histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2
par berlens78 le, 16/01/2019  

El’ porte dé ch’four, in l’ouvrot pas souvint ; chétot que l’diminche quand que m’mère alle faijot sin rosbif avec chés oignons ; pis des fos l’samedi soir qu’in minjot des patates au four. Cha chétot bon ; in ouvrot chés patates in deux dins l’sens dé l’longueur, in y étalot eune cuillère à café d’beurre, in attindot qu’cha fonte pis in l’minjot à l’pétite cuiller ; chétot pas si simppe passe que fallot laicher ch’beurre s’écouler dins l’fond délle patate pour qu’y in reste jusqu’au bout (bon des fos, in n’ armettot eune tiote cuillère…). In minjot cha avec du paté d’lieffe ou ben d’lapin pis un cornichon.

El’ porte à zaffaires, chétot ch’fourre tout ; d’dins y faijot tiède et j’cros m’ rappeler qu’in y mettot nos pantouffes qu’in intiquot nos pieds d’dins avant d’aller s’coucher.

Des fos, au matin, alle étot éteinte passe qu’in n’avot pas mis assez d’carbon avant d’aller s’coucher. Alors y fallot l’ rallumer. In mettot du papier journal au fond pis par au d’sus du bos qu’j’allos quère à l’caffe. In rajoutot eune paire éd’ gayettes pis in craquot eune allumette qu’in glichot duchemint par élle pétite porte éd’ devant pou allumer ch’bout d’ journal qui dépassot.
In l’ léchot ouverte un momint pour faire un appel d’air, pis des fos aussi l’porte dé ch’bac à chinnes. Ch’fu y s’rallumot et in armettot chés anneaux in fonte au fur et à mesure avec éch’tijon pis ch’ pétit couverque à la fin.

L’hiver, ch’four y servot plus souvint passe qu’in y mettot chés briques à cauffer. In étot 4 garchons et y’avot au moins 4 briques. L’soir, in montot s’coucher chacun avec s’ brique sous l’bras armuchée dins du papier journal. In dormot à quatte dins l’grande champpe.
Y avot 3 champpes in haut : élle champpe à mémère, elle champpe éd mes parints qu’y avot eune porte qu’y fermotent quand y zallotent s’coucher, pi note champpe qui étot in haut dé ch’l’escalier.

In avot deux grands lits du qu’in dormot à 2 d’dins. Chacun avec és’ brique. J’dormos avec min deuxinme grand frère qui montot s’coucher pus tard et jé m’rappelle que quand y rintrot dins ch’plumard, y m’poussot pour prinde ém’plache passe qu’alle étot caude à cause délle brique ; pis y mettot ses pieds su m’brique à mi alors j’gueulos pis li y rigolot alors cha m’énervot ; des fos in s’battot et mes parints y zouvrotent élle porte in bas dé ch’l’escalier pis m’mère alle criot « ché bétot fini tout zautes ? Té va vire si j’monte ! » mais souvint in continuot passe que min frère y’étot taquin. Alors là chétot min père qui v’not à l’porte d’escalier et y dijot « si j’monte, cha va ête élle cheinture ». Cha cha nous calmot.

Pour én ‘arvénir à l’cuisinère, chétot l’soleil d’élle maison ; ché grâce à elle qu’in minjot caud, pis qu’in n’avot pas frod. L’cuisine alle étot pas grande mais in vivot à 6 d’dins passe que l’cuisinière alle étot dins l’pièche là.

Tout gravitot autour d’elle comme chés planètes autour du soleil : ch’ l’évier jusse à côté qu’in avot qu’à s’artourner pour attraper l’iau caude dins l’bouilloire ; l’ tappe in formica appuyée conte éch’ mur, dû que j’ faijot mes d’voirs in rintrant d’l’école, pis qu’in déplachot au miyeu dé l’ cuisine, in tirant chés rallonches et in s’asseyot tout autour à 6 pour minger à midi pis au soir ; in n’avot qu’à allonger sin bras pour prinde ch’faitout ou l’paielle sans minme s’arléver dé s’cayelle .

L’porte dé ch’four du qu’in posot ses pieds tout frèques quand in avot jué à l’neiche dins l’cour ; élle corde à linche accrochée par au d’sus du que m’mère alle méttot séquir sin linche quand y pleuvot dins l’cour ; l’pétite cayelle in formica à côté dins un coin du que j’lijot in pyjama avant d’aller m’coucher ; élle porte dé l’caffe juste à coté pour deschinte quère du carbon ; chés cayelles l’long dé ch’mur pis autour dé l’tappe (i n’avot 7 !) dû qu’ chés gins qu’in archuvot y vénotent s’assirent , avec ch’ café toudis au caud sur un coin délle plaque.

Comme él solel, chétot éternel, cha pouvot pas quère in panne ; élle seule panne qu’y pouvot arriver, chétot l’panne éd’carbon mais cha cha risquot pas passe qu’y n’avot toudis plein l’caffe.
Chétot p’tête cha qu’in appelot « un foyer ».

2 photos trouvées such’ weppe pour donner eune idée d’quoi cha arsennot


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |