histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
RUE NOUVELLE et COIFFEURS
par berlens78 le, 07/01/2020  

Après Galibot/Peuvrel, y’avot eune tiote ruelle étroite pas éclairée qui déchindot sur eune impasse avec quèques maisons ; rue Nouvelle (vire su’ l' photo ch’ passache intre l’ boulangerie et anciennemint Galibot). Y’ avot pas d’magasins dins l’rue là, que des maisons d’ corons ; un tiot coron in miniature. Y’ avot pas d’ magasin mais jé m’ rappelle qu’ j’ y allos quand minme avec min père au coiffeur quand j’étos jeaunne… Chétot un vrai coiffeur ? Jé n’ sais pus… mais j’ cros pas passe que d’dins chétot comme à m’ maison ; y’ avot pas d’ lavabo et pas d’ glace pour s’vire éd’ dins ; j’ m’asseyos dins l’ cuisine sur eune cayelle in formica, i mettot eune serviette autour éd’ min cou ; et pour élle coupe, y’ avot pas gramint l’ choix : chétot « eune brosse coupée court ». J’ rajoutos tout bas « pas trop court quand même … » mais i m’intindot pas. I faijot cha avec ésse tondeuse à main, comme j’ai arvu cha des années pus tard à l’armée. In chinq minutes j’étos ratiboisé ; i devot pas prinde gramint pour faire cha.

Des coiffeurs dins ch’ quartier , y n’avot pas tant qu’ cha : Locrelle in fache du lycée, mais chétot putôt pour chés femmes, comme ém’ mère qui y allot pour faire és’ « permanente » avant d’aller à un mariache ou à eune communion (avec ch’ pétit rafraîchissemint gratuit au matin délle cérémonie) ; pis un aute rue d’ la République, in face du Casino, FIGARO qu’ cha s’appélot. Là, chétot un vrai salon avec des cayelles pour s’assir in attindant, des lavabos et des glaces. Quand i m’ coupot mes cavux, j’ ravisos par terre, j’ voulos pas assister au massacre ; si y’ avot eu qu’ mi, j’ y s’ ros jamais allé au coiffeur, j’auros gardé m’ coiffure à la « bitteul’s ». J’ véyos des mèches intières quère par terre tout autour éd’ mi ; chétot à mi tout cha ? Et i’ in coupot cor, et cha quéyot !! Au fond d’ mi j’y crios d’arrêter mais i’ intindot rien. Quand l’ porte alle s’ouvrot qui n’avot un qui rintrot attinde sin tour, j’ sintos un courant d’air su’ min cou et un coup d’ frod qu’ j’ étos pas habitué. Et chés ciseaux qui cliquotent , pis cor un coup d’ tondeusse !! Pis cor un coup d’ ciseau au d’ sus d’ mes zorelles...

D’un seul coup y’ avot un momint d’ silence ; j’avos mes ziux fermés et j’ouvros un oeulle à mitant ; i’ avot fini ou chétot juste eune trêve ? ses ciseaux i coupotent pus ? S’ tondeusse alle étot in panne ? J’ l’intindos marcher vers sin comptoir pis arvénir avec eune glace, qu’ i passot derrière ém’ tiête pis sur les côtés, in m’ demandant si cha allot ; et j’ répondos « oui, oui » sans minme raviser. J’étos dévasté. Jé m’ sintos tout nu comme un vièr qui aurot voulu rintrer sous terre, j’étos pus comme és z’autes, in véyot mes zorelles !! I m’ vaporisot un coup d’ laque, artirot l’ serviette autour d’ min cou in l’ escouant un grand coup, et i fallot cor aller payer, in plus !

J’ rintros à m’ maison in rasant chés murs, in passant par l’ bas délle rue d’ Divion, surtout pas par chés magasins du cerque et cor moins devant Prisunic. Coupé comme cha, ché sûr, y’ aurot pus eune fille qui m’ raviserot et mes camarattes i z’ allotent és’ foute éd’ mi.

Pendant eune paire éd’ jours, in m’ veyot pus trop dins chés magasins ni dins chés rues ; j’étos cor sous l’ choc. I restot pus qu’ à atteinde qu’ cha arpousse.


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |