histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
UN GRAND GARDIN – 1ère partie
par berlens78 le, 21/05/2019  

Ch’ camp chétot un grand terrain qu’ min père y louot pour pas quère derrière élle perception qui étot in face du stade parc. Pour y arriver, in passot par élle rue Verbecq qu’ chétot eune impasse in ch’ temps là , avec elle since au début qué l’route alle étot toudis arcouverte éd’ bourrelique et au bout cha débouchot sur eune pétite voyette qui arrivot tout drot dins ch’camp. Y’avot pas d’ barrière, chétot intrée libbe ; comme chétot un cul de sac in veyot jamais passer personne. (vire chés 2 photos google)

Chétot un camp et pas un gardin. Mais pas un camp comme y zavotent chés sinciers, in pourrot dire un camp potager. Y faijot bien 100 mètes éd’ long sur 10 éd’ larche. In n’avot pas d’auto (d’toute façon in n’aurot pas pu passer) alors in y allot à vélo ; y n’avot pour chinq minutes. Min père li, y allot avec ésse mobylette et eune pétite cariolle in bos avec des reulles accrochée à sin porte bagache que d’dins y mettot ses outils, chés seminches, ch’ l’ingrais, chés légumes à arpiquer tout cha. Y’ avot pas d’ abri d’ gardin pour laisser tout cha là-bos, alors y fallot bien pinser à tout prinde avant d’ partir. Bon, quand y manquot quéque cosse, j’allos vite fait l’quère à vélo à l’maison ; si chétot un outil genre arbraquette avec un long manche, j’ l’accrochos avec un fil de fer tout l’ long d’ min cade éd vélo in faijant attintion d’pas m’casser la margoulette in tournant dins l’rue Verbecq …

Ch’ camp, chétot l’domaine éd min père ; il y passot ses journées d’arpos pis chés après-midi qu’y étot pas d’service à l’ centrale; à peu près tout l’année passe que y’avot toudis quéque cosse à faire. Jé n’sauros pus dire éch’ calendrier exact d’ chés seminches pis d’ chés récoltes, mais li y savot cha par cœur ; et y n’avot pas b’soin d’raviser dins sin vieux liffe Truffaut « comment on soigne son jardin » édition 1909 qu’ y ténot d’sin père ou p’tête minme éd sin grand père (Ché mi qui n’a hérité dé ch’ liffe-là ; y est cor comme neuf , soigneusemeint arcouvert éd’ papier cellophane marron clair avec du scotch d’avant-guerre !.. ). Chétot pas qu’un passe-temps passe que cha nous donnot à minger tout l’année : des pétotes surtout, des zharicots verts et des pos d’chuques qu’in mettot in conserffe, des oignons, des échalottes, des porions, des carottes qu’in gardot au frais dins l’ caffe ; délle rhubarbe pour faire délle confiture ; des cornichons qu’in faijot aussi des conserffes. Des choux, des salattes, … L’ main d’oeuffe chétot ses garchons mais pas m’mère ; jé m’rappelle pas l’avoir vue souvint dins ch’ camp, sauf des fos qu’alle vénot nous vire à pied avec min tiot frère et m’apporter min goûter. (vire élle photo n° 3)

Dins min souvenir, y pleuvot jamais quand in étot à ch’ camp, y faijot toudis du solel ; ptête des fos un gros zorache, qu’in allot s’abriter tout au fond in d’sous d’ chés arbes qui intourotent la perception. Mais cha durot jamais longtimps. Y pleuvot surtout quand in n’y allot pas, j’pinse, passe qu’in n’arrosot pas souvint non pus ; et pour cosse : y avot pas d’robinet. L’iau , in allot l’quère à ch’ puits d’un vieux polonais qui avot sin gardin in bordure éd’ not camp et qu’min père y s’étot lié d’amitié avec li ; pétête à causse dé l’iau mais j’ voudros pas ête mauvaisse langue. Chétot pas comme asteure qu’in va d’ séqueresses in inondations ; in ch’temps là, in avot un climat « tempéré » (cha voulot dire parfait) et ch’ bon Diu, qui existot cor li aussi à ch’ momint là, y organisot tout pour faire pleuvoir ou faire du solel quand y fallot. Mais des fos y’ oubliot, ou bien y’étot occupé à faire aute cosse ; alors ché là qu’in allot quère dé l’iau à ch’puits dé ch’ polonais avec un arrosoir ; in n’ n’avot qu’un pis aussi un viux séyau qu’in muchot dins un coin. Y’ avot pas cor éd’ tuyau pis cor moins d’robinets dins chés gardins. (vire éllé photo n° 4 maison dé ch' viux polonais in 2008)

Ch’ viux polonais, chétot un brave homme ; j’ai souvenir qu’ des fos qu’y faijot bien caud et qué j’suos à grosses gouttes, y m’ faijot signe pour aller boire eune limonatte dins s’maison. Chétot eune maison d’viux, avec délle tapisserie qui arprésentot des scènes éd’ cache à courre avec des câtiaux, des bidets, des cavaliers in casaques et toques rouche, des cors de chasse et eune malheureusse bête à l’agonie avec ses grands bos couché par terre intouré d’ chés tchiens.. Y faijot pas clair dins s’maison mais in sintot bien l’frais ; y fermot chés ferniettes, in laissant eune ou deux portes ouvertes pour faire courant d’air. Y s’asseyot in face éd’ mi in m’donnant eune palle, eune vraie, qu’y allot quère dins s’cour, à côté d’ses garennes à lapins ; des fos y’avot un noeud au miyeu, l’ limottate alle passot pas, alors y’ allot n’arquère eune aute. Pis min père y’ arrivot li aussi pas longtimps après pour boire un verre éd pinard et j’ les acoutos parler gardin…

In septembe, après 2 mos d’vacances qu’in comminchot à pus trop savoir quoi faire pour occuper ses journées, y’ avot l’préparation dé ch’camp pour l’année d’après : raticher l’parchelle à pétotes qu’in aurot dit un camp d’batalle, artirer chés mauvaisses herbes et chés caillasses ; et quand tout y’ étot à peu près nettoyé, fallot fouir tout cha avec un louchet ou un fourquet à 4 dints. Min père y préférot faire avec sin louchet (qui brillot tellemint qu’in aurot pu croire qu’y étot tout neuf sauf à vire éch’ manche in bos tout usé, qu’y avot sûremint suivi l’ minme quémin qué ch’ liffe Truffaut) , qu’ cha faijot des belles ringées bien droites et régulières ; et mi j’préféros prinde éch’ fourquet passe que cha allot pus vite … Y’avot bien 40 ou 50 mètes éd’ long à fouir et cha prénot eune paire éd’ jours ! In comminchot eune ringée chacun d’un côté et, croyant bien faire, jé m’ dépéchos d’arriver au mitan avant li mais y’ étot jamais contint, j’allos trop vite, ém’ rangée alle étot pas droite, j’avos pas bien artourné chés mottes … D’toute façon avec li, cha allot jamais. Quand tout y’ étot foui, in marchot pas trop d’sus pour pas écraser chés mottes ; l’terre, alle allot pouvoir respirer l’air frais tout l’hiver. Et chés vièrs, y zallotent pouvoir travailler tranquilles pendant six mos.

In fouijant, des fos ch’ trouvos des vielles pièches tout rouyées avec des trous au mitan, et eune fos j’ n’avos trouvé eune avec un aigle impérial côté fache qui datot d’ Napoléon III in 1856 ! (vire chés photos) Comme quoi La Fontaine y’avot raison, y faut cultiver sin gardin , in y trouve des trésors !... j’artrouvos aussi des mappes pis des pétotes qu’in n’avot pas ramassées ; j’ mettos chés pus grosses éd’ côté dins un sac et chés pétites dins un coin in attindant mes frères ; et quand y zarrivotent des fos au soir, in faijot des batalles éd’ pétotes … Ou bien j’tiros avec après chés cornalles avec eune fronde qu’ j’avos fabriquée avec un bout de bos et un morchiau d’élastique à slip.

Après chétot l’automne et l’hiver ; min père i y’ allot tout seul des fos quère des porions, des navets, des carottes pour faire élle soupe. Tout l’hiver in mingeot chés pétotes qui dormotent au frais au fond délle caffe, à côté dé ch’ mont d’carbon. Quand chés jours y comminchotent à rallonger, y fallot déchinde plus souvint pour les dégermer.

Au printemps, chétot l’ reprise ; y’ avot tout à faire : d’abord artirer tout chu qui restot et qu’y avot gélé pendant l’hiver : chés choux, chés porions … eune fos qu’in avot tout arraché et tout brûlé au fond dé ch’camp, y fallot les casser chés mottes, piétiner l’ terre et raticher eune première fos ; pis rouler. In n’avot pas d’rouleau mais ch’polonais y n’avot un et y nous l’ prétot ; y’ étot tout in fer, y pésot eune demie-tonne et in pouvot pas l’porter alors in s’mettot à deux pour él’ saquer comme des bidets. Fallot surtout pas laisser trainer ses pieds in d’sous, in les aurot artrouvés comme des feulles à cigarettes. Quand in avot fini, in roulot aussi sin gardin passe qu’y étot viux et qu’y avot des rhumatisses. Y’ étot contint. Pis nous aussi passe que ch’rouleau y faijot un sacré boulot ; l’terre alle étot bien tassée, cor un tiot coup d’ratiau pour fignoler et après cha in aurot dit chés terrains d’ tennis du stade parc !...


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |