histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  sur le site et sur facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D ETUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)
  EUNN VIE D TCHIEN (12/04/2019)
  Au MONT NOIR avec mes parints (suite et fin) (08/04/2019)
  Un diminche au MONT NOIR à LUNA PARC (06/04/2019)
  Marie-Louisse chal gasconneuse (06/04/2019)
  la magie du persil (06/04/2019)
  la nostalgie , c'est plus ce que c était (31/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache (23/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 1ère partie : éll’ pêque (22/03/2019)
  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 3ième partie : La cour de récré (20/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L' PISTACHE (La piscine)
par berlens78 le, 25/04/2019  

Au mois d’ juillet, y faijot tellemint caud qu’im mettot chés rideaux à l’ ferniette dé l’cuisine in plein jour et in fermot l’porte éd’ cour in mettant aussi ch’rideau à carreaux ; cha faijot comme eune ambianche éd’ fin du monte, eune lumière orangée. Tout y étot immobile et silencieux ; minme chés poules alles s’ anichotent les eunes sur les autes dins un coin d’ombe dé ch’ poulailler.

Jé n’sais pas commint qu’in savot qu’y allot faire caud passe que la météo in ch’ temps-là alle faijot les prévisions comme alle pouvot, cha dépindot surtout du bon vouloir dé l’garnoulle d’Albert Simon. Au matin in aérot un tiot peu l’baraque pis m’mère alle tirot chés rideaux dins l’cuisine, pis chés doubles rideaux dins l’salle à minger du diminche. Quoi qu’in pouvot bien faire dé ch’temps là ? In étot au mois d’ juillet, chétot les vacances ; j’auros pu aller juer au foot au stade-parc mais taper dins un ballon in plein solel, chétot risquer l’insolation. Aller travailler dins ch’ camp avec min père, parelle. Y’ avot pas d’ télé, pas d’console vidéo. Alors quoi faire ? Aller à l’pistache bien sûr !

L’ pistache, chétot l’piscine du stade Parc ; j’allos pas à l’ séance éd’ 3 heures passe qu’in mingeot à 1h et m’mère alle avot peur qu’in attrappe eune hydrocution, passe qu’y fallot au moins deux heures après minger avant d’aller dins l’iau. Alors j’allos à chelle éd’ chinq heures.

Quand y faijot caud comme cha, in étot déjà tout frèsques et trimpés avant minme éd’ mette ses pieds dins l’iau. Passe que l’ grille dé l’ piscine alle étot fermée et qu’tout l’ monde y voulot rintrer in premier à cause éd’ chés cabines (que j’in parlerai après). Cha poussot d’tout partout, in étot serrés, étouffés, collés conte élle grille. Tout duchemint, in s’marchant sur les pieds, in s’rapprochot d’ l’intrée du qu’y z’avotent intr’ouverte l’ fameusse grille d’ chinquante chintimètes pour arriver à ch’guichet acater sin billet.

Ch’ guichet, chétot eune ouverture dins ch’mur qu’alle étot assez haute et ch’ caissier qui étot assis d’dins y n’veyot des fos qu’ chés dogts avec elle pièche tindue. Alors y passot s’tiête pour vérifier si ch’tiot jeaunne y’étot pas à genoux et qu’y avot bien drot à eune réduction.

Eune fos passée la caisse, in respirot in grand coup, et in s’ébrouot pour s’rafraîchir et sintir l’air frais qui vénot d’ chés bassins, qu’y sintot l’iau d’javel. Mais in n’étot pas au bout d’ nos peines et l’épreuffe alle étot loin d’ête finie. Passe qu’y fallot cor trouver eune cabine éd’ libbe pour s’déshabiller. Tous chés cabines y zétotent fermées à clef et y’avot que ch’ l’ouvreur qui pouvot les ouvrir pis les arfermer à clef.

Chti qui passot in premier au guichet, y quéyot tout d’suite su’ li qui attindot avec ses clefs au bord dé l’rangée d’cabines. Pis les suivants cha allot cor aussi. Mais après y n’avot qui zallotent éd l’aute côté et qui l’appelotent pour ouvrir chés portes. Et après cha, y pouvot ête n’importe du.

Alors y fallot courir dins ché travées l’ long d’ chés cabines pour in trouver eune éd’ libbe. Pour él savoir, in s’ mettot à 4 pattes pour raviser par in d'sous dé l’porte si in veyot des godasses par terre. Y n’avot qui courottent comme cha à quat’ pattes, des autres qui plongeotent à plat vinte pis des qui glichotent à pieds nus su’ ch’ carrelache cor tout frèque délle séanche d’avant. Quand in veyot pas d’godasses, y fallot trouver un camarade pour garder l'porte et aller courir après ch' l'ouvreur qui avot l'clé pour ouvrir chés portes, ou atteinde qu'y passe. Y arrivot, toudis poursuivi d’eune nuée d’jeaunnes qui courotent après ; y tournot l'clé, in poussot l'porte et ... malheur ! chés godasses y zétotent posées su l'banquette in bos avec chés loques !!! Alors y’ arfermot l’porte in mettant chés godasses par terre et y fallot tout arcommincher du début ! trouver eune cabine vide, cacher après ch'l'ouvreur ....... Des fos, pour gagner du temps in li demandot si y in connaichot pas eune qui s’rot vide mais y voulot pas réponde. In aurot dit qu’y étot sourd-muet. In l’aurot bien « soudoyé » mais in connaichot ni ch’mot là, ni chés pratiques-là …

In veyot tout autour d’ chés bassins chés cabines avec des gosses qui attindotent collés devant chés portes qu’y passe. Chés minutes y passotent et cha devenot compliqué ; y n’avot pus eune seule éd libbe ; alors in cachot un camaratte qu’in connaichot bien, ou minme qu’in connaichot pas trop, pour li demander l’ numéro dé s’cabine et in allot s’déshabiller pis laisser ses affaires éd’ dins. S’armette à cacher après ch’ l’ouvreur pour fermer l’porte à clef. Et si in veyot personne qu’in connaichot, in s’mettot un caleçon in s’ déshabillant sur chés gradins tout autour. Minme si in parlot pas cor trop d’ voleurs à ch’t’époque là, j’avos pas trop quère laisser mes affaires comme cha. Si y’ avot eune grand-mère assis pas loin, in li d’mandot d’ garder nos affaires.

Bon là cha y est, j’sus in maillot, et j’ peux piquer eune tête ! Euh… bin nan, pas cor, passe que l’ piscine alle étot pas cauffée et que l’iau alle étot froide. J’comminchos par mette mes pieds dins ch’ pétit bassin , juqu’à mes genoux. Pis passer au-dessus délle barrière pour rintrer dins ch’ moyen bassin. In allant vers elle passerelle su’ l’ pointe des pieds, j’arrivos à avoir dé l’iau juste au-dsus d’ min maillot. Après cha allot vite, él pus dur y étot fait ; j’ m’ajouquos pour avoir dé l’iau jusqu’à min cou. Y restot cor l’épreuffe d’mouiller mes caveux. Bon allez, in y va, j’passos in d’sous délle passerelle in faijant l’sous marin et j’ m’artrouvos dins ch’ grand bassin.

Ouf, là in étot tranquilles ; tous chés tétards qui n’ savotent pas cor nager y s’y risquotent pas passe qu’in n’avot pas pied. J’ pouvos y aller, faire des longueurs, m’ébrouer tout seux au miyeu dé ch’ bassin, in gardant quand minme un oeulle au ciel pour pas m’ prinde sur min dos un acrobate qu’y aurot sauté dé ch’ grand plongeoir.

Ch’ grand plongeoir. Vu d’in bas cha paraichot facile alors eune fos j’y étos monté avec l’idée d’sauter d’là ; j’ m’étos avanché sur elle planque in bos jusqu’au bord et j’avos jété un oeulle ; mais seulemint un oeulle passe que j’avos préféré ardéchinde par chés escliers putot qu’ par élle voie des airs …

Y avot aussi un solarium. J’y s’ros bien monté vire in haut d’ chés escaliers quoi qu’ chétot que cha. In pouvot vire des filles in bikini qui zétotent allongées sur des serviettes, qu’alles zallotent pas dins l’iau. Alors j’ croyos qu’ chétot un truc à part, qu’y fallot payer, comme chés tennis au stade parc, et j’ n’ai jamais osé aller vire.

Ché séances, y durotent deux heures mais intre l’attinte à l’grille, et l’ temps pour trouver eune cabine pis s’ mette à l’iau, y restot pas grand cosse ; d’autant que ch’ maite nageur y sifflot souvint eune demi-heure avant la fin pour nous faire sortir d’ chés bassins. In prenot eune douche et l’poursuite dé ch’ l’ouvreur alle arcomminchot. « Moi m’sieur ! moi m’sieur », cha piaillot à qui mieux mieux. Et l’aute qui étot sûremint définitivemint sourd muet, y n’ n’avot rien à faire. Y tournot à droite , à gauche , y’avanchot comme un automate et des fos qu’ y étot presque arrivé à l’porte du qu’in attindot, y faijot demi-tour et y arpartot dins l’aute sens. Alors y fallot atteinde qu’ y arpasse.

A la fin y fallot s’dépécher parce que dins tout cha, l’ séance d’après alle allot commincher et y fallot qu’tout l’monde y seuche sorti. Cha sifflot tout partout dins chés couloirs, cha courot ; y n’a qui zoubliotent des loques sur chés gradins.

In sortant d’là, par élle pétite porte qui donnot sur chés garaches éd’ l’école Pasteur, j’étos quand minme bien rafraichi, mais pas cor assez. Alors j’ allos jusqu’à l’intrée du Stade Parc du qu’y avot ch’ marchand d’glaches et j’acatos eune glache dins un cornet à deux boules. Quand j’avos assez d’sous, j’demandos eune trois boules. Y’avot qu’ trois parfums : vanille, fraisse et chocolat. L’glache, alle étot dins des tiotes cuvettes in alu fermées avec des grands couverques. Quand y les ouvrot, y’ avot délle finquère qui sortot et y appuyot fort avec esse roulette à glache pour faire chés boules pis les intiquer su’ ch’ cornet, qui étot pas deux fos trop solide et des fos y s’cassot in deux. Alors y jétot chés morciaux dins l’poubelle et y n’arfaijot un aute.

J’rintros à m’maison duchemint in suchant m’glache d’eune main et in ténant m’serviette avec min caleçon inroulé d’dins, d’laute main. J’étos tout contint, y faijot caud mais j’sintos l’frod délle glache qui rintrot tout partout dins min vinte. J’étos tellemint contint qu’ j’auros bien sifflé « le soleil brille brille brille… » mais j’ n’avos plein m’bouque. Et j’auros pas voulu qu’in m’ prinne pour un nonoche.

Ch’parfum pistache y’ avot pas core été inventé.


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |