histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie)
par berlens78 le, 12/08/2019  

L’ journée à Stella, chétot l’ journée d’ min père ; eune journée pour li tout seux, sans femme, sans gosses ; eune vraie journée d’vacances comme y n’avot jamais. Y partot avec sin camaratte Victor Gosselin au matin pour aller à Merlimont pis jusqu’à Stella par la plage. Ch’ rendez-vous y’ étot au matin d’ bonne heure dins un pétit bistrot d’eune rue derrière l’auditorium (à côté delle salle de jeux dins l’rue d’l’impératrice), l’ temps d’ prinde un café avec un skidam ou un g’niève pou s’ récauffer avant d’ mette in route.

L’ jour qu’ jé l’ véyos s’apprêter au matin pour partir, j’ brayos pour aller avec li mais j’étos trop pétit alors j’ restos là avec ém’ mère. J’ai souvenir quand minme d’y ête allé eune fos avec eux, quand j’étos pus grand. Aller à Stella à pied ! chétot possibe ? Déjà Merlimont, qu’in l’aperchuvot à peine à l’horizon, cha faijot eune trotte… Alors Stella !... J’ n’in connaichos que ch’ phare, qu’in pouvot vire ses lumières au soir sur l’esplanatte , avec ch’ti du Touquet, d’ Etapes et des fos d’ Boulonne… In pouvot les arconnaîte avec chés couleurs pis l’inchainemint d’ chés éclats, qu’ chacun y’ avot l’sien. Chétot Monsieur Gosselin qui nous avot appris chés signaux.

In sortant du bistrot, in avot déchindu sur la plage comme d’habitude par ch’ bar des bains ; chétot marée basse et in étot partis tout drot au bord d’ la mer. Déjà, d’ bonne heure comme cha y’avot pas grand monde mais eune fos arrivés à chés premières dunes, y’avot pus personne, à part peut-ête un char à voile par chi par là… ; que du vint et des mouettes ; in marchot duchemint ; la route alle étot longue ; y fallot in garder pour après.

A un momint, après chés derniers flambards, in étot tombés sur des péqueux qui zattrapottent chés pichons à l’ main ! J’avos jamais vu cha ; in ravisot et y nous avotent appelé pour leu donner un coup d’ main. Y n’avot déjà plein comme nous qui pateaugeotent avec dé l’iau jusqu’à leux g’noux à courir après chés pichons. Elle velle, à marée basse, y zavotent posé des filets in carré sur des grands piquets avec ch’ ti du côté des dunes ouvert . Dins l’nuit, la mer alle étot armontée avec chés pichons in passant au-d’ sus d’ chés filets ; et in ardéchindant, chés pichons y restotent prisonniers dins ch’carré à trois côtés… J’ avos dé l’iau jusqu’à mes g‘noux et ché pichons y glichotent dins mes mains ; jé n’servos pas à grand cosse ; mais pétit à pétit, l’iau alle s’in allot et y’avot pus qu’à les ramasser avec des épuisettes sur ch’ sabe et à les verser dins des grands séiaux… (j’ai pas trouvé d’ photo délle technique éd’ pêque là ; cha s’appellerot quéque cosse comme « la pêche au filet calé »)

Arrivés à Merlimont, in étot allés boire eune tasse éd’ jus avec des amis à Victor. Pis continué la route jusqu’à Stella, toudis sur la plage in longeant la mer. Arrivés là à 1h, in avot mingé dins un restaurant qu’ Monsieur Gosselin y avot ses intrées ; et après cha, in s’étot minme pas arrêté pour visiter, minme pas s’assir sur un banc pour raviser chés gins sur la plage, in étot arpartis au bord d’ la mer pour rintrer à Berck in plein solelle tout habillés! Mi j’étos in short mais min père et sin camaratte y zavottent gardé leur pantalon avec juste chés bords armontés sur leux mollets. In arrivant sur la plage que tous chés gins y zétotent tout nus in maillot d’ bain assis à rien faire, ou à juer au ballon ou aux boules, j’avos l’impression d’ête Christophe Colomb avec s’ n’ équipée débarquant in Amérique …

Avant d’arjoinde ém’ mère et Madame Gosselin qui zétotent assis à l’ plache habituelle devant ch’ poste éd secours, in étot allés boire un verre à trois à ch’ bar Rivet : eux un côte du Rhône et mi eune orangeatte. J’étos fier d’ête allé avec eux, d’ faire partie d’ chés grands. Minme si pour attrapper min verre su ch’ bar, j’avos dû monter sur un tabouret…

Arvénu sur la plage, j’avos pas jué au ballon avec min frère ; j’avos minme pas eu l’forche dé m’ déshabiller pour aller m’ baigner. J’ m’étos indormi su ch’ sabe, comme cha, tout habillé, comme un viau …

J’ai su pus tard qu’ chétot Monsieur Gosselin qu’ y avot insisté à min père pour qu’y m’prinne avec eux. Y m’avot quère, jé n’sais pas pourquoi ; peut-ête parce que ses deux grands garchons y z’ien faijotent vire éd’ tous les couleurs et que comme j’étos cor tiot, cha y rappelot des bons souvenirs d’avant. Y arsennot physiquemint à Francis Blanche, un pétit gros à lunettes, avec les minmes mimiques et des gros éclats d’rire qu’ sin vinte y faijot du yoyo. In savot jamais si y’étot sérieux ou si y rigolot et y’ étot aussi du genre qui rit quand y s’ brûle. Pis sin prénom, Victor : cha m’rappelot min premier liffe éd’ lecture à ch’ cours élémintaire d’ l’ école Pasteur…

Pus tard , quand j’avos 10 ou 12 ans, y m’avot fait eune surprise éd’ talle : avec des airs éd’ conspirateur, in arvénant d’ la plage, y m’avot ramené à s’ baraque pour m’ faire un cadeau : y’avot décidé dé m’donner sin vélo qu’y pouvot pus monter d’sus. J’avos jamais monté sur un vélo et je n’savos pas in faire. Alors y m’avot ramené avec min père dins chés rues jusqu’ à l’ location in ténant m’selle ; j’étos incrinqué d’sus et min père devant y ténot ch’ guidon. Pis au bout d’un momint, min père y m’a lâché et y’avot pus qu’ monsieur Gosselin qui m’ ténot par l’selle. Arrivés dins l’rue Estienne d’ Orves, au miyeu délle route, y s’a mis à courir in m’poussant et in m’ dijant d’pédaler pus vite et y m’a laché ; et j’sus parti à peu près tout drot. Cha y étot : j’savos monter à vélo ! Et j’ sauros in faire tout m’vie ! Cha a été pus compliqué pour él’ ramener à Bruay à l’autobus qu’in a dû l’ mette su’ ch’ toit. Monsieur Gosselin, ché li qui m’a donné min premier vélo, qu’ j’ai roulé avec pendant des années, in attindant d’ récupérer l’ randonneur Tournois d’ min grand frère bien pus tard. Et minme asteure, 55 ans pus tard j’ m’in sers cor pour faire mes commissions….

Monsieur Gosselin, chétot un brave homme ; ptête pas un saint mais pas lon… sin physique pas ordinaire avot fait qu’y n’avot pas gramint d’amis ; et surtout y s’ dépétrot dins ses sintimints qu’y n’ voulot pas faire vire ; y juot les méchants alors qu’ chétot un cœur d’artichaut….avec nous in tout cas. Dins sin traval, qu’y étot chef cuisinier au Cottage des Dunes, y étot sûremint tout autremint … (vire chés 2 seules photos qui m’ reste éd’ Monsieur Gosselin)

Pour é n’ arvénir à Stella plage, j’irai tout seux des années pus tard in auto stop pour arjoinde ém’ cousine qui faijot du camping là-bos avec ses parints dins eune caravane pliante. Là cha s’ra putôt « le temps des amours » que les « souvenirs d’enfance ». Les après-midi passés dins chés dunes à rien faire avec tout l’ bande qu’in étot au moins eune vingtaine, à parler d’ chés flirts des uns et des zautes ; chés soirées dins les dancings (le Miami, l’Escale, …. et pus tard le Chatham au Touquet) ; chés grasses matinées dins l’ lumière orangée d’ chés tentes canadiennes qu’in étot inondés d’ solelle in ouvrant l’ fermeture éclair à midi … Ouais, tout cha, cha s’ra gramint pus tard…

Mais j’oublierai jamais l’ journée-là passée avec min père à marcher des heures su ch’ sabe, sans rien dire, sans crier sans courir et sans s’plainde ; j’étos dev’nu un grand comme eux, j’avos pus b’soin qu’in m’donne la main ; j’étos passé d’ l’aute côté. J’allos pouvoir voler avec mes zailes à mi, comme quand qu’ Monsieur Gosselin y m’avot laché l’selle éd’ min vélo.

In m’avot fait confiance


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 1 visiteur connecté - Qui est connecté ? |