histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)
  PETIT DETOUR PAR BERCK (21/01/2020)
  retour par les dunes partie 2 (17/01/2020)
  retour par les dunes partie 1 (17/01/2020)
  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)
  au gui l an neuf (01/01/2020)
  Retrouvaille (01/01/2020)
  drapeau orange (28/12/2019)
  Conte ed Noë (25/12/2019)
  NOEL D AVANT (23/12/2019)
  le shampoing aux oeufs (22/12/2019)
  le shampoing FA (22/12/2019)
  les chocolats à la liqueur (22/12/2019)
  le paté Caby (22/12/2019)
  AU GALIBOT Chaussures PEUVREL (20/12/2019)
  ALIMENTATION GENERALE MARCHAND (17/12/2019)
  NICOLAS Epicerie Fine (13/12/2019)
  MARCHAND DE VELOS (10/12/2019)
  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
AU GALIBOT Chaussures PEUVREL
par berlens78 le, 20/12/2019  

Ch’ magasin d’après, chétot un marchand d’cauchures, AU GALIBOT; in dijot amont Peuvrel ; mais y s’appelotent Eripret ; Monsieur et Madame ; pis aussi 2 ou 3 vindeusses. Qui zétotent in uniforme, habillées avec un quémijier blanc, eune jupe noire, des bas et des cauchures à talons. I n’avot eune qui s’appélot Jacqueline. Chétot un magasin pas bien grand, tout in longueur, avec des ringées d’ cayelles éd’ chaque côté, et des glaces par terre pour vire ses pieds avec chés nouvelles cauchures, pis l’ caisse au bout. Madame Eripret, alle ténot sin magasin in dirigeant tout sin pétit monde d’pis s’caisse qu’alle étot d’bout derrière tout l’journée, pour incaisser chés sous et faire chés imballaches . Pis donner des ballons aussi …

Aller acater des godasses àmont Peuvrel, chétot un évènemint ; passe que cha arrivot pas souvint. Dins ch’ temps là, chés godasses i durotent des années et après cha in les portot à ch’ cordonnier pour les arcoeude ou les arsemeler ; clouer des fers à chés bouts ou armette des talons. Déjà, quand in poussot l’ porte pour rintrer dins ch’ magasin, chétot le jour et la nuit avec l’épicerie Marchand à côté : un biau carrelache brillant noir et blanc, eune lumière blanque avec tous chés néons, eune propreté qu’in aurot pu minger par terre et eune forte odeur d’cuir tout neuf. Quand j’y allos chétot avec ém’ mère et tout d’suite in arrivant, in étot pris in charge ; « Bonjour Madame Dourlens ! vous allez bien ? vous venez pour le petit ? il a bien grandi depuis la dernière fois ;… » et blablabla « alors tu travailles bien à l’école ?... » et blablabla… « tenez, asseyez-vous là, Jacqueline va s’occuper de vous tout de suite une fois qu’elle en aura terminé avec madame Untel ». Pas la peine éd’ préciser qu’avant d’y aller, j’ m’avos lavé délle tête aux pieds et surtout j’ avos mis un slip prope et des cauchettes neuves pas raccommodées…

Donc souvint i fallot atteinde assis sur chés cayelles alignées l’ long dé ch’ mur ; in ravisant ses pieds.Quand in comminchot à gigoter qu’in n’avot un tiot peu marre d’atteinde, Madam Eripret alle nous rassurot « on s’occupe de vous tout de suite, il n’y en a pas pour longtemps … Jacqueline vous avez bientôt terminé avec madame Untel ? … Voilà, très bien … dans quelques minutes elle est à vous … »

Que cinéma ! mais que chétot bien !!! Et surtout quand min tour y’ étot arrivé ! L’ vindeusse alle arrivot, alle posot un tapis in d’sous d’ mes pieds et alle s’agenouillot devant mi ; délachot mes souillers et les mettot su l’ coté. Là j’étos in cauchettes. « Il fait quelle pointure ? » qu’alle demandot à m’mère ; em’ mère alle savot pus trop, d’pis l’ dernière fos qui r’ montot à … « C’est pas grave, on va mesurer » et alle allot quère un pédimète in bos (après chétot in inox) que j’ calos min talon au bout et alle avanchot l’aute bout jusqu’à toucher mes ortelles. Là j’artiros min pied, et alle avot pus qu’à lire l’ pointure. Pis parelle pour l’ aute pied. Pas d’ pot, j’avos un pied pus grand qu’ l’aute : cha allot ête compliqué pour trouver l’ bonne pointure …

Après, alle s’ arlévot pour aller armette l’ machine à s’ plache et alle arvénot s’mette à genoux devant mi. « Alors, c’est pour quel genre de chaussures ? des souliers ? des mocassins ? des bottillons ? .. » ; « Ben, des bottillons sivousplaît.. » ; « Ah ! des botillons … alors fourrés ? pas fourrés ? Imperméables ?... » ; jé n’ savos pas trop, ém’ mère non pus. Enfin si, alle savot très bien, in voulot des pas trop quères, mais cha in pouvot pas vraimint l’ dire … Alors l’ vindeusse alle s’in allot dins l’arrière boutique, que l’ porte du fond alle étot toudis ouverte ; y’ avot des grandes équelles qui montotent tout un haut d’ chés étalaches rimplis avec des milliers d’ boites à cauchures qu’in veyot minme pas ch’ plafond…Jé l’ ravisos monter à l’équelle, avec ses belles gambes et pis ses bas ; jusqu’au milieu d’ chés marches seulemint passe que plus haut, j’auros pas voulu passer pour un vicieux … (après , quand j’étos pus grand, jé m’ rappelle pus bien ..) Et alle arvénot avec des piles éd’ boites dins ses bras, des fos jusqu’ in d’sous d’ sin minton, qu’alle posot par terre in mettant un g’nou et l’essayache i pouvot commincher.

Alle attrapot min pied, intiquot délicatemint l’godasse éd’ sus avec un chausse pied, allot arquère eune aute boite si l’pointure cha n’allot pas ; et eune fos qu’ cha rintrot bien, alle mettot l’ deuxième à l’aute pied, jé m’ lévos, et j’ comminchos à marcher ; aller jusqu’à l’ caisse ; arvénir ; tout cha sous les oeulles attintifs délle vindeusse, critiques délle caissière, et inquiets dé m’mère qui savot pas ch’prix (qui étot marqué in d’sous délle boite qu’in pouvot pas l’vire) … L’ vindeusse alle m’ demandot si cha allot, si chétot confortable, si cha m’ serrot pas ; alle tatot au bout d’ mes ortels pour vire si i restot délle plache. « Vas-y, marche encore un peu pour qu’on voiye.. » ; alors j’arfaijos un aller et retour. Mais cha m’ serrot un tiot peu. Jé m’ rasseyos et j’essayos eune aute pointure. Pis après chétot eune aute couleur ; pis un aute modèle .. cha pouvot bien durer eune demi-heure , des fos eune heure !.. à la fin, y’ avot des boites ouvertes tout partout devant mi, avec chés papiers cellophanes ouverts … L’ vindeusse alle mettot pus ses deux genoux par terre, alle in mettot un pis alle cangeot d’ position. Alle m’ ravisot, pis alle ravisot ém’ mère. « Alors comment tu les sens celles-là ? » « Elles vont bien ? Elles te font pas mal ? Marche encore un peu pour voir… ».

Après tout cha, in étot obligés dé s’ décider pis d’in acater eune paire. Après tout cha, cha aurot été mal élevé dé s’ léver in dijant « Merci mademoiselle mais finalement, aucun modèle ne nous convient … Au revoir et à bientôt … ». In n’ étot pas comme cha ; in connaichot l’ prix du traval ; et chés vindeusses, alles in faijotent du travail comme cha tout l’ journée. Alors j’ in cusichos un modèle, souvint ch’ plus quère sans l’ faire exprès ; ém’ mère alle faijot un peu la grimace mais alle pouvot pas dire nan, passe que j’ voulos chelles lalles pis pas des zautes, qu’y avot que ch’ modèle là qui m’ plaijot, qu’ chétot pas dé m’ faute … Madame Eripret, pas dupe, alle in rajoutot : « Il a fait un bon choix vot’garçon ; vous verrez, vous le regretterez pas, elles sont solides, elles vont durer longtemps ! »…

Pendant que l’vindeusse alle allot armette tous chés boites dins l’ remisse in haut dé ch’ l’équelle, Madame Eripret alle faijot un imballache soigné autour délle boite à cauchures, qu’alle fermot avec eune belle fichelle éd’ couleur. Et qu’ alle mettot après dins un biau sac in plastique « Chaussures Peuvrel »… Em’ mère alle sortot ses billets d’sin porte monnaie jusqu’à ch’ dernier ; sans rien faire vire. In essayant d’ prinde un air détaché. Mais j’ sintos quand minme qu’ j’allos prinde un savon in sortant dé ch’ magasin.

Em’ mère alle payot, Madame Eripret alle m’ donnot ch’ plastique avec un grand sourire et alle s’ rappelot qu’alle avot oublié quéque cosse … Ch’ ballon … « Ah j’ai oublié le plus important ! Un ballon ! tu veux un ballon ? » « Oui madame ; j’pourrai en avoir deux ? un pour moi pis un pour mon p’tit frère ?... ». Bien sûr qu’alle dijot oui ; alle s’in allot dins l’arrière boutique, j’intindos l’ sifflemint d’ l’air comprimé qui gonflot chés ballons. Et alle arvénot avec 2 ballons, d’ deux couleurs différintes « un pour toi et un pour ton frère, comme çà vous vous chamaillerez pas ! chacun le sien … ». Éd’ sus chétot écrit « Chaussures Peuvrel » ; l’ vindeusse alle arvénot nous ouvrir élle porte, nous dire ar’voir et merci ; in sortot d’la comme des rois, souvint i faijot noir, in étot tout près d’Noël et y’ avot déjà chés illuminations dins chés rues. J’ ténos d’eune main mes ballons pis d’ l’aute ém’ boite à cauchures. Chés lumières y faijotent des reflets sur chés ballons pis sur les lunettes dé m’mère. Finalemint, j’allos pas m’faire inguirlander ; alle veyot qu’ j’étos contint ; alors alle étot continte aussi. Alle dirot pas ch’prix à min père. J’avos qu’ deux mains, qui zétotent occuppées ; y mé n’aurot fallu eune troisiinme pour él’ mette dins l’sienne. Mais jé n’avos pas ; alors jé m’serros un tiot peu pus fort conte elle in marchant. In n’allot pas lon ; l’baraque alle étot à cinquante mètes.

In rintrant, y’avot min tiot frère qui attindot à l’porte. Pas tellemint après mi, putôt pour sin ballon. I’ étot contint. Pour chés cauchures, sin tour à li i vindrot pus tard. Un aute jour. Avec pétête eune aute vindeusse. Ses pieds y toucherotent pas par terre alors alle i donnerot un pétit tabouret pour les poser d’ sus ; y n’avot un dins un coin pour chés tchiots. Y’avot tout ce qui fallot àmont Peuvrel. Pis pour tout le monde ; riches ou pauves, pétits ou grands, in étot traités parelles ; y’avot pas d’ différinche ; et chétot comme cha dins tous chés magasins d’ godasses à Bruay : amont BATA, àmont CENDRILLON, au SOULIER D’OR, àmont FAIDHERBE… Y n’avot plein des magasins d’ cauchures, avec tout partout des vindeusses bien habillées qui s’ mettotent in quate pour chés clients.

Cha existe cor aujourd’hui des magasins comme cha ? Pétête à Paris sur les Champs-Elysées …mais sûremint pas au minme prix !


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |