histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  maquereaux au four du fourneau (20/10/2021)
  la pichenette (20/10/2021)
  Les mots de la mine (20/10/2021)
  petit pont , grand oubli .... (18/10/2021)
  Baignol et Farjon (16/10/2021)
  le tubanéon (16/10/2021)
  blanquette (16/10/2021)
  petit pont , grande histoire (16/10/2021)
  le yaourth au moulin (16/10/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°17 Paris juste après la guerre (07/10/2021)
  LA NAPOULE 1954 (24/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 Des coups de feu dans la nuit (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le triomphe des fourbes (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 Bière ou Teepol (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 De Paris au nid d'aigle... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 La libération de Paris en août 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 Leur guerre à eux… (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°8 Seule avec ses enfants au milieu des lignes allemandes (07/08/2021)
  El brouette (06/08/2021)
  RACONTE-MOI LA FAMILLE N°7 DARTAGNAN la bravoure d'un Ch'ti (06/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°6 L'estaminet de Marguerite (05/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°5 Vie des mineurs début 20ème et catastrophe de Courrières (04/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°4 Le conscrit (03/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°3 L'enfance de DARTAGNAN, mon grand-père (03/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°2 La faute de BONCHRÉTIEN LOYEZ (02/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°1 ARRIEU et COSAQUE (02/08/2021)
  à mon dech' coiffeur 1 (01/08/2021)
  que imblayeux... (01/08/2021)
  sur le chemin de l'école (01/08/2021)
  les haricots (01/08/2021)
  t'as pas oublié quéquosse at' mason ? (14/07/2021)
  L'Fiète du 14 juillet (04/07/2021)
  Visite dél Mine ed Marles les mines in ...1972 2 (04/07/2021)
  PEPERE partie 3 sur 3 (03/07/2021)
  PEPERE partie 2 sur 3 (29/06/2021)
  LES SOBRIQUETS D'AUTREFOIS - (28/06/2021)
  PEPERE partie 1 sur 3 (25/06/2021)
  Visite dél Mine ed Marles les mines in ...1972 (22/06/2021)
  JU DE BIDET (en chti et en français) (21/06/2021)
  LA MENAGERE EN INOX (11/06/2021)
  D'eul pronique (01/06/2021)
  LES GLACES (21/05/2021)
  DES POULES AVEC DES TABLIERS (11/05/2021)
  IN VA PRINDE L AUTOBUS (03/05/2021)
  la cuisine sur le fourneau (02/05/2021)
  Origines du 1er mai et du muguet (01/05/2021)
  CH PAIN DE 700 (27/04/2021)
  les jardins dans les corons (25/04/2021)
  BARAQUE A FRITES (20/04/2021)
  Chapelle Sainte Barbe (17/04/2021)
  les cendres pas que le mercredi ... (14/04/2021)
  CHA S MERITE (12/04/2021)
  au bruit du moteur (12/04/2021)
  orage oh désespoir ... (08/04/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

NICOLAS Epicerie Fine
par berlens78 le, 13/12/2019  

Juste après ch’ marchand d’vélos, y’avot l’épicerie « fine » Nicolas ; « EPICERIE FINE, VINS ET LIQUEURS » qu’ chétot écrit in grandes lettes au’ d’ sus délle devanture. Chétot tellemint grand là d’dins qu’in n’in veyot pas l’ bout. Nous in dijot pas Nicolas, in dijot àmont Délerue, du nom d’ chés propriétaires. Quand in rintrot dins ch’magasin là, in étot pris par des drôles d’odeurs qu’in sintot pas ailleurs, des condimints, des épices … (pas du pain d’épice ! quoiqu’i y’in vindot aussi mais à l’découpe …) ; des figues, des dattes, du haddock (comme ch’ capitaine), des fruits exotiques, des fruits confits ; et minme chés boites éd’ conserve, alles zétotent pas comme au SPAR : des belles boîtes fantaisie bien ringées, des bocaux à confiture avec des pétits rubans, des pralines dins des paquets tout décorés ...

Monsieur Delerue i’avot eune blouse grise comme chés instituteurs, avec un crayon d’ bos su’ s’ n’ orelle et un tiot carnet din s’ poche pour faire chés zadditions ; et aussi un béret j’ cros bien ; pis un air bonasse qu’i t’aurot vindu s’ quémiche. S’femme, qui étot grande, toudis bien habillée avec eune broche et des bouques d’ orelles, brune avec un chignon à étaches que j’connaichos personne qui étot coiffé comme cha (Alle m’ férot pinser aujourd’hui à « Marge » dins les Simpson…), alle m’ravisot toudis avec un air éd’ coin, comme si qu’ j’étos un gosse éd’ rue (dé l’rue …). Alle avot pas l’air commode, putôt « pète-sec », et alle surveillot tout ; y aurot pas fallu qu’ j’y vas avec mes mains sales, j’auros eu eune réflexion direct. Parelle si j’avos pas essuyé mes pieds su ch’ tapis à l’ porte in arrivant.

J’y allos pas souvint passe qu’ i fallot pas aller là pour acater du vin des Rochers ou du Préfontaines. Là d’ dins, i vindotent pas du pinard mais des « vins fins » : des boutelles avec des belles zétiquettes in lettes gothiques ou avec des catiaux dessinés d’sus, ringées dins des boites in bos avec délle paille, bien au caud comme des pouchins dins leur nid. Des boutelles ? Chés murs i z’in étotent tapissés, pis aussi sur dés zétalaches au mitan délle boutique. Des vins fins … Quo qu’i pouvotent bien avoir éd’ spécial ? Quo qu’i avot dins chés boutelles ? Du vin fin … du vin qu’in versot duchemint avec un pétit filet dins des verres à pied in cristal, qui faijot pas glouglou ?...

J’y allos quand i manquot du râpé ou bien que le SPAR i étot fermé ou bien qu’i n’avotent pus ; mais Mr Delerue i vindot pas cha dins des sachets tout prêts, i allot quère eune vraie meule éd’ gruyère (« Emintalle » qui dijot … bon si ché parelle, mi j’ veux bien) ; i in coupot un morchiau qu’ i mettot dins l’ machine et ch’ râpé i quéyot su’ ch’ papier cellophane posé in d’ sous. Après i l’pesot sur eune grande balance blanque in fer avec plein d’ graduations et deux platiaux ; sur l’un, l’ feulle avec ch’ rapé et sur l’aute des pétits poids in laiton qu’i artirot d’eune boite in bos : i comminchot par in mette un d’50g pis deux d’ 20 grammes et après, i rajoutot ou i artirot des 10g, 5g, des d’2g et minme des 1g ; et quand i’avot fini ses savants calculs, i m’ravisot au-d’sus d’ ses lunettes posées sur sin nez in dijant : « y’a 145 grammes, mon garçon ; çà ira ? ». Mi j’avos demandé 100 grammes mais j’osos pas li dire dé n’artirer, j’préféros cor m’faire inguirlander in rintrant (« j’ t’avos dit d’in prinde 100 grammes, pas 150 ! ») ; déjà qu’i m’ ravisotent d’un drôle d’oeulle, surtout s’femme. (Vire chés 2 photos délle balance et d’ chés poids)

I zétotent là à deux tout l’ journée à atteinde ch’ client. Dés que j’ rintros, j’étos alpagué ; et si j’avos invie d’ faire un tour dins ch’ magasin raviser chés présentoirs et chés zétalaches, ch’ père Delerue i m’ suivot tout partout comme un p’tit tchien, soit disant pou’ m’ rinseigner, mais surtout pou m’ surveiller des fos qu’ j’auros mis un artique dins m’ poche sans l’ faire exprès … Si j’acatos eune boîte éd’ sauce buitoni, des macaronis ou aute cosse, i marquot chés prix sur eune feulle d’ sin carnet ; et quand j’avos fini mes commissions, i arrachot l’ feulle et i mé l’ donnot pour aller à la caisse, dù qu’y avot s’ femme qui trônot derrière sin comptoir. Alle avot des lunettes qui pindotent sur sin corsache au bout d’ des chaines (pour pas qu’in li vole ?). « Bonjour mon garçon ; donne moi ton papier ; c’est tout ce qu’il te faut ? » « Oui madame ». Alors alle armontot ses lunettes sur sin nez et alle tapot chés prix marqués su’ s’ machine ; pis alle aillonnot eune manette su’ l’ côté comme dins chés machines à sous ; ch’ ticket imprimé i sortot d’un côté et ch’ tiroir caisse i s’ouvrot in bas dins un boucan d’tirlipotache éd’ sonnettes avec tous chés compartimints à pièches. Si j’i donnos des pièches, alle les ringeot dins chés cases et alle m’ rindot l’ monnaie. Si chétot un billet, alle ravisot à l’lumière si chétot pas un faux et alle le mettot tout au fond d’ sin tiroir. Alle vérifiot ch’ ticket pour arcompter tout bas in aillonnant ses lèves ; pis alle artirot ses lunettes qui zarquéyotent sur sin corsache et alle m’ tindot ch’ ticket « Tiens prends le ticket, tu le donneras à ta maman ; j’ai recompté, le compte y est ». « Merci madame ; au r’voir madame ». Monsieur Delerue i m’attindot à l’porte pour l’ouvrir ; « merci Monsieur, au r’voir Monsieur ».

Que cinéma ! Chétot un magasin pour chés commerçants ; pas pour chés ouvriers ; et in plus y’avot jamais personne… Cheux qui zallotent àmont Nicolas, i zavottent des sous. Et i zétotent bien habillés. Cheux qui vénotent in auto et qui s’ garotent devant ch’ magasin, Monsieur Delerue i déployot ch’ tapis rouche. Et quand chétot des femmes avec des mantiaux d’ fourrure, i’ allot porter chés commissions dins ch’ coffe. Cor un monde disparu. Asteure, ché eune agence d’assurance ALLIANZ ; avant qu’ cha devienne cor aute cosse pis qu’ cha ferme aussi, comme tout l’reste. (Vire élle photo dé ch’ magasin in 2012 – Streetview)


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |