  Merlimont hors saison (10/05/2017)
  barraqu'mint près de la rue de maubeuge (07/05/2017)
  pas comme ché belches (06/05/2017)
  mais commint qui fait ? (02/05/2017)
  1978 drole d' caricature (01/05/2017)
  les élections présidentielles (29/04/2017)
  ch'est pas pour les éfants (28/04/2017)
  rin qu à l odeur (25/04/2017)
  vous zin prindez bin eune tranche (24/04/2017)
  le balto ou le marigny fin (22/04/2017)
  le balto ou le marigny (22/04/2017)
  pour ché polonais (22/04/2017)
  Langue, rollmops et oignons vinaigrés ! (21/04/2017)
  là ch'est pour les sensations fortes (20/04/2017)
  allez in faire minger asteure (19/04/2017)
  au matin (17/04/2017)
  prochaine série (13/04/2017)
  Min pépé à mi (06/04/2017)
  bientôt 3 ans ...... (26/03/2017)
  minloute au bordel (26/03/2017)
  faut ti in rire ou in braire (19/03/2017)
  Liévin, Cérémonie et commémoration du 16 Mars 1957 (17/03/2017)
  la p'tite clef du bonheur ... (09/03/2017)
  yoyo le deglingo (05/03/2017)
  Raymond KOPA (03/03/2017)
  Marinette (28/02/2017)
  j auro pas du aller rouvrir l' portal (26/02/2017)
  ch' mimosa (25/02/2017)
  mystère d' carte postale (22/02/2017)
  min grand onc' chauffeur d'ingénieur (21/02/2017)
  à vélo dins min quartier (20/02/2017)
  le drive 1 (19/02/2017)
  le drive (19/02/2017)
  cordonnier rue Anatole France (18/02/2017)
  le tapioca (17/02/2017)
  tem' rameneras du marché (15/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy fin (14/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy (13/02/2017)
  du pélican à la lessiveusse (12/02/2017)
  du créchon au bas nylon (11/02/2017)
  aut' moyens d' locomotion (10/02/2017)
  carettes d' la rue leverrier (09/02/2017)
  à l arriere de l ariane (08/02/2017)
  décés de monsieur Opigez (07/02/2017)
  si cha existe cor ... (04/02/2017)
  France 2 l'épopée des gueules noires (02/02/2017)
  cocorichti (30/01/2017)
  cuisine - du guinsse (30/01/2017)
  jacinthe (25/01/2017)
  sur les routes nationales fin (24/01/2017)
  su les routes nationales partie 2 (23/01/2017)
  décès de Mado Poquet (1) (22/01/2017)
  récitation fin (22/01/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Greyg ( 15/05/2017)
Bonjour à tous, Je ...
 mineur toujours ( 04/03/2017)
l'écomusée de Noyell...
 ch piou ( 20/01/2017)
Je vous écris ces qu...
 d. FREVILLE ( 05/01/2017)
je suis un ancien mi...
 Hervé62155 ( 22/12/2016)
Joyeux Noël et bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
reflexions de Jacques Janquin sur le percement des veines
par minloute le, 01/01/2016  

QUESTION DE MINLOUTE
on parle de veine mince, de gisement truffé de failles…..
Pour déterminer l emplacement d un puits d extraction on fait des forages, une fois l emplacement déterminé, l’exploitation commencé, je suppose qu on creuse où se trouve le charbon

puis à un moment la veine peut se tarir rapidement , que fait on alors ? on fait des recherches dans plusieurs directions ?

comment peut on etre sur qu il y a du charbon dans telle direction et dans tel angle, je suppose que c est le travail du géométre

Mais quels élements lui faisait plutôt faire creuser par ici ou par là ?

comment se présentait aussi le grisou , était il « stocké » dans une poche d’air ou est il présent à certains endroits dans le charbon meme ?

REPONSE DE JACQUES JANQUIN

Comme tu dis les emplacements de puits sont certainement bien déterminés par des sondages effectués du jour,et cela détermine avec le carottage et les géologues (ouais cor eux) la nature des cailloux,les veines ect......

En foncant les puits,on rencontre de tout comme j'avais dit précédemment,et même des venues d'eau,des endroits il a fallu même faire des cuvelages spéciaux selon la nature des terrains

.Le creusement des voies sur les côtés des puits ne se fait pas en pleine veine,plutôt dans la roches dures,mais les géomètres savent dans quel direction il faut aller,d'après le résultat des sondages,et comme on ne peut pas exploiter trop près des puits,sinon ces puits bougeraient trop par la pression des terrains

.Donc les bowettes sont assez longues,et quand on trouve la veine,on creuse une voie,et plusieurs par la suite,puis les tracages et ainsi de suite les chantiers d'exploitation des veines différentes.

Les éléments donnant la direction à creuser était fait avec les géomètres ,direction avec le théodolite et tout el fourbi qui va avec..

Le grisou..
.Bonne question.
Non ce grisou est emprisonné dans les particules du charbon,comme le pétrôle dans les particules de roche,et donc avec l'exploitation des veines,plus on exploite de charbon plus il y en a

.Dans les temps anciens,les mineurs avaient des lampes à huile à feu nu,tu me diras y avait rien d'autre,mais comme le volume de charbon était minime par rapport à l'exploitation intensifiée le volume de grisou était donc moindre.

Par contre,heureusement que par la suite il y a eu les lampes benzine de sécurité,car la c'était la cata tous les jours,puis vint les têtes détectrices de grisou reliées directement au télévigile au jour,qui lui pouvait couper l'alimentation électrique des quartiers directement,là était le modernisme...

Pour ce qui est du pétrôle,c'est autre chose,on fait des forations avec comme support des gros tubes et les derricks,et là aussi il y a un carottage d'effectué
de par ces carottages ,car là c'est un peu à l'aveuglette et la nature des terrains à 2,3 4.000m, jailli en 1er des sources d'eau chaudes à 50 voire 70°,puis par la suite atteindre la roche poreuse où sont emprisonnées les nappes de pétrôle.

J'en parle,parceque en 1959,je suis allé visité les puits de pétrole à Hassi Messaoud, grace à Philippe ou Maurice Herzog je sais plus,mais je chercherai après ma carte d'invitation que j'ai encore
,NOus étions une floppée de jeunes francais de toutes régions,le rendez vous était donné à tous au Bourget et là nous sommes partis en avions,moi j'étais dans un Bréguet 2 ponts,et les autres dans un Atlas,des vieux coucous de l'armée,cela jusquà Alger
,puis le lendemain jusque Ouargla au Sahara,puis en camion militaire voir le travail dans ces puits de pétrole.
Il faisait 60° au soleil,les gars travaillaient en slip,moi j'ai bu en une journée sur place ce je buvais chez nous en 1 semaine.
On a dormi sur des lits de camps à la belle étoile,par contre la nuit a été très fraiche,et le lendemain reparti sur Alger,Paris,et retour à Bruay.

J'en a fait des voyages de toutes natures dans ma vie,et cela ne s'oublie pas.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 22 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |