histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)
  Ém MÈRE 2ième partie (04/06/2019)
  L'Étoile d'Amour (02/06/2019)
  Ém MÈRE – 1ère partie (02/06/2019)
  UN GRAND GARDIN – 2ième partie (25/05/2019)
  le bouquet de persil de Maman (25/05/2019)
  le nom de la rose (22/05/2019)
  sur le site et sur Facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D'ÉTUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes)
par berlens78 le, 01/02/2019  

Mi, l’candeleur, cha m’dit pas grand cosse ; jé m’rappelle surtout d’mardi gras ; ch’jourlà, in s’déguijot pour aller à l’école ; l’midi in rintrot minger et in veillot such ’coin dé ch’ fu eune sorte éd grand saladier avec eune loque au d’sus. Ch’étot l’pate à crêpes qu’ ém’ mère alle avot préparé ; et cha voulot dire qu’in allot minger des crêpes au soir.

J’allos acater dél levure à l’boulangerie Casteele qui étot pas loin dins l’rue Alfred Leroy, in face du 4. Chétot dél vraie levure, que l’boulangère al m’invloppot dins un tio paquet ; ch’étot pas cor dél levure alsacienne. Chelle lalle, alle étot dure et molle in minme temps, collante et pis cassante, et alle sintot l’frais, alle sintot bon ; mais y fallot pas l’laicher à l’air.
Chétot précieux passe que ch’étot ch’machin là qui allot faire monter l’pate à crêpes. J’mettos ch’paquet dins m’poque et pis j’rintrot in courant.

Em’ mère alle mettot pas l’levure tout de suite dins l’pâte ; alle la metto in temps et in heure pour qu’cha seuche prêt au soir quand in rintrot d’l’école. Ale avot l’science infusse. Si in mettot l’fameusse levure trop d’bonne heure, chélle pâte alle in profitot pour s’sauver such fu avant qu’in rinte au soir. Et si in l’mettot trop tard, alle lévot pas assez.

J’cros qu’éch jour là in n’allot pas à l’étude au soir ; in juot dins l’cour d’l’école Pasteur avec nos déguisemints pi in rintrot avec nos mères qu’y étotent v’nues nous quère à l’sortie d’l’école. In féjot l’sinche tout l’long dé l’route.

In rintrant in allot direct à l’cuisine vire él’ pate à crêpes, pour raviser si alle avot bien travaillé ; in soulevot un coin déch’ linge pour arluquer. In trouvot qu’éch niveau y’ avot déjà bien monté mais in n’y connaichot rien ; y’ avo qu’ém mère qui savot l’bon momint. Pi m’grand’mère aussi.

M’grand-mère, ch’étot Mémère ; alle habitot avec nous d’pis toudis. S’n’homme y’étot parti d’pis longtin ; j’cros qu’y étot mort grammint d’années après l’guerre 14 à cause d’un éclat d’obus qu’y étot resté dins sin vinte. Mémère, alle avot s’pièche à elle : quand in rintrot à l’maison, y avot l’grande pièche (qu’in n’appelot pas cor « salon ») et qu’in traversot pour aller dins l’cuisine du qu’in vivot à 6 (min père, ém’mère pis mes 3 frères).
Et donc in rintrant, y’avot eune pièche sur la droite, avec eune porte et ch’étot là qu’mémère alle habitot ; alle y avot sin lit, sin fourniau, s’table avec 2 ou 3 cayelles et pis ch’l’armoire à chuques.

Alle étot discrète mémère ; ch’étot l’mère d’ém’ mère. Et alle ténot toudis avec. Alle dijot rien mais quand min père y gueulot, ém’mère alle allot toudi s’réfugier dins l’ piècheàmémère ; des fos alle y restot tout l’après-midi. Min père y avo pas l’dro d’y aller ; ch’étot l’ piècheàmémère ; chétot sacré.

Pour én’ n’arvénir à chés crêpes, chés deux femmes y s’partageotent ch’traval : ém ‘mère alle faijot chés crèpes dins l’cuisine avec ses garchons (min père y’étot dins ch’gardin ou dins l’remise in train d’bricoler) ; et Mémère, qu’y avot aussi un fourniau dins s’pièche, alle féjot des gauffes.
Au début ch’étot des tiotes gauffrettes qu’alle féjot cuire dins sin four ; pis après, c’hétot des vraies gauffes qu’allé féjot avec un gauffrier tout noir qu’y avot des longues pognées.

Alle l’ouvrot in deux et alle versot l’pate su un coté pis al’ arfermot ch’ l’engin. Alle artirot eune ou 2 rondelles déch’ poale, et alle mettot ch’gauffrier à plein fu, in ténant chés 2 pognées serrées ; pi au bout d’un « certain temps » (comme y dijot Fernand Raynaud), alle l’artournot.
Alle aussi, alle devot avoir él science infusse pour savoir quand qu’chétot cuit parce qu’ in véyot rien à travers. Pis alle posot ch’gauffrier sur un coin déch’ fourniau, alle armettot ses rondelles such’ fu avec sin tijonnier, et alle ouvrot ch’bazar : alle démoulot l’gauffe toute dorée avec sin coutiau in découpant chés bords qu’y avotent débordé d’tout partout.

Alle nous in donnot chacun not tour, toutes caudes et in les minjot in mettant du chuque ou dél castonate éd‘ dsus. Ch’étot craquant au début pis cha fondot dins s’bouque. Si min tiot frère y étot à côté d’mi, ch’féjot sennant éd’ souffler su’l gauffe pour l’arfoidir mais ch’étot surtout pour l’y invoyer du chuque dins s’guiffe….

Pendant ch’timps là, ém mère alle cuijot chés crèpes dins l’cuisine. Jé m’rappelle dél pièche de un franc qu’y fallot ténir dins s’main gauche in lançant l’ première crèpe in l’air dé s’main droite. Chétot périlleux ; au début quand j’étot cor tiot, mes grands frères y restotent à g’noux à coté d’mi pour rattraper chélle crêpe avec des paielles si j’ratot min coup.

Em mère alle les faijot cuire 2 par 2, avec 2 paielles (des fos trois !) et cha chomot pas. Pendant qu’él première alle crépitot such’fu, alle préparot l’deuziinme paielle in étalant d’sus dél ‘huile avec un morciau d’cellophane qu’y absorbot pas pis alle versot eune louche éd pâte in tournant l’paielle pour que tout ch’fond y sot bien armuché. Après alle la mettot such fu et alle artournot l’aute (ou alle nous l’donnot à faire).
Ech tien, y’étot toudis dins les paraches in d’sous dél tappe des fos qu’un morciau y s’rot queu par terre ; surtout quand ch’étot mi qu’y étot à la maneuffe… li aussi y’avot la science infusse…

Chés crèpes, in les minjot au fur à mesure, in variant les plaijis : él première, ch’étot toudis avec du chuque ; él deuxiinme, in mettot dél’ castonate ; pis les suivantes dél’ confiture.

Em ‘mère, alle in féjot pour un régimint ; mais elle, alle in minjot pas gramin ; sin plaijis, ch’étot d’nous vire contint. Chelles qu’in n’avot pas eu l’temps d’minger y s’impilotent sur eune assiette au coin déch’fu. In les minjot l’lendemain matin pour déjeuner (in les faijot récauffer dins eune poale avec du beurre, ch’étot cor meilleu parce que cha croustillot) ; pis des fos, si y in restot, alle féjot des fichelles picartes avec .

Après tout cha, él’ cuisine, ch’étot eune vraie épardrie : y’avot du chuque partout, dél confiture, dél farine. J’cros que ch’soir là, avec mes frères in faijot l’ vaisselle pi in lavot par terre passe que m’mère alle étot quand minme un tio peu mate et in l’laichot s’arposer dins sin fauteul.


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 2 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |