histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)
  ché supporters d' footballe (29/09/2019)
  poésie en automne (28/09/2019)
  je coupe ... (28/09/2019)
  Émotion, notalgie, en revisitant les récits (24/09/2019)
  JUER AU FOOT À L' USB (23/09/2019)
  cité rigoulet et cité de l armentiou à Puyoo (21/09/2019)
  départ des arondes ...acoutez ché viux... (21/09/2019)
  DU FOOTBAL AU STADE DE LABUISSIÈRE (19/09/2019)
  Merlimont au soir partie 4 (15/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 rectification (13/09/2019)
  DU MARTINET OU DELLE CHEINTURE ? (13/09/2019)
  Merlimont au soir partie 3 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 2 (08/09/2019)
  Merlimont au soir partie 1 (08/09/2019)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  Stade vélodrome de Bruay (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  le Touquet Paris Plage (20/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PICHOTIERES
par berlens78 le, 23/11/2019  

Des pichotières ! Quo qu’ ch’est qu’ cha ? Y’ avot qu’ à Bruay qu’in dijot cha ! Bin ché un mot qui vient d’ « piche », « picher », délle « pichatte ». Alors ché un coin mis là esprès pour chés gins, dù qu’in peut aller picher … Pas for biau comme mot … A Béthune, dù qu’in parlot pas l’ patois, in dijot des vespasiennes, des urinoirs, des watères closettes ; et à l’armée, des latrines ; quoique « corvée d’ chiottes » cha résonne miux dins min souvenir que « corvée d’ latrines »… Mais à Bruay qu’in parlot mal, in dijot des pichotières ; in minme temps, dit in français, i’ étot pas si vilain qu’ cha ch’ mot-là, i avot un côté musical, printanier : « Bonjour monsieur, vous savez d’où qu’y aurait une pissotière pas loin ? » (Vire des photos d’ pichotières dé ch’ temps là)

Bon, cha va, in a compris à quoi cha servot, in va pas in faire des tartines. Quoique ; in y’ arpinsant, chétot putôt fait que pour chés zhommes, qui pichotent debout. Mais pour chés femmes ? Y avot rien pour s’ajouquer, pis cor moins d’ porte pou’ s’infermer … Alors, alles pichottent pas chés femmes ?

Bin si, comme tout l’ monde ; ché juste qu’alles n’avotent pas b’soin passe qu’alles zallotent jamais bien lon d’ leu baraque ; alles sortotent que pour faire chés commissions dins chés magasins d’à côté, porter leus gosses à l’école, aller dire bonjour à l’ voisine. Ah si, y’ avot quand minme ch’ marqué du vendredi qu’i fallot bien compter eune paire d’heures, l’ temps d’ déchinde au cerque, pis l’ rue des escaliers, traverser l’ plache Marmottan pour acater du pichon qu’ chés marchands i zétotent argroupés tout au bout, d’armonter, d’acater des légumes, et un paquet d’ chucades à ch’ marchand d’ bonbons in face du REX (qui les vindot au détalle qu’in s’ servot avec eune pétite pelle), d’ dire bonjour aux zeunes et à z’autes tous les 2 minutes, raconter chés dernières nouvelles, tout cha …
Alles zaurotent jamais rintré dins un cabaret pour picher, cha s’ faijot pas, eune femme cha allot pas tout seule au bistrot, sauf chés femmes éd’ mauvaisse vie. Bon alors, que solution ? Pétête derrière un arbe l’ long délle Lawette ou cor derrière chés poubelles à l’ salle des fêtes dé l’ plache Marmottan ?... Cha restera un mystère. (Mais j’ cros m’ rappeler qu’ chés jours éd’ marqué, chés portes dé l’ salle des fêtes alles restotent ouvertes, justemint pétête pour chés femmes …)

Donc chés femmes, alles sortotent pas gramint, alles zavottent auquinne raison d’ sortir, contrairemint à chés zhommes qui, eussent, i n’avotent plein d’ raisons d’ sortir avec tous chés bistrots qui zavotent poussé à tous chés coins d’ rue, et minme intre chés coins ; qu’i z’y allotent pas pour boire délle l’iau, et que minme y’ avot des waters souvint dins l’ cour ; mais des fos, intre deux bistrots, i pouvotent avoir eune invie pressante, alors ché pour cha qu’i zavottent mis des pichottières tout partout…

Nan mais là, j’ sus mauvaisse langue ; y n’avot pas tant qu’ cha, des pichotières ; jé m’ rappelle qu’y n’avot souvint devant chés zéglisses par exempe (vire élle photo délle pichotière devant l’églisse saint Martin). Pourquoi là ? Passe que chétot un prétexte pour sortir délle messe au momint d’ la quête ; quand i veillot s’ mette in route l’ corbelle à sous dins chés premières ringées, ch’ l’homme i dijot à s’ femme : « Té resse là, mi j’vas devoir prinde l’air ; j’ai invie d’ picher », et qu’ cha devot ête contagieux passe qu’i n’avot plein qui sortotent d’ l’églisse à ch’ momint là. Mais chétot pas vraimint pour aller picher, la quête chétot l’ signe éd’ ralliemint pour sortir et aller boire un verre à ch’ bistrot d’in fache qu’y avot ses portes grand ouvertes … (vire photo d’ l’ églisse dé l’ Bussière)

I n’avot eune aussi dins l’ rue à côté d’ l’intrée du Stade Parc. Chélle là, j’ai jamais su à quoi qu’alle servot ; pétête à chés boulistes ? Mais j’ cros pas qu’i sortotent dins l’rue pour cha, qu’i zavotent des arbes tout autour. Et là aussi i’ avot un bistrot à ch’ coin juste in fache. Pis eune aute derrière Prisunic, pour cheux qui zattindotent l’autobus ; et chés lycéens qui zallotent pas in cours, ou qui faijotent él’ pied d’grue. I n’avot eune aussi su ch’ trottoir après l’intrée dé l’ fosse 4 ; là aussi, ché bizarre passe que ché mineurs, i n’avottent des waters à l’ fosse ! Et su’ ch’ trottoir in fache là non pus, des bistrots y n’in manquot pas… L’implachemint des pichotières cha reste un grand mystère et ch’ grand architèque qu’i a pinsé à tout cha y’ a dû ête interré avec ses plans. (Vire photos délle pichotière du Stade Parc in 2011)

Bon mais des pichotières, chétot quand minme sale et pas ragoûtant ; quand in rintrot là d’ dins in étot d’abord saisi à s’ gorche et à sin nez par l’odeur, qu’in mettot un mouchoir devant s’ bouque pour respirer tellemint qu’in avot peur d’attraper des microbes et des maladies contagieusses. Après fallot faire attintion dù qu’in mettot ses pieds passe que souvint i n’avot qui, dins l’urgence, y zavotent débordé tout partout qu’ cha faijot des flaques. Pis cor des fos des papiers et minme aute cosse… Eune fos qu’in avot trouvé eune plache à peu près proppe, i fallot s’ contorsionner pour pas in mette plein sin pantalon qu’ cha éclaboussot tout partout, et aussi plein ses godasses qu’in avot chiré au matin. Après cha, sortir su’ l’ pointe des pieds, pas s’ buter dins un qui rintrot franco, et arsortir à l’air libe …

I n’avot aussi qui racontotent qu’i s’in passot des drôles, là d’dins, à l’ nuit tombée ; alors quand i faijot noir, qu’ chétot pas éclairé, et qu’i avot déjà quéqu’un d’ dins, chétot pus prudent d’ passer sin quémin.

Jé n’sais pas si in peut parler d’ nostalgie à propos d’ pichottières ; i n’a qui z’argrettent ? Pus tard, i’ avot tellemint d’ bistrots à Bruay qui n’ avot pus b’soin, alors i zont tout artiré ; chétot gramint pus prope ; mais après, tous chés bistrots i zont comminché à disparaîte aussi. Alors aujourd’hui y’ a pus rien pour picher dins chés rues quand in n’a invie. Mais ché pas graffe, d’ toute façon y’a pus personne dins chés rues d’ Bruay passe qu’y a pus rien à vire ni à y faire. Pis tout l’ monde y va à Cora, qu’ là chés waters i sont toudis impeccabes, et surtout, qu’i n’a aussi pour chés femmes, avec des cuvettes, pis des portes qui ferment à clé …



  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |