histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
JUER AU FOOT À L' USB
par berlens78 le, 23/09/2019  

Quand j’ai eu l’âge, j’ sus allé m’inscrire à l’ USB. Jusque là, j’avos jué comme cha pour m’amuser sur chés terrains d’ intrainemint du stade parc avec mes camarattes, et aussi des fos l’ jeudi après-midi avec l’ASSU, au lycée Carnot. Mais tout cha chétot délle rigolatte à côté d’ l’ USB. Quand j’sus arrivé, y’ avot pus d’plache, chés zéquipes alles zétotent au complet ; mais i m’ont pris quand minme in surnombe. Et i m’ont mis dins chés « minimes B ». In m’a donné un short, un viux maillot tout passé et des cauchettes rouches toute neuffes mais y zavottent pus d’ godasses à crampons ; in cachant bien i n’ont artrouvé eune vielle paire tout réchuée qui devot dater délle guerre 14 et i m’ l’ont donnée in m’ dijant qu’y avot pus qu’ cha. Chétot du 44, j’ai dit qu’ chétot pas m’ talle , qu’ chétot trop grand pour mi mais is zont répondu qu’ j’auros qu’à mette délle ouate au bout… Et is m’ont dit d’arvénir l’ samedi après-midi pour l’ intrainemint. (vire photos 1 & 2 d’ chés godasses qu’ j’ai artrouvées sur internet qu’ chétot exactemint chelles lalles (alles zétotent bien d’avant-guerre, pas l’ grande mais chelle d’après..))

J’étos fier dé ch’ maillot mais pas trop contint pour chés godasses. J’ l’ai dit à mes parints in rintrant. Min père y’ a caché dins ch’ garnier délle remisse mais i n’a pas trouvé. J’ai n’ai parlé à min camaratte Joêl qui m’a dit qu’in in vindot amont Boyaval (Bo-yau pour z’intimes). Alors j’ai été vire. Bo-yau, i ténot eune boutique de sport in fache du cinéma Casino rue délle république ; eune boutique, enfin putôt un capharnaüm . Quand té rintros après avoir réussi à saquer l’ porte qui allonnot eune clochette, i faijot noir comme si l’ solelle i vénot dé s’ casser la gueule d’un seul coup. Et y’avot eune odeur mélangée d’ cuir ét d’ colle qui t’ rintrot tout partout, tellemint fort qu’ jé l’ sins cor aujourd’hui dins mes narines pus d’ chinquante après rien qu’ d’ y pinser !

M’ sieur Bo-yau, i fallot surtout pas l’ brusquer, et l’ laisser faire à s’ mode. Y’ avot toudis l’air occupé et i marmonnot dins ses dints, avec ses lunettes rondes sur sin nez et sin tabier in cuir. Y l’y restot eune paire éd’ cavux qui s’ battotent in duel su s’ caboche, qu’in avot tout loisir d’admirer passe qu’i étot pas grand et qu’i ravisot toudis par terre, comme si qu’i avot perdu s’ quinzinne. I traçot comme un automate dins sin magasin qu’ chétot l’ caverne d’ali Baba et il y manquot qu’un tapis volant ! I zigzaguot intre chés cartons pis chés boites impilées par terre et d’un seul coup i s’arrêtot, i s’ grattot sin minton, lévot ses ziux vers ti avec és’ bouque ouverte in ravissant par d’sus ses binoques, avec l’air éd’ quéqu’un qué s’ ch’ cervelle alle étot in train d’ bouillir… « Ah ! cha y est, i m’a vu… » qu’ jé m’ dijos in mi-minme. « Bonjour Monsieur, vous vendez des …. » j’avos pas l’ temps d’ finir ém’ phrasse qu’ i étot déjà arparti dins l’aute sens farfouiller… dins s’ n’ arrière boutique. J’ l’intindos grommeler, ronchonner, jurer, pis … ah ! cha y est, y’ avot trouvé chu qui cachot et y’ arvénot fièremint in l’ ténant à bout de bras pour l’ mette sous min nez … « Aaah… c’est çà qu’tu cherchais mon garçon ? t’ as d’ la chance , il m’en reste une paire ! » ; « euh… non, m’ sieur, escusez moi, j’étais pas v’nu pour des protège-tibias, j’ voudrai savoir si vous vendez des chaussures à crampons pour jouer au foot … » . Alors i m’ ravisot comme si que j’ y auros dit un gros mot, i fronchot ses sourcils, faijot sennant d’réfléchir et i s’artournot vers un aute client in grommelant « Ah oui, oui, c’était pas pour toi, un aute client, oui, oui .. ». Mais y’ avot pus personne derrière mi ; ch’ famux client i’ étot arsorti d’ pis belle lurette qu’ i n’avot eu marre d’atteinde.

« Bon, bon, tous pareils, bon, mh.., ah oui, et toi, c’est pour quoi ?.. ah oui … des chaussures de foot .. à crampons moulés ou à visser ? … » ; « Ben… euh… » « ; « AAHh !! il faut savoir mon garçon ! c’est pas du tout la même chose ! et pas le même prix non plus !.. » ; « Et çà coute combien à peu près ? … »

Jé m’ doutos bien qu’ chétot pas donné qu’ jé n’avos vu des belles in vitrine sur des boites avec des rayures noires, des zadidasses ; mais quand i m’a ardit chés prix, chétot vraimint pas dins mes moyens, des crampons in alu à visser, j’ pouvos faire eune crox d’sus. I restot chés crampons moulés mais cha restot quand minme quère. « Quelle taille tu m’as dit mon garçon ? du 42 ? … attends, j’ crois qu’il m’en reste une paire d’occasion … » ; et l’ v’ la arparti farfouiller dins sin cagibi. J’intinds des boites dégringoler, pis des jurons , pis j’ l’intins s’ esclammer « ah ! voilà ! je savais bien qu’il m’en restait une ! » et i s’ramène avec eune boite avec un puma d’sus ! Déjà rien qu’à vire élle boite, que chétot m’ bête préférée avec chés léopards, j’avos arpris espoir . Chétot des godasses Puma d’occasion, mais qui zavottent à peine servi passe qu’alles zétotent trop pétites ; j’ m’ assis sur sin viux tabouret in bos au miyeu d’ chés ballons dégonflés et jé z’essaye ; pour mi, chétot pas non pus deux fos trop larche … « C’est pas grave, qu’i m’dit , tu n’auras qu’à mettre du papier journal mouillé à l’intérieur pendant plusieurs jours et elles vont se faire à ton pied » : bon ben d’accord. Jé z’ ai acatées. Et j’ sus rintré fièremint à m’ baraque avec élle boite sous min bras, contint d’avoir fait eune affaire.

Alles zétotent belles mais alles sont toudis restées trop pétites ; j’avos biau les rimplir éd’ papier journal tout frêque et les laisser dins l’ cour à l’ pleuffe des jours et des jours, alles z’ont pas agrandi ; à tel point que j’ préféros mette mes zarliques trop grandes qui m’avotent donné à l’ USB pour faire chés zintrainemints.

Ah ouais, chés zintrainemints… chétot l’ jeudi après-mid à 4h, su ch’ terrain derrière l’ grande pelousse. J’ y allos à vélo à ch’ momint là, et j’ai failli y rester un coup au mois d’ février que j’ déchindos comme d’ habitude à toute blinte l’ route qui va au carrefour Lemoine , mais que ch’ coup là min vélo y’ a dérapé sur eune plaque éd’ verglas et qu’ j’ai gliché par terre sur chinquante mètes ; heureuzemint qu’i avot pas d’autos, j’séros passé in’ d’ sous d’ chés reulles !! Bon, plus éd’ peur que d’ mau ! et j’ai pu arriver à l’heure pour l’intrainemint. Chétot pas comme à l’école, y’ avot des zintraineurs qui gueulotent toudis, qui nous traitotent comme du bétalle. J’étos pas habitué à cha ; in pus, j’avos pas d’ camarattes là, j’ connaichos pas grand monde , i zétotent pas d’ min quartier. Alors j’restos à l’écart ; j’étos fort pour faire des jonglades avec ch’ ballon mais là in m’ dijot d’ pas l’ garder, d’ juer collectif. Faire des passes, chétot pas trop m’ spécialité. Du coup jé m’ faijos inguirlander.

( vire l’ photo n° 3 d’ 1968 inviron qu’ j’étos cadet ; in m’arconnot à min maillot, qui étot pas l’ minme que z’autes … In y vot aussi Alain Odent qui juera dins l’équipe première in 79 à l’USOBL)

L’ diminche matin y’avot chés matchs ; in vénot avec s’ n’ équipemint au stade (toudis d’intrainement) délle Bussière quand in juot à domicile, et pour chés matchs à l’extérieur, in prénot l’ autobus dé ch’ club au prisunic (vire l’photo 4 avec l’autobus). Et in s’in allot juer à Noeux, à Bully, à Hersin, à Isbergues, à Calonne, à Auchel … I nous mettotent l’ pression tout ch’ trajet, qu’y fallot gagner tout cha ; in allot s’ mette in ténue dins chés vestiaires in arrivant et i nous donnotent chés maillots avec chés numéros eune fos qué z’ équippes alles zétotent faites. Des fos Monsieur Deberles i vénot in personne nous dire qu’i fallot gagner ; quand i arrivot avec sin biau imperméabe tout blanc, tout l’ monde i s’ mettot au garde à vous ; in étot comme des soldats et mi j’étos pas v’nu pour faire la guerre mais pour juer au foot, m’amuser. Du coup j’étos souvint rimplachant, sauf des fos qu’i in manquot un in minimes A ou in cadets B et in m’ dijot d’y aller ; du coup j’ m’artrouvos avec des grands qui juotent bien mieux qu’mi et jé m’ faijos aussi inguirlander.

In juot jamais sur chés belles pelousses in gazon qui zétotent réservées à chés zéquipes premières ; mais sur des terrains annexes ; des fos, in avot délle chance et y restot un tiot peu d’herbe ; mais souvint chétot du bitume ou du tartan ( un genre éd’ terre battue) ou des cheindes… I valot miux pas s’ rétaler passe qu’in s’arlévot in sang tout égratigné. L’ hiver, chétot g’lé ou bien i neigeot ; et in étot in short et in maillot, in n’avot pas l’ drot d’ mette des gants ni des cagoules ; in étot frigorifié, alors i fallot courir deux fos plus pour s’ récauffer.

J’ai du y aller pendant 2 ans, jusqu’in cadets pis j’ai arrêté passe que j’ m’étos pété un ménisque in juant au lycée. Mais j’ai pas argretté. Chétot bien miux du temps qu’ j’étos jeaunne et qu’ j’allos à pied l’ diminche après minger au stade dé’ l’ bussière avec min père vire és’ zautes taper dins un ballon, assis sur chés marches bien au caud dins min mantiau, m’ cagoule et mes mains infoncées bien au fond d’ mes poques…


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |