histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)
  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2
par berlens78 le, 16/01/2019  

El’ porte dé ch’four, in l’ouvrot pas souvint ; chétot que l’diminche quand que m’mère alle faijot sin rosbif avec chés oignons ; pis des fos l’samedi soir qu’in minjot des patates au four. Cha chétot bon ; in ouvrot chés patates in deux dins l’sens dé l’longueur, in y étalot eune cuillère à café d’beurre, in attindot qu’cha fonte pis in l’minjot à l’pétite cuiller ; chétot pas si simppe passe que fallot laicher ch’beurre s’écouler dins l’fond délle patate pour qu’y in reste jusqu’au bout (bon des fos, in n’ armettot eune tiote cuillère…). In minjot cha avec du paté d’lieffe ou ben d’lapin pis un cornichon.

El’ porte à zaffaires, chétot ch’fourre tout ; d’dins y faijot tiède et j’cros m’ rappeler qu’in y mettot nos pantouffes qu’in intiquot nos pieds d’dins avant d’aller s’coucher.

Des fos, au matin, alle étot éteinte passe qu’in n’avot pas mis assez d’carbon avant d’aller s’coucher. Alors y fallot l’ rallumer. In mettot du papier journal au fond pis par au d’sus du bos qu’j’allos quère à l’caffe. In rajoutot eune paire éd’ gayettes pis in craquot eune allumette qu’in glichot duchemint par élle pétite porte éd’ devant pou allumer ch’bout d’ journal qui dépassot.
In l’ léchot ouverte un momint pour faire un appel d’air, pis des fos aussi l’porte dé ch’bac à chinnes. Ch’fu y s’rallumot et in armettot chés anneaux in fonte au fur et à mesure avec éch’tijon pis ch’ pétit couverque à la fin.

L’hiver, ch’four y servot plus souvint passe qu’in y mettot chés briques à cauffer. In étot 4 garchons et y’avot au moins 4 briques. L’soir, in montot s’coucher chacun avec s’ brique sous l’bras armuchée dins du papier journal. In dormot à quatte dins l’grande champpe.
Y avot 3 champpes in haut : élle champpe à mémère, elle champpe éd mes parints qu’y avot eune porte qu’y fermotent quand y zallotent s’coucher, pi note champpe qui étot in haut dé ch’l’escalier.

In avot deux grands lits du qu’in dormot à 2 d’dins. Chacun avec és’ brique. J’dormos avec min deuxinme grand frère qui montot s’coucher pus tard et jé m’rappelle que quand y rintrot dins ch’plumard, y m’poussot pour prinde ém’plache passe qu’alle étot caude à cause délle brique ; pis y mettot ses pieds su m’brique à mi alors j’gueulos pis li y rigolot alors cha m’énervot ; des fos in s’battot et mes parints y zouvrotent élle porte in bas dé ch’l’escalier pis m’mère alle criot « ché bétot fini tout zautes ? Té va vire si j’monte ! » mais souvint in continuot passe que min frère y’étot taquin. Alors là chétot min père qui v’not à l’porte d’escalier et y dijot « si j’monte, cha va ête élle cheinture ». Cha cha nous calmot.

Pour én ‘arvénir à l’cuisinère, chétot l’soleil d’élle maison ; ché grâce à elle qu’in minjot caud, pis qu’in n’avot pas frod. L’cuisine alle étot pas grande mais in vivot à 6 d’dins passe que l’cuisinière alle étot dins l’pièche là.

Tout gravitot autour d’elle comme chés planètes autour du soleil : ch’ l’évier jusse à côté qu’in avot qu’à s’artourner pour attraper l’iau caude dins l’bouilloire ; l’ tappe in formica appuyée conte éch’ mur, dû que j’ faijot mes d’voirs in rintrant d’l’école, pis qu’in déplachot au miyeu dé l’ cuisine, in tirant chés rallonches et in s’asseyot tout autour à 6 pour minger à midi pis au soir ; in n’avot qu’à allonger sin bras pour prinde ch’faitout ou l’paielle sans minme s’arléver dé s’cayelle .

L’porte dé ch’four du qu’in posot ses pieds tout frèques quand in avot jué à l’neiche dins l’cour ; élle corde à linche accrochée par au d’sus du que m’mère alle méttot séquir sin linche quand y pleuvot dins l’cour ; l’pétite cayelle in formica à côté dins un coin du que j’lijot in pyjama avant d’aller m’coucher ; élle porte dé l’caffe juste à coté pour deschinte quère du carbon ; chés cayelles l’long dé ch’mur pis autour dé l’tappe (i n’avot 7 !) dû qu’ chés gins qu’in archuvot y vénotent s’assirent , avec ch’ café toudis au caud sur un coin délle plaque.

Comme él solel, chétot éternel, cha pouvot pas quère in panne ; élle seule panne qu’y pouvot arriver, chétot l’panne éd’carbon mais cha cha risquot pas passe qu’y n’avot toudis plein l’caffe.
Chétot p’tête cha qu’in appelot « un foyer ».

2 photos trouvées such’ weppe pour donner eune idée d’quoi cha arsennot


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |