histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)
  au gui l an neuf (01/01/2020)
  Retrouvaille (01/01/2020)
  drapeau orange (28/12/2019)
  Conte ed Noë (25/12/2019)
  NOEL D AVANT (23/12/2019)
  le shampoing aux oeufs (22/12/2019)
  le shampoing FA (22/12/2019)
  les chocolats à la liqueur (22/12/2019)
  le paté Caby (22/12/2019)
  AU GALIBOT Chaussures PEUVREL (20/12/2019)
  ALIMENTATION GENERALE MARCHAND (17/12/2019)
  NICOLAS Epicerie Fine (13/12/2019)
  MARCHAND DE VELOS (10/12/2019)
  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES
par berlens78 le, 09/01/2020  

A ch’ coin délle rue Nouvelle, in trouvot l’boulangerie Casteele.

« Té d’manderas un pain d’700 pas trop cuit » ; Madame Casteele alle servot chés gins à l’ boulangerie et s’ n’ homme, qui n’in sortot pas souvint d’sin fournil au fond délle cour, i faijot ch’ pain ; chés patisseries, j’cros qu’ chétot sin garchon qu’i avot fait eune école pour cha. Madame Casteele alle avot d’ l’énergie à r’vinde et sin magasin i tournot comme eune horloche. I’ avot toudis la queue jusqu’à l’ porte mais in avot pas l’ temps d’atteinde qu’in étot déjà arrivés à ch’ comptoir. Tout in servant chés clientes, alle ringeot chés pains qui vénotent d’arriver tout cauds dé ch’ fournil, in rindant l’ monnaie et in n’oubliant pas chés comméraches qui zallotent bon train dins l’ boutique. Et comme chétot toudis plein, tout l’ monde i’ étot au courant , i’ avot pas b’ soin d’acater ch’ journal.

Quand chétot min tour, j’ i demandos toudis un pain d’ 700 ; « bien cuit ? » qu’ alle d’ mandot ; « pas trop cuit » que j’ répondos. J’avos ch’ compte juste et j’ posos chés pièches su ch’ comptoir ; tout in imballant min pain, alle demandot déjà l’ personne suivante … Des fos, alle m’donnot un bonbon qu’alle sortot d’un bocal à côté dé s’caisse inregistreusse. Ou eune chuchette. J’y allos aussi pour acater délle levure quand chétot mardi gras ou l’ candeleur, qui fallot souvint arténir pis commander eune paire éd’ jours avant. J’ cros m’ souvenir qu’i in fallot 70 grammes. Madame Casteele alle posot eune feulle éd’ cellophane su’ un platiau dé l’ balance, qui étot pas comme amont Delerue ; alle étot blanque, in fer, avec un grand socle et un cadran tout un haut avec eune aiguille rouche et des graduations. (vire élle photo)

Élle levure alle étot bien blanque et cassante et alle sintot bon de loin ; j’ mettos ch’ pétit paquet dins m’ poque in arvénant in courant à m’ maison passe que j’croyos qu’i fallot pas l’mette à l’ lumière, qu’alle allot jaunir et qu’ chés crêpes y s’rotent pas réussies. Et d’abord, in rintrant, après l’avoir faire vire à m’ mère in soulevant juste un coin dé ch’ paquet, j’allos l’poser dins l’escalier au bord délle caffe sur eune étagère pour qu’alle seuche dins l’noir et au frais.

Jé m’ rappelle d’eune avinture eune fos pour aller quère ch’ pain amont Casteele. Min père y’ avot artrouvé dins ch’ fourbis in haut délle remisse eune paire éd’ patins à roulette in fer avec des lanières in cuir. (photo 2)

Cha avot dû ête dins l’ temps à min grand frère et chétot pas m’pointure. Mais j’ai quand minme voulu les essayer et faire min malin in dijant qu’ j’allos aller quère éch’ pain à l’ boulangerie avec. Jé z’ai mis à mes pieds tant bien que mal et j’sus parti ; pour y aller, cha montot ; alors j’ avanchos in crabe mais chés saletés d’patins y voulotent toudis ardéchinde et j’devos m’ténir à chés poteaux, chés bordures éd’ vitrines , et j’sus arrivé tant bien qu’ mal à l’boulangerie. Là in rintrant, min pied y’est parti un avant su ch’ carrelache et heureusemint qu’y avot des gins qui zattindotent à la caisse pour ém’ rattrapper…
J’ai réussi à payer in m’ ténant d’eune main à ch’ comptoir et j’sus arsorti avec min pain d’700 sous min bras ; des zames charitabes y m’ont ouvert élle porte et ché là qu’ jé m’sus rindu compte que cha déchindot rudemint pour arvénir à m’ maison. A peine sorti dé l’ boulangerie, j’sus parti comme eune flèche in criant à chés gins su’ ch’ trottoir « attintion ! attintion !!! j’sais pas in faire !!!» et j’ai eu qué l’ temps dé m’ rattrapper dé m’ main libe à un poteau de stationnemint et d’in faire 3 fos l’tour ! Jé n’ai attrappé eune suée ; j’osos pu bouger ; jé m’demandos commint qu’ j’allos faire pour rintrer. J’ pouvos pas z’inlever passe qu’i aurot fallu qu’ jé m’ pinche in avant in m’ajouquant et j’ m’auros rétalé. J’ai réussi, comme si qu’ j’auros marché sur des zoeufs, à faire deux mètes jusqu’à l’vitrine àmont Délerue et à continuer à déchinde su ch’trottoir in longeant chés vitrines et in m’ ténant à chés bords !... (vire élle photo 3 intre Casteele et Nicolas)

Au coin délle rue d’divion, j’ai cor fait deux tours autour dé ch’ panneau stop et d’ là, jé m’sus lancé pour attrapper l’clinche délle porte du haut dé m’ baraque !! Sauvé ! pas cor tout à fait passe qu’i m’fallot core ém’ pencher pour ouvrir ch’verrou délle porte du bas ; j’ai eu que l’temps d’ m’accrocher à deux mains à l’batinsse pis d’appeler quéqu’un à la rescousse que j’ faijos l’ grand écart avec mes panards et chés patins qui trimpotent dins ch’ rucheau … Cha a été l’ première et l’ dernière fos qu’ j’ai fait du patin à roulettes … (vire éllé photo 4 délle porte à deux battants délle baraque)

Donc in mingeot des pains d’ 700 ; des baguettes, cha n’existot pas cor à Bruay, in n’étot pas à Paris. Mais y’ avot quand minme des flûtes (des grosses baguettes), des boules (des pétits pains d’ 700), des pains d’ trois lives (pour chés familles nombreusses) et des bâtards (pour mi chétot un gros mot alors j’ai jamais osé demander quoiqu’ chétot) … Pus tard, Madame Casteele alle avot eune machine à trancher alors in pouvot demander un « pain d’ 700 coupé » ; là chétot quand minme un vrai progrès, qu’in pouvot minger des tranches éd’ pain fines et régulières ; passe que jusque là, à l’ maison, chétot min père qui coupot chés tranches avec sin grand coutiau à pain, qu’i aiguisot régulièremint dins sin garache, et qu’ personne i’ avot l’ drot d’ toucher. Mais minme bien aiguisé, chés tranches, y n’avot d’ tous les sortes, des trop grosses, des trop fines, des d’ coin, des mal foutues … Alors ch’ pain coupé, cha a été un vrai progrès.

Du pain, in n’acatot pas tous les jours non pus ; in allot deux trois jours avec un pain d’ 700 ; i s’ conservot bien mais i dév’ not vite du pain « rassis », qui étot pus fort bon à machuquer. Mais in connaichot que cha ; y avot pas d’ croissants non pus, et chés pétits pains au chocolat chétot des fos l’ jeudi après-midi qu’y avot pas l’école, pour sin goûter. Mais pas tous les jeudis non pus, fallot pas exagérer . Souvint, chétot mémère qui, pou nous faire plaisir, alle m’ donnot des sous pour aller n’acater, ou bien un chausson aux pommes, ou un « schnoucka », eune espèche éd’ pétit pain polonais avec des graines éd’ pavot d’ dins, tout arcouvert d’chuque ; cha chétot pour chés clients polonais. Mais nous aussi qu’in étot français, in in raffolot.

Dins l’ rue d’ Divion, in plein mitan dé ch’ coron, i’ avot eune boulangerie polonaisse, eune toute pétite boutique bas d’ plafond qu’y avot deux trois marches à déchinde pour passer l’ porte, et qui n’ étot ouverte qu’eune paire d’ heures l’après-midi. Y avot rien in vitrine et pas grand cosse non pus à l’intérieur, seulemint du pain …. Et des schneckis (un schnouka, des schneckis..). Ché eux qui zavottent comminché les premiers à in vinde pis après in in trouvot dins tous chés boulangeries. (photo 5 d’un schnouka)

Pus tard, àmont Casteele, i zont fait pâtisserie aussi; mais pour mi ché toudis resté eune boulangerie. L’ pâtisserie, l’ vraie, chétot les sœurs Boucly un peu pus bas dins l’ rue Alfred Leroy, qu’ j’in parlerai pus tard. Des boulangeries, i n’avot pas tant qu’ cha à Bruay ; in acatot moins d’ pain qu’asteure passe qu’i s’gardot pus longtimps. Et quand que ch’ pain i’ étot trop rassis, qu’ pus personne i n’in voulot, ben in l’ jettot pas ; soit in l’ donnot à chés poules, soit in in faijot du pain ferré ou du pain d’ tchien. Mi j’ raffolos du pain ferré, des tranches éd’ pain que m’ mère alle trimpot d’un côté pis d’ l’aute dins eune jatte avec des œufs battus, pis dins eune aute avec du lait ; et qu’alle faijot roussir après dins eune poêle su’ ch’ fu avec du beurre. Eune fos cuit et bien caud, alle ballot l’ tartine éd’ pain férré dins m’ assiette pleine éd’ chuque et j’ rajoutos cor délle castonnade éd’ sus !... Cha faijot cor un souper qui arvénot pas quère …(photo 6 pain ferré)

Du pain d’ tchien, chétot cor aute cosse : chés rosbeefs i dirotent du « poudding ». M’ mère alle écrasot ch’pain dins du lait bouilli, in rajoutant des oeufs, des rojins secs et eune (grosse) goutte éd’ rhum Négrita, du beurre, du chuque, et alle mettot cha dins ch’ four eune bonne heure dins eune tourtière in fer. Et à 4 heures, in pouvot in manger un morchiau qui sortot tout caud dé ch’ four, fondant au miyeu et croustillant au d’zeur. Eune fos arfrodi, in pouvot cor in minger pendant trois quate jours, pour goûter ou in dessert. Si in fait ch’ calcul, un pain i pouvot durer comme cha pus d’eune semaine !... (photo 7 pain d’ tchien)

L’ boulangerie Casteele alle a perduré jusqu’in 2016 (photo 8) ; aujourd’hui, ché dév’nu eune viennoisserie.


  ( 8 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |