histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les étrennaches 2ième partie : chés sous
par berlens78 le, 06/01/2019  

Ah ouais, chés étrinnes chétot surtout pour chés sous et jé n’ai minme pas parlé !

Min grand-père, y donnot un billet à chés jaunes pis des enveloppes à chés parints avec leu nom marqué d’sus ; y d’mandot à s’fille d’aller quère élle fameusse boite in fer du qu’y avot chez sous d’dins ; pis y faijot l’distribution comme un maite d’école. Y fallot dire merci pépère pis li faire eune grosse baisse. Y donnot ch’billet in fronchant les sourcils et in dijant d’y faire attintion, que chétot pas pour acater des chucades mais pour économiser.

Mes grands tantes, in les appelot aussi des matantes, chétot l’bonté minme ; alles n’avotent pas gramint d’sous mais gramint d’éfants pis d’pétits éfants. Alors là, chétot putot eune pièche qu’un billet. Ch’cérémonial y étot différint ; alles donotent chés étrennes quand in leur dijot à ‘rvoir.
Y n’a qui glichotent quéque causse dins l’poke éd tin mantiau in dijant à t’n’orelle qui fallot pas le dire. Des autes qui te l’mettotent dins t’main avec un tiot sourire in coin « tiens min garchon, chés tes étreinnes, ch’est pour ti tout seu ; faut pas l’dire à perchonne, hein !! ».
Pis des autes qui donnotent rien ou juste eune pièche éd 100 francs (après 1960 chétot d’vénu un nouveau franc mais y n’a qui parlotent core in anciens francs) passe qu’alles zétotes pas riches ; chés matantes là in restot moins longtimps ; souvint y’avot pas gramint d’lumière dins l’pièche et y faijot frod.

Quand in rintrot au soir à l’autobus, in armuot chés pièches dins nous pokes et in s’sintot riches. A l’maison, j’notos combien qu’chacun y avot donné pis j’comparos à ce que j’avos écrit dins min cahier d’comptes l’année d’avint ; chétot souvint parelle. Chés tarifs, chétot à peu près cha :
Chés pépères pis chés mémères : un ou deux billet(s) d’10 NF
Chés matantes pis chés mononques : eune pièce éd 5 NF, des fos un billet d’10 pour chés pus riches (ou chés moins radins, chétot pas toudis les minmes…)
Chés cousins dé m’mère : intre 1 et 5 NF
Em’ maraine : un billet d’50 NF (« alle est folle » qu’alle dijot m’mère, « alle a déjà pas gramint d’sous avec és’n’homme qui est invalide ! » ; j’avos un tiot peu honte)
Chés amis : des fos eune pièche, des fos rin

Avec tout l’famille qu’in avot, in arrivot à ramasser plus d’150 NF qu’in mettot après su ch’livret d’caisse d’éparnne ; chétot des sous pour pus tard.

Chés étrennaches, chétot pas qu’des sous ; in avot plaiji à visiter tout l’famille comme cha eune fos par an, à acouter chés histoires des uns pis des zautes, à vire des nouvelle tiêtes. In restot assis bien saches et in acoutot chés grands. Des fos y’avot des disputes mais chétot rare ; chétot plutôt in fin d’après midi quand qu’y n’avot qui zétotent inguinsses.

Chés étrennaches chétot aussi d’raviser des gins qui vivotent pas à la ville dins des corons, des gins qui vivotent à la campagne, dins chés camps ; y n’avot gramint qui avotent des sinces ; avec des bêtes, des vaques pis des pourchiaux, des poules pis des ojons. Souvins in nous donnot des œufs pis du beurre avant d’arpartir.

Chés fermes chétot pas comme à l’maison : chés murs y zétotent in pierre, pas in briques ; chés pièches y zétotent pétites et pis bas d’plafond avec des poutres in bos ; par terre chétot du carrelache qui étot tellemint usé qu’in auro cru qui datot du moyen ache ; chés portes y zétotent in bos épais et y fallot buquer fort quand in arrivot. Des fos fallot traverser l’cour qui étot pleine éd brins d’poules, in marchot sur l’pointe des pieds pour pas salir ses souyers qu’in avot mis du cirache éd’sus avant d’partir. Pis aussi cha sintot l’brin mais chétot bien quand minme.

Chés gins-là, y parlotent éd’ camps, éd’tracteurs, éd’sinces, éd’vaques, éd’pourchiaux,…. Y dijotent des mots qu’in connaichot pas comme « foncier », « remembrement », « hectares »… Y zétotent souvint bien portants avec des joues bien rouges et minme violettes des fos. Y parlotent fort, in tapant su’l’tappe. Enfin chés hommes, passe que chés femmes y zétotent putôt discrètes et pas épaisses, et alles parlotent putôt intre elles à voix basse à coté dé ch’fourniau. Alles restotent jamais longtimps assis à rin faire.

Pour chés là qui zabitotent à Perpète ou qu’in n’avot pas trop quère, in leur invoyot des cartes éd’vœux dins des tiotes inveloppes. Jé m’rappelle que des fos j’allos les mette à la poste et qu’y n’avot un sacré paquet ! Tout l’monde y répondot in donnant chés nouvelles dé s’ famile.

Dins chés temps-là, chétot des vraies familes. Et chés étrennaches, chétot l’moyen d’s’in rinde compte pis d’in êtes fiers. Fiers d’avoir eune si grande famile pis aussi dé s’sintir arconnu d’dins, d’ête quéqu’un. D’ête unis. Y pouvot rien nous arriver.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |