histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE
par berlens78 le, 19/09/2019  

Souvint, l’ diminche après-midi, j’allos avec min père vire chés « lièffes » d’ l’ USB juer au footbal au stade vélodrome dé l’ Bussière. Chétot un tiot momint d’ complicité avec min père ; in n’y allot qu’ tous les deux, jamais avec mes frères pis cor’ moins avec ém’ mère ; chés femmes dé ch’ temps là alles pouvotent pas comprinde un ju aussi compliqué (sic) qu’i suffijot pas seulemint d’ taper dins un ballon alors alles dijotent que cha les intéressot pas ; et quand y n’ avot eune qui comminchot à poser des questions, in i’ expliquot direct chés règles du « hors-jeu » et cha avot vite fait d’ calmer ses ardeurs. L’ footbal, chétot eune affaire d’hommes, et y’avot qu’ des hommes pour aller vire chés matchs. Cha leur donnot l’occasion d’ ête intre eux pendant un après-midi, d’ boire un coup tranquille et d’ sintir passer l’ vint d’ la liberté.

Pendant l’saison, l’ USB y juotent qu’un match sur deux à domicile alors in y allot quand in pouvot, qu’ min père i’ étot pas du matin ni d’ l’ après-midi ; in faijot pas chés déplachemints à l’étranger. Alors finalemint, in y allot pas si souvint qu’ cha. Chés diminches-là, y fallot minger d’ bonne heure, et juste après m’ habiller in diminche avec mes belles socquettes blanques et mes claquettes acatées amont Peuvrel. Chés matchs y comminchotent à 3h mais fallot pas arriver trop tard si in voulot eune belle plache. Et pis y’ avot eune sacrée trotte à pied délle rue d’ Divion jusqu’à l’ Bussière, et y fallot monter aussi l’ côte des grands bureaux ; alors in s’in allot à 2h. Des fos y’avot du solelle et j’ suos à grosses gouttes, des fos y pleuvot et j’ m’abritos in d’sous dé ch’ grand parapuie noir dé m’ mère qu’alle nous zavot prêté à condition d’ pas l’ perde, et des fos l’hiver y’avot minme délle neiche et délle glache sur chés trottoirs.

In arrivant au stade, in allot à chés guichets su’ l’ côté, in d’sous délle grande tribune et min père y’ acatot des « gradins », ou des fos des « viraches ». Y’avot toudis la queue su ch’ trottoir et cha blablatot d’ tous lés côtés ; chés haut-parleurs y donnotent élle composition d’ chés zéquipes intre 2 canchons. Y fallot juer des coeudes, enfin surtout min père passe que mi in m’ véyot à peine dins ch’ troupeau de g’noux et j’ faijos surtout attintion à mes ortelles éd’ pas m’ les faire écrabouiller. Eune fos chés billets dins s’ main, in passot dins eune espèche éd’ passache à vaques tout arserré et in arrivot in bas d’ chés tribunes, avec elle pelousse et tous chés gradins autour ; j’ m’artournos pour raviser chés gins qui zétotent dins l’ tribune d’honneur, mais min père y m’ tirot par la main qui fallot s’ dépêcher d’arriver dins chés gradins in fache pour cor’ risquer d’ trouver eune belle plache, surtout si in avot pris des « viraches » … . Des fos y’ avot tellemint d’ monde qu’in faijot l’ tour par derrière l’ long d’ chés grillaches pour aller pus vite.

In arrivant, min père y étalot sin journal sur chés marches pour s’assir et pas salir sin pantalon du diminche aussi ; in s’ajouquot , j’ appoyos m’ tiête sur mes mains avec mes coeudes posés sur mes g’ noux et ch’ match y pouvot commincher. Y’ avot du monde tout autour éd’ nous (vire élle photo d’ 1967), d’ zanciens avec des bérets pis des casquettes à carreaux, qui finquotent du gris, du bleu, du broutteux et des fos du « clan » qu’ cha impestot tout l’ ringée. Min père y sortot s’ boite éd’ ninas ou d’ sénoritas, et y’ in profitot pour allumer sin cigarillo du diminche (vire chés photos). Chés deux zéquipes avec chés 3 zarbites tout in noir y rintrotent au miyeu dé ch’ terrain et chés haut parleurs y donnotent les noms d’ chés jueux. Mais souvint y zétotent tous tournés vers chés tribunes et jé n’ véyos qu’ leus dos avec chés numéros. Jé m’ rappelle éd’ Michel Choquet, ch’ capitaine, qui ténot un magasin d’ vélos aux zalouettes, pis aussi d’ Urbaniak, ailier ou bien avant-chinte (ou arrière central ?...), Orwath un pétit ailier qui courot vite et qui faijot des dribbes in passant dins des trous d’ souris, pis cor’ des zautes, jé n’ sais pus chés noms… Et ch’ match y comminchot.

Quand y’avot un corner ou un coup’franc, tout chés spectateurs y s’ lévotent comme un seul homme in criant pis in gesticulant. Quand y’ avot pénalty, tout l’ monde y’ arténot sin souffe. Et quand chétot un but marqué par chés « lieffes », in étot soulevés par élle clameur qui invahichot tout le stade. Comme tout l’ monde y s’ lévot in minme temps, souvint jé n’ veyos pas grand cosse mais j’applaudichos quand minme. Ou alors j’ m’artournos pour raviser derrière mi ch’ ti qui affichot chés scores su ch’ panneau « USB – Visiteurs » avec des planques in bos et des gros chiffes in rouche marqués d’ sus. Quand y oubliot délle faire ou bien qu’ i étot parti picher ou boire un verre à l’ buvette, ou alors qu’y s’ avot trompé, cha sifflot et cha gueulot tout partout ; et j’ raconte pas quand i s’ trompot d’ côté et qu’ i rajoutot un but à chés « visiteurs » alors qu’ chétot Bruay qui avot marqué !!!

A l’ mi-temps, chétot l’exode ; tout l’ monde y s’ ruot à chés buvettes, qu’i n’avotent installé derrière chés gradins et chés viraches ; min père y allot tout seux et mi j’restos là pour garder l’ plache quand y’ avot du monde ; sinan, j’allos avec li. A l’ buvette, i rincontrot des camarattes, des gins qui travaillotent avec li à l’ Centrale, et tout l’ monde y donnot s’ n’avis su’ ch’ match : « t’as vu cha ch’ pétard qui y a mis in d’sous délle transversale ! », « l’arbitte y férot miux d’aller s’ rhabiller ! » « ouais, aux chiottes l’arbitte !!.. » « ben si qu’i avot pénalty ! mi j’étos derrière ch’ but , j’ai tout vu ! » … Chés verres éd’ pinard y zallotent bon train « allez armets un verre à min camaratte ! pis pas pus haut qué ch’ bord, hein ? ». In pleine discussion chés haut parleurs y grésillotent et in intindot « les spectateurs sont priés de regagner leurs places, le match opposant Bruay à … va reprendre ». Alors y finichotent chés verres d’eune traite, mi j’attindos d’ pis un mimint chés sous pour aller m’acater eune glache 2 boules mais min père y’étot tellemint importé par chés commentaires su’ ch’ match qui m’avot oublié. Y m’donnot eune pièche « allez dépèche’ te, va quère ét’ glache, profites, y’ a pus personne ! » ; J’y allos in courant et in arvénot s’assir à not’ plache sur chés gradins. Des fos chétot pus les minmes personnes et j’ m’artrouvos avec un grand ou un qui avot eune grosse tiête devant mi et j’ véyos rien ; si jé m’ mettos debout, cha rouspétot derrière « Eh ! tiot jeaunne, assis-te, in vot pus rien ! » ; alors jé m’mettos à g’noux sur chés gradins et j’ veyos un peu miux.

A la fin dé ch’ match, si Bruay y’ avot gagné, in artournot à chés buvettes boire un verre ou deux ; fallot bien arroser cha. Y’ avot pas b’ soin d’arfaire ch’ match ; tout l’monde y’ avot bien jué ; pourtant les zautes, i zétotent pus forts, chétot des zasses, mais in avot été pus malins. Si in avot perdu, par conte, chétot la désolation ; chés buvettes y’avot personne ; tout l’ monde y s’ dépéchot d’sortir in ravisant par terre et in rintrot à pied comme cha sans dire un mot. Que décheption ! I zavotent jué comme des pieds, quo qu’y zavottent mingé à midi pour avoir jué aussi mal ? Ou bien chétot l’ faute à l’arbitte, ou à ch’ terrain qui étot détrimpé, ou dur comme du tchien passe qu’ i avot g’lé…

Bon ché pas cor’ ch’ l’année chi qui vont armonter ; in espérot pour l’année prochaine. Et in comminchot déjà à pinser à ch’ prochain match, dins 15 jours, qu’in allot juer conte …, et que l’ fos chi, nom d’eune pipe, in allot leur mette eune raclée qu’i s’in rappellerotent tout leu vie ! …


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |