histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIERE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)
  Ém MÈRE 2ième partie (04/06/2019)
  L'Étoile d'Amour (02/06/2019)
  Ém MÈRE – 1ère partie (02/06/2019)
  UN GRAND GARDIN – 2ième partie (25/05/2019)
  le bouquet de persil de Maman (25/05/2019)
  le nom de la rose (22/05/2019)
  sur le site et sur Facebook (21/05/2019)
  UN GRAND GARDIN – 1ère partie (21/05/2019)
  la préparation du gardin (18/05/2019)
  LESSIVE ET ARPASSACHE (17/05/2019)
  le rechauffement climatique (12/05/2019)
  MIN CERTIFICAT D'ÉTUDES (10/05/2019)
  Biêtises d'éfants partie 2/3 (09/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (3ième partie et FIN) (04/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (2ième partie) (03/05/2019)
  IN COLO A FITZ JAMES (1ère partie) (02/05/2019)
  gitane mais maïs (01/05/2019)
  porions facebook (01/05/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LE PASSÉ
par berlens78 le, 01/07/2019  

C’ que j’as quère, sur Histoires de Chtis, ché qu’in peut raconter ses souvenirs à des gins qui zont quère aussi à arpinser à leu jeunesse, leu éfanche. Pas comme cheux-là qui disent qu’y faut aller d’ l’avant, aller tout drot (dins ch’ mur), pas raviser derrière ; que ch’ passé y’ est passé, qu’ ché fini qu’in pourra pas l’faire arvénir. Et pourquoi qu’y faudrot toudis aller d’ l’avant ? Avancher ? mi, j’sus d’vénu comme chés baudets qui n’veulent pus avancher d’un seul coup, quand cha leur prind ; et qu’in a biau leu mette eune carotte devant leur nez qu’ cha n’y cangera rien ; y n’ veut pus avancher et pis ché tout. Y n’ veut pu aller d’ l’avant. S’ n’avenir y sera pas pu biau qu’ sin passé ni qu’ sin présent. Alors pourquoi qu’y faudrot continuer à avincher?

Jé n’sais pas pour vous commint qu’ ch’est mais pour mi, l’avenir éd l’humanité y m’ fait pas rêver. Raviser devant l’ télé chés informations aujourd’hui ché comme chés gins qui faijotent pénitence au moyen âche in s’flagellant pour expier leus péchés. Sauf que nous, qu’in ravisse seulemint l’ télé, in n’a rien fait d’ mau qui mérite cha. D’abord, in n’a rien fait du tout !

Quo qu’jé n’ai à faire d’tous leurs zhistoires ? Des nouvelles du monde ? Des gins qui s’ battent éd pis la nuit des temps ? Des guerres qu’in n’y comprinds rien, des attintats (y sonne pas bien in patois ch’ti là …) dins des pays qu’in n’sait minme pas du qu’ ch’est, des catastrophes, et tous chés saloperies qu’in intind à longueur éd’ journée à z’ informations. Y faut viffe avec sin temps qu’in m’a dit mais mi ch’temps-là y m’ rind malatte. Comme si la mode ch’a s’rot d’mette un capiau tyrolien avec eune maronne à bartelles pis des cauchettes à sonnettes et que j’devros m’promener comme cha pour ête comme é’ zautes. Ben si ch ‘est cha, jé n’veux pas ête comme é’ zautes. J’ préfère garder min viux pantalon pis min pardessus qui est tellemint usé qu’in n’ saurot pu dire d’ que couleur qu’y étot au comminchemint.

J’sus arrivé dins l’ troisième âche, j’ai pas trop invie d’pousser l’porte dé ch’ quatrième que jé n’attins pas grand cosse… Alors j’préfère raviser in arrière pis arpinser à min coron, min gardin, m’ baraque, m’ n’école, mes parints, min tchien. Quand qu’ j’arpinse à tout cha, ché resté tellemint fort dins m’caboche que j’arvis vraimint tout cha dins les années 60 comme si qu’ j’y seros. J’ai pas besoin d’machine à armonter l’ temps ; ch’ bouton , ché mes ziux qu’j’a qu’à seulemint les fermer pour mette élle machine in route.

Dins min passé, j’sus tranquille comme Batisse ; y peut rien m’arriver. J’ai qu’à m’assir, fermer mes ziux et m’ v’là au cinéma. Au Casino ou core miux, au Colisée. Y’a du monde qui barbote dins l’salle d’attente ; Chés grands lustres in cristal y brillent éd’ mille feux sur chés murs tapissés d’velours rouche. Jé m’fais un passache jusqu’à ch’ guichet et j’acate un ticket ; tiens j’vas prinde un balcon l’fos chi. J’ laicheros bien min pardessus dins ch’ vestiaire, qui est devant mi tout éclairé qu’in dirot eune vitrine éd’ magasin ; avec eune belle brune et eune belle blonde in tailleur noir et quémijier blanc à dentelle qui m’ravissent avec un biau sourire. Mais jé n’sais pas combien qu’ cha coûte pis j’vas pas salir leurs belles mains blanques avec mes vielles loques. A moins qué j’ prenne un verre au bar ; y’ a ch’ garchon qui m’ravisse avec sin nœud papillon d’un air avenant … Y’ est trop tard, cha sera pour eune aute fos, ch’ film y va commincher.

J’pousse élle grand porte in cuir à 2 battants et j’ m’artrouffe plongé dins l’noir. Mais heureusemint y’a eune ouvreusse qui m’attind avec s’lampe éd’ poche. Alle éclaire min ticket, pis m’tête. « suivez-moi Monsieur s’il vous plaît ». Alle passe devant mi, alle monte chés escaliers su’ l’ côté, in éclairant chés marches par terre avec ésse lampe et j’ravisse ses belles gamppes avec élle fine couture d’ ses bas qui déchind sur ses cauchures à hauts talons. Alle s’arrête devant l’rangée, éclaire chés gins jusqu’à eune plache libbe ; « 5ième fauteuil à droite ». J’ y dis merci in rougissant mais heureusemint y fait noir, alle peut pas l’vire ; j’demande pardon à chés gins qui s’arlèvent pour m’laicher passer. Cha y est, j’y sus ; ah ! chés grands fauteuls in velours rouche du Colisée ! y sont tellemint larches qu’y faut mette ses deux mains pour rabatte éch’ sièche pis j’ m’affale éd’sus in m’calant bien intre chés grands accoudoirs. Quo qu’in est bien là d’dins ! Ch’est déjà la fin d’ l’entraque ; chés derniers candélabes sur chés côtés y s’éteindent ; Ch’rideau y s’ouffe, et ch’film y va commincher . J’sus au Colisée…

Dins min cinéma, j’ fais cha que j’veux. J’arpasse dix fos l’ minme film, j’arviens in arrière, j’ mélanche tous chés époques. Eune fos j’sus tiot , j’tiens l’main dé m’ mère in ravisant dins l’vitrine dé ch’ magasin d’juets au cercle chés trains électriques JOUEF et chés circuits 24. Eune aute fos, j’sus à Berck au bord éd’ min trou d’sabe in train d’vinde des boules décorées d’ tous les couleurs conte des coquillaches. Pis l’ seconde d’après j’sus à vélo dins ch’bos d’ Lapugnoy in train d’ cacher du muguet. Ché minme miux qu’un vrai film passe que j’ai chés odeurs in plus. L’ lilas d’min gardin, chés œillets, chés pivoines. L’odeur du nougat à l’ducasse. Chelle des gauffes éd’ matante Gustine quand qu’alle ouvrot s’boite in fer devant min nez avec ses airs éd’ conspirateur…

Souvint j’ reste là ch’dernier su ch ‘ balcon ; quand j’ouvre mes ziux, ché lumières y sont rallumées, ch’ rideau y’ est fermé et tout le monde y’ est parti. Minme chés ouvreusses. Jé m’seros indormi ? Alors jé m’lève, jé m’rhabille avec min pardessus, j’artraverse l’grande salle déserte in ravisant chés affiches dé ch’prochain film. J’pousse élle porte vitrée et j’ m’artreuffe su ch’ trottoir, dins eune rue avec des viux pavés tout déglingués, des autos qui font un boucan du diabbe, des baraques in ruine … Ben du qu’alle est l’intrée des nouvelles galeries ? Et l’ bijouterie Tetelin ? Et l’Pâtisserie Thersen ? Du que j’sus, quoi qu’ ch’est l’rue là ? J’sus dins un film du moyen ache ?

Alors jé m’dépèche éd’ rintrer à m’ baraque in ravisant par terre , mais j’ vas pas assez vite. In m’ klaxonne, chés jeaunnes y rigolent, y’ a pus d’ trottoirs, j’ sus sur élle route au milieu d’ chés zautos qui vont à l’porte Nord. J’essaie d’artrouver m’route, j’ cache quéqu’un pou m’ rinseigner, du qu’alle est la bonbonnière, ch’ pressing, l’ librairie Dupont et pis la Max du qu’ j’auros bien été boire eune Walsheim… Mais y’a un potin dins mes zorelles, mes gambes y m’portent pus, j’respire avec ém’ bouque tout grande ouverte comme un pichon su ch’ carrelache qui serot queu d’sin bocal….

Ouvrir ses ziux ; fermer ses ziux. Ouvrir ses ziux pis les laisser tout grands ouverts, cha canche quoi ? In va pas tout seux canger l’destin d’ l’humanité. Quand j’ ravisse l’avenir, jé n’ vos que du mauvais ; alors que quand j’ ravisse min passé, tout y est biau. Minme trop biau des fos ; comme si qu’ j’auros vécu quéques années dins un monde idéal, eune colonie d’ vacances. In n’a jamais d’mauvais souvenir d’eune colonie d’ vacances.

Min passé, y’ est toudis là, à côté d’mi ; calme et tranquille ; comme un lac éd’ montanne dins s’ n’ écrin d’ verdure. Y cangera pus jamais. Chés nuaches, y peuvent bien s’arfléter d’dins ; chés oraches, y peuvent bien essayer dé l’faire sortir éd’ sin lit ; chés montannes y bougeront pas et ch’ lac y’ est pas près d’ête à sec.

Min passé, min présent, ché comme un sablier : cha coule duchemint du haut in bas ; et y’a gramint plus éd’ sabe in d’sous qu’au d’sus. Et tout chu qu’y est queu in bas y’armontera pus ; y’a pus un grain qui s’armue ; in dirot qu’ y sont morts, passés d’ l’aute côté. Comme chés photos d’ chés gins qu’ jé n’connaichos pas, figés pour toudis dins leus cades su ch’ buffet dé m’tante Marie-Josèphe…

Y n’aurot pas un dins les paraches, un grand dépindeux d’andoulle, qui pourrot l’aillonner un coup pis l’artourner l’ machine là?



  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |