histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)
  la magie du cinéma 1 (06/07/2019)
  Casino ou Colisée ? (01/07/2019)
  LE PASSÉ (01/07/2019)
  faut l imager t' mason Bernard (30/06/2019)
  L’ FÊTE DES ÉCOLES (23/06/2019)
  les hortensias (23/06/2019)
  l' armontée du catéchisme (15/06/2019)
  le calendrier éphéméride (15/06/2019)
  Biêtises d'éfants partie 3/3 (12/06/2019)
  le budget de maman agenda 1953 (10/06/2019)
  le recopiage des recettes, agenda 1953 (09/06/2019)
  il reste du gigot , agenda 1953 (08/06/2019)
  l agenda Dunlop de maman (06/06/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ?
par berlens78 le, 13/09/2019  

Martinets et cheintures, chétot déjà des armes éd’ dissuasion, qui z’existotent bien avant chés zarsenals nucléaires ! Cha servot à faire régner l’orde et la paix dins chés familles. J’avos pas peur dé ch’père fouettard que j’ l’avos jamais vu mais ch’ martinet qui pindot d’eune étagère dins l’cuisine et l’ cheinture qui arténot l’pantalon d’ min père, si …

Ém’ mère, alle s’servot dé ch’ martinet, qui étot toudis à portée d’ main ; et min père, dé s’ cheinture. Mémère, elle, alle avot rien, alle étot conte la violence et pour la paix des ménaches. Heureusemint. L’ pièche à mémére, chétot comme la Suisse, un pays neute. Quand j’avos fait eune bêtise, j’ allos m’y réfugier in fermant l’porte à clé. Les zautes y s’déchainotent su’ l’ batinsse in buquant à tout casser « ouve élle porte ! té vas vire quand té vas sortir ! l’ borniffe que té vas prinde !... » .. Cha pouvot faire peur mais pou’ l’ momint, j’étos in sécurité ; in verrot bien pus tard.

Au bout d’un momint, j’ passos un oeulle par ch’ trou d’serrure, j’ y mettos tout duchemint l’clé et jé l’tournos in serrant les dints pour pas qu’ cha fasse du d’boucan ; attinde eune minute. Introuvrir elle porte, passer s’ tiête, et invoyer mémère au front . Au bout d’un momint, alle arvénot in dijant « bon y sont calmés … té peux y aller … mais té vas quand minme avoir eune punition ! ». Et sinon, j’arfermos l’porte à clé in attindant qu’ l’orache y passe.

L’ pièche à mémère, alle servot aussi à mucher ch’ martinet au fond dé s’ n’armoire, intre deux paires éd’ draps. Là personne y pouvot l’artrouver. Passe que l’pièche à mémère chétot sacré ; personne y’avot l’ drot d’aller farfouiller d’dins. Et quand m’ mère alle in racatot in aute, mémère qui étot complice éd’ recel, alle in profitot pour él’ brûler dins sin fourniau passe que cha incombrot ses armoires. Heureusemint qu’alle étot là.

Au début, ché martinets y zétotent in bos avec des lanières in cuir ; cha faijot pas du bien à ses fesses et in l’ sintot passer, surtout qu’à ch’ momint là in étot toudis habillés in culottes courtes . « Baisse ét’ maronne ! » « nan ! j’ai rien fait ! ché pas mi ! j’sus innochint ! » J’ brayos déjà avant minme d’archuvoir élle punition. Chétot souvint qu’un seul coup, des fos 2 ou 3, mais pas 500 comme in peut vire aujourd’hui dins chés pays d’ sauvaches. Mais déjà, rien qu’un coup, in avot sin cul bien rouche ! Des fos, eune lanière alle s’ décrochot dé ch’ manche et cha ardonnot un espoir ; combien qu’y in restot ? ah ouais, eune bonne dizaine quand minme …

Y’ avot eune aute ruse qui consistot à énerver ch’ tchien avec ; dès qu’i véyot ch’ martinet, i dévenot inragé ; suremint qu’ li aussi i’ n’avot gouté sur sin cul des fos quand i s’oubliot su ch’ carrelache délle cuisine ou su ch’ balatum. Dé qu’i l’ veyot, i grognot in montrant ses dints avec délle bave qui coulot d’ ses babines ; i restot pus qu’ à approcher ch’ martinet dé s’gueule et chétot cor 3 – 4 lanières éd’ parties …

Un coup, je n’sais pus si chétot mi ou mes frères, ch’ martinet y’avot malencontreusemint (pas facile ch’ mot là !) atterri au fond d’ chés cabinets. M’ mère alle l’avot caché longtemps ; minme mémère alle savot pas du qu’i étot. Et ché min père, bien pus tard un jour in vidant chés cabinets, qui l’avot artrouvé ! Ch’ jour là, j’ai du ête privé d’ piste aux zétoiles au moins pendant un mos ! …

Par la suite, comme chétot pas donné et qu’is disparaichotent quand minme assez souvint, alle acatot putôt des martinets in plastique su ch’ marqué, gramint moins quères et qui faijotent « clic » et in sintot rien … Cha nous faijot minme rigoler ; faut dire aussi qu’in grandichot, qu’ chétot pus vraimint approprié, et que m’ mère, in prénant d’ l’ache, alle comminchot aussi à devenir pus raisonnabe comme és’ mère.

Bon , du côté dé m’mère, in étot arvénu à des bons sintimints ; mais du côté d’ min père ? Li, i s’servot jamais dé ch’ martinet. I criot pas, i dijot rien ; i s’ mettot in face éd’ ti in t’ ravisant d’in haut, et tout duchemint, i comminchot à défaire és’ boucle éd’ cheinture . Mais après jé m’rappelle pas ; jé m’souviens pas n’avoir archu des coups. Cha restot au stade délle dissuasion. Min père i rigolot pas ; avec li in s’ ténot à carreaux. Mais comme i étot toudis déhors in train d’ bricoler ou bien d’faire sin gardin, i savot pas trop chu qui s’passot dins l’ baraque et pis i s’in foutot. Chétot pas sin boulot ; s’occuper d’chés gosses, chétot à m’mère dé l’ faire. Li i intervénot seulemint quand qu’ém’ mère alle l’appelot à la rescousse, quand alle étot dépassée, qu’alle y arrivot pus, qu’in l’rindot folle soit-disant…

S’ cheinture, chétot pas comme chés martinets, in pouvot pas l’i prinde passe qu’il l’avot toudis sur li, comme Barbe bleue que s’ clé i dormot avec. Pis in aurot jamais osé. In vivot quand minme dins un monde dangereux. Y’ avot délle violence tout partout : pépère avec és’ canne qu’i aillonot in l’air quand té filos pas drot . Mononque Georges qui tapot su’ l’ tappe avec és’ casquette quand cha n’allot pas comme i voulot … Chés coups d’ pied au cul à l’école ou cor chés tiraches d’orelles ou ché coups d’règle sur ses dogts… Ouais ! y’ a eu quand minme des survivants, des qui n’ ont réchappé, mais bon finalemint chétot pas si terribe … In n’est pas morts.

Et personne i s’a jamais sauvé … In étot quand minme mieux dins nos familles éd’ tortionnaires que perdus dins chés rues …


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |