histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
pélerinage en Artois, les polonais partie1
par bourdonb le, 14/11/2005  

Regagnons la RN 37. A la sortie de Neuville Saint ¬Vaast, la route monte légèrement. Et, d'un seul coup, en haut de la côte, dans la plaine, un monument de part et d'autre de la route.

Le premier, à droite, une croix sur un piédestal formant un tout massif, blanc. Incrustée dans la croix, une plaque de métal couleur de bronze d'où se détachent le Christ et une femme, tous deux les bras en croix, les mains se rejoignant. Un Christ tout auréolé de sa résurrection ; une femme aux longues nattes, portant sur la tête une couronne d'épines, morte. Le Christ s'élève vers le ciel, emmenant dans son ascension la Pologne crucifiée. Symbole de sa résurrection ?

En dessous de la croix, un aigle. Et quelques mots écrits en lettres rouges
ZA NASZA WOLNOSC I WASZA
Pour notre liberté et la vôtre
Sur le côté droit du monument, une inscription
« A la mémoire des volontaires polonais qui le 9 mai 1915
se sont portés à l'assaut de la côte 140 et sont tombés
pour la résurrection de la Pologne
et la victoire de la France.>>

Pour la résurrection de la Pologne ! La Pologne, effacée de la carte de l'Europe par trois partages en 1772 - 1793 et 1795, à demi ressuscitée par Napoléon sous la forme du Grand - Duché de Varsovie, fait l'objet d'un nouveau partage lors du Congrès de Vienne (1814-1815) entre la Russie (les 6/7 de l'ancienne Pologne, avec Varsovie), la Prusse (régions de Posen et de Bromberg) et l'Autriche - Hongrie (Galicie et Lodomérie auxquelles est ajoutée en 1847 Cracovie demeurée jusque-là République indépendante).

« Pour notre liberté ! ». En Russie et en Prusse notamment, les Polonais sont soumis à un régime d'oppression et de terreur : suppression de toute liberté, de la langue polonaise dans l'administration, expropriation des compagnies et usines polonaises en Russie ; interdiction de la langue polonaise à l'Eglise et à l'école en Prusse ; lutte contre le catholicisme dans les deux pays.

Mais la nationalité, polonaise demeure très vivace (race, langue, littérature, coutumes, religions) ; elle ne cesse d'aspirer à recouvrer l'indépendance nationale, profitant de chaque mouvement libéral en Europe (1830-1848) pour tenter de s'insurger contre ses dominateurs.

L'invasion allemande en France, c'est l'occasion pour de nombreux émigrés polonais de s'engager dans l'armée française. D'où viennent-ils? De la Pologne occupée, de différents coins de France (Toulouse, Marseille, et notamment des régions minières du Nord), de pays d'Amérique (Etats-Unis, Argentine, Brésil). La majorité, sont dispersés dans des régiments constitués de volontaires d'autres pays.

Deux compagnies presque exclusivement nationales ont pu néanmoins être formées à Bayonne et à Rueil. Comme les soldats français, ils portent l'uniforme bleu horizon ; ils sont cependant reconnaissables à leur coiffure : un bonnet carré, la czapka.

La compagnie de Bayonne participe à la grande offen¬sive en Artois du 9 mai 1915. Au signal d'attaque, elle enlève trois lignes de tranchées ennemies, se cramponne à la quatrième. Le colonel Pein, le commandant Noiret, « Père » des Polonais, sont tués. La compagnie est décimée. Sur un mur auprès duquel il est tombé, l'un des combattants écrit avec un doigt qu'il trempe dans son sang une phrase inachevée : « Vive la France et la Polog ... ».

Au lendemain de la bataille, le général commandant le corps fait sortir des rangs les rares survivants de la compagnie, et fait défiler devant eux toutes ses troupes.

La conduite de ces premiers combattants polonais vaut à la compagnie cette citation
« Unité de premier ordre, dont le dévouement et l'es¬prit de sacrifice se sont particulièrement affirmés le 9 mai 1915, où, placés en tête de la colonne d'attaque des « Ouvrages blancs », elle s'est brillamment emparée des positions ennemies opiniâtrement défendues ; ne s'est arrêtée qu'après avoir atteint ses objectifs, malgré des pertes très lourdes ».

En Russie, dès les premiers jours de la guerre, le tsar promet de reconstituer le royaume de Pologne. Une Légion polonaise est créée : les soldats porteront le même uniforme que leurs ancêtres, les drapeaux seront aux armes et aux couleurs de la Pologne, la langue polonaise sera substituée à la langue russe.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |