histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY
par berlens78 le, 04/12/2019  

In restant in haut dé l’rue d’ Divion, alle première porte, qu’alle donnot sur élle rue Alfred Leroy qui étot eune des rues d’ Bruay qu’y avot l’plus éd’ magasins avec él’ rue Henri Cadot , l’rue d’ la République et l’rue Jules Guesdes au 6 , j’étos forchémint toudis pindu amont d’chés commerçants. Pas pour mi, j’avos pas d’ sous ; nan, pour faire chés commissions. Y’ avot pas b’soin d’ demander un volontaire, dès qu’y manquot quéque cosse, du râpé, du fil à coeude, un paquet d’ toubaque, n’importe quoi, j’étos l’ premier habillé, à atteinde dins l’ cuisine que m’ mère alle cache des sous dins sin porte-monnaie. J’ séros jamais parti sans chés sous ; acater à crédit, cha n’existot pas ; si pétête pour des familles tuyaux d’ poille, mais pas pour nous qu’in étot des gins honnêtes. Pas passe qu’in étot riches, qu’in roulot sur l’or, mais passe qu’in aurot eu la honte devant chés commerçants d’acater à crédit. Mi d’abord, qu’ j’auros pas su quoi dire à ch’ marchand : « Bonjour, j’ voudrai un paquet d’ tabac gris pour mon père mais j’ai pas d’ sous » !! ; et mes parints insuite qui zaurotent pu oser sortir dins chés rues, et raviser chés gins in face. « Vous savez pas ? Y paraît qu’ madame Dourlens alle a pus d’ sous, qu’ alle est obligée d’acater à crédit ! … Pourtant li i travalle … Quo qu’i z’int font d’ chés sous ? J’auros jamais cru cha d’eux .. » .

Not’ réputation alle étot noirchie pour 5 générations … Tout cha pour dire qu’à crédit, in connaichot pas mais surtout in voulot pas n’ intinde parler ! Putôt mourir éd’ faim que d’ demander la charité ! Et chétot tellemint incré in nouzautes que des fos, amont Nippert, qu’y manquot chinquante francs pour payer chés biftecks, et malgré que ch’ boucher i m’ dijot que j’ pourros les rapporter l’ prochain coup, ben j’préféros arpartir in courant à m’ baraque cacher chés sous qu’y manquot pour li rapporter. Alors Madame Nippert qui étot bonnasse, alle m’ ravisot avec des ziux tout humides in m’ dijant «Y fallait pas courir pour çà mon garçon ! tu les aurais rapporté une autre fois … ». Ben nan, jamais armette à pus tard, surtout pas s’ laicher aller, pouvoir continuer à s’raviser dins eune glache et à marcher tête haute …

Chés principes là in discutot pas. Chétot la base, les fondemints d’ l’économie dins chés corons. In n’acatot que si in avot chés sous ; et quand y’in a fallu gramint, pour acater eune télé ou eune auto d’occasion, mes parints i mettotent d’ côté pendant des mos et des fos des années. Mette des sous tous les mos su ch’ livret d’ caisse d’éparne pour pouvoir payer comptant quand y n’avot assez, que ch’ compte y étot.

Cha n’a pas toudis été comme cha, d’abord passe qu’avant, chés gins i zavotent pas gramint d’sous et i mettotent d’ côté surtout pour donner à leus jeaunnes pus tard qui s’ront grands. Mais au début des années soixante, y’a eu l’arrivée d’ « l’électro ménager », tous chés machines qui zallotent faire tout ch’traval à l’ plache d’ chés femmes à l’ maison : des machines à laver, des fers à repasser électriques, des aspirateurs, des frigidaires, des machines à coeude, … Qu’y avot minme un grand salon à l’ foire de Lille pour cha tous z’ans, qu’in y allot à l’autobus avec ém’ mère qu’alle gagnot à chaque fos des zintrées gratuites avec la Voix du Nord. Alors tous chés machines là qui faijotent rêver, qu’in pouvot raviser sous tous les coutures et minme tripoter, chés femmes i zin voulottent ; mais comme cha coûtot quère, i fallot mette des sous d’ côté. I étot toudis pas question d’acater à crédit (Vire l’ photo « Exposition Textile Internationale » qu’ ch’est devenu après la « Foire de Lille »)

L’ philosophie là cha m’est resté, et tout m’vie j’ai jamais rien acaté à crédit ; j’ai toudis fait comme mes parints, calculer, mette éd’ côté, avoir des rêves raisonnabes. Cha m’a toudis paru ête du simpe bon sens, pour pas vive au-d’sus d’ ses moyins, péter pus haut qu’ sin cul. Alors aujourd’hui que j’ vos min banquier qui m’ravisse d’un drôle d’oeulle passe que j’ préfère payer comptant, qu’ j’in veux pas d’ ses crédits, et qu’ jé n’sus pus du coup un bon client, jé m’ sins pus trop bien. J’ai l’impression d’ vive dins un monde à l’invers.

Donc j’vas faire eune longue série su’ chés commerçants d’ min quartier dins les années 60. Cha va durer un bon bout d’ temps passe que j’ai à peine comminché et qu’ jé n’ai déjà pus d’ quarante paches. J’ai eu invie d’ faire cha passe que ché des biaux souvénirs pour mi, ch’ temps là. Qu’in allot à pied, qu’in rincontrot du monde sur chés trottoirs, qu’in s’ dijot bonjour, qu’in avot l’ temps d’ s’arrêter pis d’ parler. Qu’ y avot pas b’soin d’ carette pour aller s’intasser sur des parkinnes et rimplir sin caddi à toute blinte sans rincontrer personne.

In plus chés commerçants, i zétotent « typés » comme in dirot asteure, i zavotent l’ tête éd’ l’emploi : chés bouchers avec des figures bien rouches, chés marchands d’ vélo in bleus d’ traval avec leus mains pleines éd’ cambouis et leus zongles tout noirs, chés marchands d’ godasses in costard avec des souliers vernis, chés vindeux d’ vêtemints in costume aussi mais avec un mète à ruban inroulé autour d’ leu cou et eune pelote à épingues cousue su ch’ rebord d’ leu col, chés boulangers in tunique blanque avec un tiot capiau blanc li aussi, chés marchands d’légumes avec des salopettes, chés quincaillers avec des tabliers in cuir pis des lunettes demi-lune su leu nez, chés zépiciers in blouse grise … Tous chés métiers là i zauront bétôt disparu, y’aura pus qu’ des grandes surfaces toutes parelles à des zintrepôts, qu’in aura minme pus b’soin d’ déchinde dé s’ n’ auto pour récupérer dins des casiers sin souper qu’in aura commindé dé s’ maison sur internet avec sin téléphone portabe.

Alors mi j’ vas m’arrêter, m’artourner et minme faire marche arrière. Jusque dins les années 60. Raviser loin derrière mi, du temps qu’ j’étos qu’un jeaunne, qu’ la vie alle étot belle et que j’ croyos qu’alle le s’rot toudis. Qu’y aurot rien qui cangerot jamais. Que j’ pinsos ni au passé ni à l’avenir, passe que min présent i’ étot déjà bien rimpli et qu’ jé n’avos bien assez comme cha. Qu’ jé m’ prénos pas la tête avec chu qu’y allot arriver l’ lendemain.

J’ vas commincher par armonter l’ rue Alfred LEROY, dé ch’ photographe CRENDAL à côté dé m’ maison jusqu’àmont PLEINVOL à z’alouettes. J’irai pas pus lon passe qu’après chétot pus min quartier et jé m’ rappelle pus ; à part ch’ grand magasin d’ meubes MAYEUR tout au bout avant ch’ carrefour délle rue d’ Hulluch ; quand in passot d’vant in allant au stade parc in ravisot chés vitrines mais in n’y rintrot jamais d’abord passe que chétot trop quère et surtout passe que chés meubes in ch’temps là i durotent des années et des années, qu’ souvint in les avot hérités d’ses parints et qui zallotent cor après faire él’ bonheur d’ chés zéfants et pétits zéfants . INUSABES !!

Après j’arpartirai cor eune fos dé m’ baraque pour déchinde l’ fos chi l’ rue Alfred LEROY jusqu’à ch’ lycée Carnot, dé ch’ magasin d’ télé CHALMIN jusqu’à l’ librairie Beghin qui n’a pus gramint qui s’in rappellent. Su ch’ trottoir d’in fache, à part ch’ marchand d’ fleurs Horvath et ch’ coiffeur Locrelle, y’ avot pas d’ commerces ; comme cha y’ aura minme pas b’soin d’ traverser l’ route.

Pis pour finir, si j’ sus pas trop mate, j’irai faire un tour au Cerque, et d’ là j’irai arpinter l’ rue délle République jusqu’à ch’ carrefour Lemoine ; pis dins l’aute sens, l’rue Henri Cadot jusqu’au n° 1.

Allez, assez bardouillé, in y va ; ché pas la peine d’accrocher vos cheintures, j’ vas aller tout duchemint. Par conte, pinsez à prinde à minger pis à boire passe qu’y va n’avoir pour un momint !...


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |