histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  sur le site et sur facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D ETUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)
  pour Annie et France (28/04/2019)
  L' PISTACHE (La piscine) (25/04/2019)
  Biêtises d'éfants partie 1/3 (22/04/2019)
  le gouter , ouais mais ch'est pratique (21/04/2019)
  min tien, confirmation .... (20/04/2019)
  hier ch'est déjà bin loin, aujourd hui ch'est déjà demain (20/04/2019)
  Min Tien (19/04/2019)
  Olhain la fin (14/04/2019)
  toudis au bois d' Olhain (13/04/2019)
  changemints au bois d' Ohlain (13/04/2019)
  ch' bos d' Olhain la suite (12/04/2019)
  ch'bos d' Olhain (12/04/2019)
  EUNN VIE D TCHIEN (12/04/2019)
  Au MONT NOIR avec mes parints (suite et fin) (08/04/2019)
  Un diminche au MONT NOIR à LUNA PARC (06/04/2019)
  Marie-Louisse chal gasconneuse (06/04/2019)
  la magie du persil (06/04/2019)
  la nostalgie , c'est plus ce que c était (31/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 2ième partie : la plache (23/03/2019)
  UN DIMINCHE A LA MER 1ère partie : éll’ pêque (22/03/2019)
  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 3ième partie : La cour de récré (20/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie)
par berlens78 le, 02/05/2019  

Ah ! chés colonies d’vacances des Houillères !...

Mi j’y ai été tros fos : élle première fos , j’ brayos ; élle deuxiinme, jé n’sais pus ; et l’ troisiinme, jé n’voulos pus arvénir à m’ maison !

L’ première fos, ch’est vrai, jé n’voulos pas y aller ; rien que ch’nom, qu’in aurot dit qu’ chétot in allemagne, cha faijot pinser à STO, déportation… Fitz… Fritz… y’ avot qu’eune lette pour sauter ch’pas … Mais y’avot aussi « James » dins ch’ nom, comme dins l’ canchon « tout va très bien Madame la marquise » qui comminchot par « Allô, allô James ! Quelles nouvelles ? », et cha m’rassurot un tiot peu : j’allos pétête connaîte « la vie d’ château » !...

Mais mi, cha m’intéressot pas ; d’abord, jé n’voulos pas aller in colonie d’vacances, j’étos bien à m’maison, à juer dins l’cour avec min ballon in cuir qu’ j’avos acaté d’occasion amont Boyaval (« boyau » pour chés intimes), pis aller à l’pistache avec mémère l’ diminche après midi. J’ demandos rien, j’voulos rien. Chétot eune idée d’mes parints passe que min grand frère qui faijot l’école normale y’avot décidé d’ête moniteur éd’ colo ; alors y s’étotent dit qu’ cha s’rot bien qu’ j’y va aussi, et qu’y pourrot s’occuper d’mi ….

J’étos jamais parti tout seul comme cha dé m’baraque alors j’étos pas rassuré ; in plus, y’avot pas la mer ni la montanne, chétot la campanne … Des vacances à la la campanne … Quo qu’in peut bien y faire ? Traire chés vaques ? Labourer chés camps ? A cujir, j’auros préféré aller à l’dune aux loups du côté d’Fort Mahon mais in m’a pas donné l’choix.

Fitz-James, chétot eune colonie des Houillères, alors l’autobus y partot dé l’cour du numéro 1 à Bruay ; tout l’route, j’ravisos par elle vitre chés paysages qui défilotent : des camps, pis des camps , pis core des camps à perte éd’ vue. Et j’avos invie d’braire. In plus, y’avot personne qué j’connaichos autour éd’ mi, pas un camaratte, rien, minme pas min frère qui étot parti in auto. Ch’trajet y étot interminabe, et y fallot souvint s’arrêter à cause éd’ cheux qui zétotent malates in autobus et qui zavotent invie d’ dégobiller. Pis chés arrêts pipi. Finalemint chétot pas fort élogné d’Bruay, chétot dins l’Oise, du côté d’ Clermont et y’avot minme pas 200 kilomèttes. Mais in mettot presque eune journée pour y aller !

In s’rapprochant in comminchot à vire des bos, des collines, des forêts. L’ colonie alle étot hébergée dins un catiau des Houillères, ch’ catiau d’fitz James, in plein miyeu d’un bos. In tournot à droite avant Clermont pour rintrer dins un quémin bordé d’arbes qui avot tout juste élle largeur pour laicher passer ch’ bus, pis qui débouchot sur eune grande plache in gravier devant ch’catiau . Un vrai catiau ! Comme cheux qu’y avot sur chés images qu’in avot à l’école primaire. Avec des intrées d’chaque côté pour chés carosses et chés bidets, des grands vases in pierre sans rien d’dins, des grandes ferniettes avec des croisillons, un parc … Y avot déjà deux ou trois zautes autobus qui zétotent arrivés, avec tous chés jeaunnes assis sur leus valisses. Déchinde déch’ bus in orde et in silence, rassaquer s’valisse dé ch’ coffe pis aller s’assir avec é’ zautes par terre. J’ m’in foutos d’ leur catiau, j’voulos rintrer à m’maison, dins min coron. Pus tard, in y arpinchant, cha restera dins m’tête in noir et blanc l’scène-là, comme chés déportés qui zarrivotent à Auschwitz avec leus valisses in carton…

Chétot déjà l’heure du goûter et in avot eu drot au « bébé rose » : du lait frod (beurk !) avec délle grenadine. Pis y’avot eu l’appel, avancher in trainant s’ valisse pour s’mette in rang comme à l’école, in face dé ch’ moniteur. J’cachos après min frère mais y étot avec des pus grands et j’séros pas avec li. Mes parints y m’avotent minti. Eune fos l’compagnie au complet, in étot monté in rang dins chés escaliers pour arriver dins chés dortoirs : des grandes pièches avec des lits in infilade, eune dizaine peut-ête éd’ chaque côté, séparés par des armoires in fer pour ringer ses affaires, et au fond des ferniettes d’pus d’ tois mètes dé haut que jé n’avos jamais vu des parelles.

Ringer ses affaires in vitesse pis aller prinde eune douche … Eune douche ! Cha pouvot faire peur mais bon, heureusemint, in n’étot pas à Auschwitz et l’douche finalemint alle étot pas au programme ; mais cha arsennot quand minme gramint à l’armée : toudis courir, faire silence dins chés rangs, rester d’bout des zheures, faire chi, pas faire cha, … Et l’ sieste obligatoire ! j’ n’avos jamais fait la sieste, jé n’savos minme pas quoi qu’ chétot : rester dins sin lit pendant deux zheures à rien faire, à raviser ch’ plafond … pas l’drot d’lire ni d’parler ni dé s’léver, minme pas pour aller picher … Cha comminchot pas bien.

Et pour finir, l’pompon cha a été au souper : in mingeot dins eune grande salle, un réfectoire ; et y n’y avot à boire que dé l’iau avec du jus d’ chitron dins eune carafe. Dé l’iau, j’in buvos jamais ; à m’maison, j’buvos délle bière Valstar in boutelle d’pis toudis, ptête minme qu’in m’in mettot déjà dins min biberon. Alors j’ai demandé délle bière mais y m’ont ravisé comme si j’étos un sauvache ; du coup j’ai pas mingé.

Au soir dins ch’dortoir, min grand frère y est venu m’vire pour savoir si j’avos b’soin d’quèque cosse. « Délle bière !!! » que j’y ai dit mais y n’a pas voulu m’in donner. Et in plus y m’a dit que j’devos faire comme és’ zautes, boire dé l’iau comme tout l’monde. J’étos in rache ; alors du coup j’ai écrit à m’mère pour li dire d’ m’invoyer un colis avec délle bière passe que min frère y voulot pas m’in donner. Alle l’y a écrit mais y n’a toudis pas voulu, in m’ faijant minme un sermon qu’in étot tous parelles et qu’y avot pas d’favoritisme ….

L’première nuit dins ch’dortoir, y faijot cor clair et j’arrivos pas à dormir tellemint que j’brayos dins m’n’oreiller. J’voulos rintrer à m’maison, rester avec ém’ mère, minger comme j’avos l’habitude pis dormir dins min lit...

Mais l’ lendemain matin, in m’réveillant, y faijot du solelle ; j’avos mes ziux tout rouches et m’n’oreiller y’ étot trimpé. Jé m’sus habillé pour aller prinde min pétit déjeuner ; j’ l’ai vu min grand frère mais j’y ai pas dit bonjour, jé l’connaichos pus ; j’étos tout seul asteure, j’avos pus b’soin d’li, j’avos coupé ch’cordon.

J’allos pouvoir m’faire des camarattes pis commincher à in profiter ….



  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |