histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  la fronde (15/08/2019)
  ché tétards (15/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  in arvenant de Merlimont (11/08/2019)
  cor un ancien camarate d'école qui s'in est allé (08/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  remonter le temps c'est possible (29/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)
  Les démolitions des corons au 3 à Bruay (27/07/2019)
  LES VACANCES À BERCK (3ième partie : l'après-midi) (20/07/2019)
  y a 50 ans j'y a cru.... (20/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (2ième partie : au matin) (16/07/2019)
  les hommes volants (14/07/2019)
  cha sint l'iote ..... (14/07/2019)
  VACANCES À BERCK années 60 (1ère partie : départ et arrivée) (10/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
BECS DE CORAL ET BENGALIS
par berlens78 le, 16/10/2019  

Donc, l’année d’après, alle braderie, j’sus artourné vire ch’ marchand, pis arcomminché à tirloter. Mais l’ fos chi, jé n’ voulos pus d’ pichon ; j’étos passé devant s’ n’étalache au matin in allant à l’ messe à l’église Sainte Barbe et i zétotent bien là : des pétits moniaux tout serrés les zuns conte és’ zautes , avec des biaux becs rouche écarlate : des becs de corail, qu’ chétot écrit su’ ch’ l’ étiquette in bas….. Déjà, rien que ch’ nom, in s’imaginot dins eune forêt tropicale, avec chés perroquets, chés ouistitis et chés panthères noires qui les milotent à travers chés branques…(vire photo 1)

J’ les zavos déjà arpéré l’année d’avant et j’avos prévu d’ prinde des sous d’ mes économies pour in gagner un. J’ tirlote eune fos et j’in gagne un !! Incroyabe !! Ch’ marchand i m’a attrappé un qu’ sin bec i étot rouche vif et i m’ l’a mis dins eune tiote boite carrée in carton gris avec juste un pétit trou au mitan qu’in véyot rien d’ dins. Jé m’sus dépêché d’ rintrer mais l’ fos chi j’ai jué les zinnochints in croisant m’ mère qui m’a ravisé traverser l’cuisine d’un drôle d’oeulle. J’ sus allé direct dins l’ remisse délle cour, et j’ai monté dins ch’ pétit garnier du qu’ j’avos arpéré eune vielle gayolle in fer blanc l’année d’avant. J’ai artiré chés toiles d’araignées, donné un coup d’ chiffon et aillonné chés barreaux pour ête sûr qu’ y avot pas d’ trous. L’ porte alle avot du maux à s’ ouvrir alors jé i ai mis eune goutte d’huile délle burette à min père. Et eune aute su ch’ pétit tiroir in bas avec eune cuvette pour mette dé l’iau et des grinnes. Et eune dernière d’ chaque côté dé l’ balanchelle … (vire photo 2)

J’ai soulevé l’ pétite grille in fer, et rapproché l’ boite pour faire rintrer ch’ moniau dins l’ cage. Et j’ai arfermé l’porte tout d’ suite. Cha i est, j’ pouvos l’ raviser : commint qu’ i étot biau ! avec sin bec tout rouche, sin cou tout blanc et ses zailes gris marron avec des rayures. I’ avot aussi un bandeau rouge autour d’ ses pétits ziux tout noirs, tout malicieux, qui z’y donnotent l’air d’un bandit … I’ étot tellemint biau qu’ j’ai pas pu m’impêcher d’aller l’ faire vire à m’ mère qui avot bien vu min manèche et qui s’ doutot bien qu’y s’ passot cor quéque cosse éd pas trop catholique. J’ai mis un torchon su’ l’ gayolle, j’ sus rintré dins l’ cuisine et j’ l’ai posée su l’ tabe in artirant ch’ torchon d’un coup comme i faijotent chés magiciens délle piste aux zétoiles. I’ étot tellemint biau que m’ mère alle pouvot pas rouspéter ni m’ disputer. Alle étot quand minme pas fort continte : « Cor’ eune nouveauté ! Après chés pichons, des moniaux asteure ! I crie pas j’espère ? » « Nan, M’ man, i’ est sage, i dit rien, i bouge pas, ch’ marchand i m’a dit qu’ cha dort toudis ; et quand i cante, in l’intind à peine … » ; « bon, enfin, mi j’ veux pas ête imbêtée avec cha, alors té té n’ occuperas ; et viens pas braire si i s’invole ou qu’i meurt comme tes pichons l’année passée ! »…

J’ sus ardéchindu à l’ braderie pour demander à ch’ marchand quoi qu’ cha mingeot chélle bête là ; et in quémin , eune idée a germé dins m’ tiête : cha s’ rot bien dé n’avoir un deuziimme, si possibe mâle femelle pour avoir des jeaunnes… J’avos délle chance aujourd’hui, pétête qu’in tirlotant eune seule fos j’allos in gagner un deuziinme … J’ai demandé à ch’ marchand qui m’a dit que ch’ti qu’ j’avos gagné chétot un mâle passe qu’ i zavottent un bec pus rouche que chés femelles. Et j’ai acaté un ticket ; perdu ; pis un aute ; perdu ; pis core un aute : perdu… l’ chance alle avot tourné ; mais chétot devenu eune idée fixe, i m’in fallot un deuziinme ; j’avos pus d’ sous alors j’ sus armonté in demander à mémère. Pis artirloté ; perdu et core perdu ! j’étos abattu, désespéré. J’ cachos après mes dernières pièches au fond d’ mes poques. Ch’ marchand i n’avot maux à sin cœur pour mi. A la fin, quand i m’a tindu l’ corbelle in osier pour cujir min dernier pétit rouleau d’ papier intouré d’eune bague, i’ a arténu m’ main, qu’ j’allos core sûremint saquer un billet perdant, et i m’ l’a posée sur un aute qui étot su’ l’ bord dé s’ corbelle : j’ l’ai ravisé, i m’a fait sinne « oui » avec sin minton. Min cœur i s’a mis à batte, j’ai artiré l’ bague, déployé ch’ bout d’ papier : GAGNÉ ! J’ l’auros imbrassé ch’ marchand ! …

In n’a cuji un qui avot sin bec moins rouche que z’autes, qu’ cha serot sûremint eune femelle, et i l’a mis dins l’ pétite boite in carton gris. J’y ai acaté un paquet d’ grainnes ; j’ai mis l’ boite in d’sous d’ min blouson, tout conte min cœur, pour qui n’euche pas peur, qui seuche pas bousculé ou écrasé par chés gins qui déchindotent in rangs serrés l’ rue Alfred Leroy. J’étos un tiot peu imbêté quand minme passe que j’avos dépinsé gramint d’sous, tous més zéconomies … mais bon, j’avos réussi, j’allos avoir des jeaunnes que j’ pourros arvinde pour récupérer des sous…

In rintrant dins l’ salle à minger qu’ tout l’ monde y’ étot déjà à tabbe, j’ sus pas passé inaperchu avec élle boite qui faijot eune boche in d’sous d’ min blouson ; tout l’ monde i voulot vire ch’ moniau ; et mi, trop contint ou trop fier ou trop bête j’ai pas pu résister, j’ai soulevé ch’ couverque délle boîte , et ch’ moniau i s’a involé dins l’ pièche !!!...

Alors in a fermé tous chés portes, d’ cuisine, d’escalier, d’ caffe, d’ pièche à mémère. Ch’ moniau i s’involot dès qu’in s’approchot dé ch’ lustre dù qui s’étot posé ; i s’ butot tout partout, s’ accrochot dins chés rideaux et in a dû s’ mette à pusieurs avec mes frères pour l’ rattrapper. Finalemint, i s’a impétré dins ch’ voilache délle ferniette, in a arfermé ch’ rideau sur li et in a réussi à l’attrapper. J’ai été quère élle cage et in l’a mis d’dins direct. Cha comminchot bien ! …

Chés jours d’après, l’ cage alle étot posée su ch’ l’armoire à vaisselle dins l’cuisine et chés zoziaux i faijotent la sérénatte à qui miux miux tout l’ journée ; quand m’ mère alle n’avot assez d’ les intinde piuler, alle mettot eune serviette su l’ cage comme cha i croyotent qu’y faijot nuit et i la fermottent. J’ les ai fait vire à min camaratte Jojo qui m’a dit qu’ chétot des « bengalis » ; commint qui savot cha, li ? Surtout qu’i étot pas du genre à dépinser des sous pour tirloter des zoziaux ; li, i préférot z’ attraper dins sin gardin sur sin quérijier avec delle glu … I paraît qu’eune fos i avot attrappé un merle et qu’i y avot appris à parler ! ...

J’ les ai pas gardé longtemps passe qu’y n’a un qui s’a involé quéque temps après que l’ porte dé s’ gayolle alle étot restée ouverte et l’ porte éd’ cour aussi justemint, comme par hasard … pis l’aute aussi un peu pus tard, pétête là aussi un malheureux concours éd’ circonstanches, in l’ saura jamais.

Après cha, j’ai pu eu d’ moniaux non pus. J’ai cor fait eune espérience malheureusse avec un lézard qu’in avot attrapé aux alouettes l’ long délle voie ferrée ; in l’avot fait vire à un grand-père qui m’avot dit qu’ chés bêtes là alles zavottent quère délle caleur et du solelle ; alors j’ l’avos mis din un bocal in verre fermé avec un couverque (qu’ j’avos quand minme fait des trous d’dins pour q’y peuche respirer…) su’ ch’ l’ppui d’ ferniette qui restot in plein solelle tout l’ après-midi. Et au soir j’ l’avos artrouvé li aussi avec sin vinte à l’air.

Après cha j’ai pus jamais eu d’ bêtes, enfin, si, des tchiens, mais eux ché pas vraimint des bêtes …



  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |