histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin)
par berlens78 le, 16/07/2019  

Alors chétot quoi l’programme des vacances à Berck ? Ben plage au matin, plage après-midi, pis minger eune glache au soir devant la plage. Cha pourrot paraîte monotone mais chés journées alles zétotent jamais parelles ; d’abord à cause éd’ chés marées, qu’alles zétotent basses ou hautes et jamais à l’ minme heure. Pis aussi à cause dé ch’temps.

Au matin, j’y allos souvint tout seux ; mes frères qui zétotent pus grands , y zavotent des rendez-vous ou des zoccupations qu’ soit-disant cha m’ ravisot pas. Et min tiot frère, y m’ cassot les pieds passe que j’ devos l’surveiller et j’ préféros ête tout seux.
Mes parints y faijotent à minger pis chés commissions à chés magasins délle rue Carnot ou bien à ch’ marqué. Min père y vénot m’arjoinde sur la plage à midi, des fos avec min tiot frère. Y m’surveillot au bord dé l’iau quand qu’ j’allos m’baigner ; in faijant des grands sinnes : « arviens ! t’es trop loin » alors que ch’ canot d’ sauvetage d’ chés maites nageurs y’ étot des kilomètes pus lon…
Des fos j’ faijos sennant d’ pas l’intinde, ou cor miux, d’ pas comprinde. Alors y’ armontot ses bords d’ pantalon sur ses g’noux et y vénot m’ quère. Pas b’soin d’raconter chu qui s’ passot après : « t’obéis pas ! t’iras pus ! », « si ché comme cha, in rinte ! » … Mais cha m’ faijot ni caud ni frod.

Si chétot marée basse, j’ m’ in allos pieds nus avec ém’ pelle, m’ népuisette et min séiau pour mette chés crevettes. Chés trottoirs y zétotent arcouverts éd’ crottes éd’ tchiens et cha sintot l’ pichatte. Alors fallot faire attintion dû qu’in mettot ses pieds. Eune seconde éd’ distraction et brin ! in sintot qu’in avot marché dins quéque cosse éd’ mou mais y’ étot trop tard ; y’avot pus qu’à aller trimper ses pieds dins chés caniveaux. Sur l’esplanatte, y fallot courir ou marcher su’ l’ pointe des pieds tellemint qu’ par terre cha brûlot …
J’ déchindos chés escaliers devant ch’ bar des bains RIVET avec ch’ poste éd’ secours incrinqué d’ sus. Ou cor miux, j’ laichos glicher ém’ pelle tout cha in bas délle digue et mis j’déchindos su’ l’ rampe in fer à califourchon. Et j’ récupéros mes affaires in bas dins ch’ sabe. BAR DES BAINS RIVET : cha a toudis été not coin, et in n’allot jamais ailleurs. (Vire chés photos 1 et 2)

Si ch’ sabe y brûlot aussi, j’ marchos sur chés passerelles in bos au miyeu d’ chés deux ringées d’ tentes. Des tentes, y n’avot tout partout, bien alignées, d’tous les couleurs. Intre ch’bar et chés tentes, y restot pus gramint d’ plache pour passer avec chés jeaunnes qui faijotent des trous tout partout. Et après y’ avot pus qu’à courir jusqu’à chés bâches. Dins chés premières, y’avot pas assez d’iau ; alors fallot continuer pour in trouver eune pis profonte. Poser sin séiau après l’avoir rimpli d’iau et allez, hop ! à l’ouvrache.

Péquer des crevettes, chétot pas si simpe ; y fallot courir in poussant ch’ l’épuisette qui raclot ch’ fond passe que chés bestioles alles nageotent à toute blinde dins tous les sens et sûremint qu’alles zavottent pas invie d’ passer à l’ castrole !.. ; et des fos, in ramenant ch’filet au bord, patatras, in butot sur eune boche éd’ sabe , ch’ l’ épuisette alle s’arrêtot net, ch’ filet y s’artournot et du coup, y’ avot pus rien d’ dins, qu’ des algues et des coquillaches vides…
Quand in arrivot à l’armonter su’ l’rive, chétot pas non pus facile d’ les artrouver dins chés algues et tous chés saloperies qu’in avot ramassées… In n’attrapot pas gramint finalemint et cha allot pus vite d’ aller les zacater à chés marchands qui les vindotent su ch’trottoir à chés coins d’rue. Eux, y z’in attrapottent gramint mais y les péquotent in pleine mer, avec des épuisettes pus grandes que mi, et des bottes qui montotent jusqu’ à leus épaules…

Après cha min père y’arrivot, et in allot à l’ vraie mer, du qu’y avot des vagues. J’allos m’ baigner et li y restot tout habillé au bord. Y gardot min séiau à crevettes, qu’ j’avos bien infoncé dins ch’ sabe mouillé pour pas qu’y seuche importé par eune vague, m’ n’ épuissette et l’serviette. In sortant dé l’iau j’avos frod, et j’arvénos m’séquir in m’inroulant d’ dins.
In arpartant à pied, in traversot chés baches du que l’iau alle étot bouillante ; alors des fos, jé m’ rasseyos d’dins tellemint qu’ chétot bon. Pis armonter chés marches à ch’ poste éd’ secours, s’assir su’ ch’ muret in granit pour mette ses claquettes qu’ min père y m’avot rapporté et in rintrot comme cha à pied à l’ location. Quand chétot diminche, in s’arrêtot à l’ patisserie pour acater chés gâtiaux.

Si chétot marée haute, j’ m’in allos in caleçon d’ bain avec juste eune serviette su’ m’ épaule et m’ pelle dins m’ main. Mais j’allos pas m’ baigner tout seux, j’avos pas l’ drot; alors, in attindant min père, j’ batichos un catiau d’ sabe. Là aussi, avant d’ commincher à creuser dins ch’ sabe y fallot d’abord creuser ses méninches : si in comminchot trop près d’ la mer, y’ étot importé avant minme d’ête fini ; et si in comminchot trop lon, l’iau alle arrivot jamais jusque là… Alors fallot bien calculer, et armonter ses manches (jé n’avos pas) pour creuser à toute vitesse.
D’abord tracer un rond avec élle pelle, pour cujir l’ taille délle construction. Et après, creuser eune tranchée tout autour in balançant ch’ sabe dins ch’rond. Pis élargir élle tranchée et ainsi d’ suite jusqu’à arriver à eune belle hauteur. D’ temps en temps, j’ sautos d’sus à pieds joints pour tasser ch’ sabe et j’ continuos in tapant avec ém’ pelle. Et j’arcreusos pour rajouter du sabe. Fallot toudis garder un oeulle sur la mer qui pouvot arriver sans crier gare. Des fos min père, qui étot déjà arrivé, y’ m’ donnot un coup d’ main.

Quand ch’ catiau, des fos un batiau, y’étot fini, j’ montos in haut pour creuser un trou d’dins et faire eune banquette avec un autre trou pus profond pour mette ses pieds. Pis arsortir creuser un canal jusqu’à chés vagues qui zarrivotent pour faire arriver l’iau tout autour et s’ sintir comme dins un catiau du moyen ache intouré d’ fossés rimplis d’iau. Si y restot du temps avant l’ catastrophe annonchée, j’allos quère des coquillaches et des coutiaux (chétot pus dur à trouver) pour faire élle décoration.
Et après y’avot pus qu’à s’assir éd’ dins et à attinde. L’iau alle arrivot duchemint par vagues qui faijotent l’tour ; des pans intiers y s’écroulotent . J’étos intouré d’iau mais chétot du solide, cha ténot l’ coup. Pis eune vague pus grosse qu’eune aute vénot tout submerger et chétot sauve qui peut ! Mais bon, in allot pas y’ in faire cadeau à la mer, alors, dins un dernier sursaut d’orgueul, j’ montos sur chés ruines et j’finichos mi minme él’ traval … Là-d’sus min père y arrivot et j’ pouvos aller m’ baigner. (vire ces photos 3, 4 et 5)

Après cha in rintrot minger à pied ; chétot souvint des pâtes avec des bifteaks hachés. L’ gazinière alle étot toute pétite et y’ avot pas d’ quoi pour faire délle grande cuisine ; et pis in n’avot pas faim. Après minger, in déchindot su ch’ trottoir, pour juer aux mappes ou à l’ batalle su’ l’pierre délle porte d’intrée. Y fallot atteinde 3 heures ½ passe que si in allot à la plage avant in risquot d’abord eune insolation pis après eune hydrocution. Autant dire qu’in n’avot auquinne chance d’in réchapper. Alors in attindot in passant l’ temps.


  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 27 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |