histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)
  au gui l an neuf (01/01/2020)
  Retrouvaille (01/01/2020)
  drapeau orange (28/12/2019)
  Conte ed Noë (25/12/2019)
  NOEL D AVANT (23/12/2019)
  le shampoing aux oeufs (22/12/2019)
  le shampoing FA (22/12/2019)
  les chocolats à la liqueur (22/12/2019)
  le paté Caby (22/12/2019)
  AU GALIBOT Chaussures PEUVREL (20/12/2019)
  ALIMENTATION GENERALE MARCHAND (17/12/2019)
  NICOLAS Epicerie Fine (13/12/2019)
  MARCHAND DE VELOS (10/12/2019)
  PHOTOGRAPHE CRENDAL (07/12/2019)
  LearningApps (07/12/2019)
  ANCIENS COMMERCANTS DE BRUAY (04/12/2019)
  El mariache d’Anatole et Pauleine (30/11/2019)
  CH MARQUE D BRUAY (29/11/2019)
  l' arrivée à Merlimont (25/11/2019)
  instrument de musique de notre infance (24/11/2019)
  Merlimont Barcarolle..... (23/11/2019)
  PICHOTIERES (23/11/2019)
  ANNIVERSAIRE (21/11/2019)
  Merlimont les gauffres (21/11/2019)
  pour ceux qui ne vont pas sur facebook (21/11/2019)
  Merlimont c'était un pauv' gars (20/11/2019)
  Merlimont le magasin de souvenir (19/11/2019)
  Merlimont, L Ambiance (18/11/2019)
  Merlimont le Dé d' Argent (17/11/2019)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «Poilus» (10/11/2019)
  MIN MONONQUE (2ième partie) (09/11/2019)
  Au revoir Jean-Marc (08/11/2019)
  MIN MONONQUE (1ère partie) (06/11/2019)
  tour à la Toussaint (01/11/2019)
  L' TOUSSAINT (30/10/2019)
  faire un bec à Marie (27/10/2019)
  les bios mots d' la langue française .... (27/10/2019)
  RINTRÉE DES CLASSES (25/10/2019)
  d' la viante rouche .... (21/10/2019)
  ch' lapin et m' mère (19/10/2019)
  El dame blanque d'Esquelbeck (19/10/2019)
  BECS DE CORAL ET BENGALIS (16/10/2019)
  ché sms mms i zont bon dos (13/10/2019)
  PICHON ROUCHE ET BITACLÉ (11/10/2019)
  L BRADERIE D BRUAY (08/10/2019)
  devoir sur la braderie la correction (07/10/2019)
  braderie la fin (07/10/2019)
  au milieu de la braderie (07/10/2019)
  déchinte à la braderie (06/10/2019)
  départ à labraderie (06/10/2019)
  j a pinsé à ti Papa (30/09/2019)
  IN VA TUER CH COQ (29/09/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
CH DEBIT D TOUBAQUE
par berlens78 le, 14/01/2020  

Après l’ boulangerie, chétot un bistrot ; jé n’sus jamais rintré d’dins. Et juste à côté, y’ avot ch’ débit d’ toubaque. J’y allos pas pour mi, mais pour min père. Pou s’ rappeler, y’ avot pas b’soin d’ marquer sur un bout d’ papier, chétot un paquet d’ tabac bleu (y fumot pas du gris) et un carnet d’ feulles à rouler Riz-la-croix. Du « bleu », chétot pas ch’ vrai nom mais l’ couleur dé ch’ paquet, pour pas confonde avec du « gris ». Ch’ vrai nom chétot « Scaferlati supérieur caporal » mais « du bleu » cha allot pus vite à dire. Jé l’ acatos toudis avec des feulles à rouler, ployées in deux dins eune sorte éd’ pétit carnet qui fallot saquer d’ sus délicatemint, avec un côté à coller ; y’ avot des puristes qui les roulottent à l’ main intre leurs dogts mais ch’ résultat i’ étot pas toudis à la hauteur. Min père, li, i les faijot avec és’ boîte automatique, chétot moins risqué et chés cigarettes in aurot dit des vraies (photos 1 et 2).

« Siteplait p’pa, j’ peux l’ faire ? » « Si té veux, mais applique-te ». J’ ouvros l’ boite à toubaque, et j’appuyos avec min dogt su l’ toile pour l’intiquer au fond. Pis j’ prénos des pinchées d’ toubaque que j’étalos tout du long in l’ tassant aussi avec ch’ carnet à feulles, in rajouter un tiot peu par chi par par là pour que l’ cigarette alle seuche bien égale tout du long. Saquer eune feulle dé ch’ carnet Riz-la-croix, passer su’ m’ langue ch’ côté à coller, et l’ poser su l’ toile in bordure dé ch’ toubaque. « Comme cha ché bien, p’ pa, j’ peux l’fermer ?!... » « ouais, d’un coup sec, vas-y ! ». J’ fermos duchemint ch’ couverque in ravisant par in d’ sous si l’ l’ feulle alle inroulot bien ch’ toubaque ; pis jé l’ claquos d’un coup sec ; et l’ cigarette alle arsortot par ch’ trou, toute faite ! L’ prinde et tapoter chés bouts d’ chaque côté su l’ boite pour rintiquer chés morciaux qui dépassotent. Et l’ donner fièremint à min père ; mais y’ avot toudis quéque cosse qui n’allot pas : ch’ papier i s’ décollot, ou i manquot du toubaque dins ch’ milieu, ou pire alle étot d’ coin, ch’papier i avot bougé in arfermant l’ boite … (photo 3 )

D’ timps in temps, à ch’ débit d’ toubaque, y’ avot b’soin aussi d’ pierres à briquets : y n’avot chinq dins eune pastille in fer ; pour in rassaquer eune, i fallot faire tourner eune rondelle éd’ plastique transparent et mette éch’ trou pile au d’sus, sinan alle sortot pas. Chés pierres à briquet, chétot pour mette dins sin briquet à essence pour faire chés zétinchelles. (photo 4)

Quand j’ai comminché à finquer à 10 ou 11 ans, j’allos surtout pas acater mes P4 ni mes zicheliffe dins l’boutique là ; j’auros eu trop peur d’ête vu par un qui connaichot mes parints ; ou minme ch’ marchand qu’ i aurot d’mandé insidieusemint à min père un coup qu’il l’aurot vu : « Bonjour Monsieur Dourlens, y’ a vot’ garçon qui est v’nu acheter des « Parisiennes » l’aut’ jour, c’était pour vous ? Vous êtes passé aux cigarettes toutes faites ?... » et là j’auros pas échappé à l’ borniffe : « Té finques à cht’ heure ? à 10 ans ?!! Et dû qu’ t’as pris chés sous ? Hein ? réponds ! … » « Nan chétot pas pour mi, chétot pour un camaratte qui m’avot donné ses sous pou qu’ j’y vas à s’ plache ! » « Un camaratte ? qui cha ? Que camaratte ? Dis-me sin nom , j’ vas aller vire sin père !... » … Ouhh ya ya, cor des drames in perspective, d’ zhistoires à n’ in pus finir. Alors pour éviter tout cha, j’allos les acater l’pus long possibe, à ch’ débit d’toubaque qu’y étot à l’aute bout d’ bruay, in bas d’ la Lawe, à côté d’ l’églisse Saint Martin. Là personne y m’connaichot et j’risquos pas d’in croiser un du 4. (photos 5)

Avec min camaratte Jojo, l’ diminche matin à 8h et demie, in allot à l’ messe à Sainte Barbe avant d’ faire not’ communion. In déchindot l’ rue Alfred Leroy, pis l’ rue Henri Cadot et l’rue Charles Marlard jusqu’à l’églisse. In s’ faijot bien vire à tout l’ monde et surtout à ch’ curé qui étot à l’ intrée. In s’ mettot dins l’ dernière ringée au fond à côté dé ch’ bénitier et jusse avant que l’messe alle comminche, in arsortot in douche par élle pétite porte. Et d’ là, in déchindot l’ rue Cail jusqu’ à la Lawe pis l’ rue Marmottan jusqu’ à ch’ débit d’ toubaque à côté d’ l’églisse Saint Martin. Avec chés sous qu’in nous avot donnés pour la quête, in acatot un paquet d’ P4 ou un paquet d’ Hichliffe, qu’y avot cinq cibiches éd’ dins (vire chés photos). Pis in s’ dépéchot d’aller au stade Grossemy derrière chés zarbes pour in finquer deux trois chacun et finir ch’ paquet. Après in arpartot à Sainte Barbe pour arriver avant l’ sortie délle messe, dire arvoir à ch’ curé et à chés gins tout cha et in rintrot après avoir chuché des pastilles valda ou des pétits bonbons verts au menthol. Arrivés à ch’coin délle rue, in ouvrot s’ bouque in soufflant pour respirer l’ haleine et d’ l’aute, vérifier qu’ cha sintot pas l’ finquère.

Ch’ pétit manèche là y’ a pris fin un diminche matin qu’in avot acaté un paquet d’ vingt et qu’in s’ disputot pou savoir qui ché qu’i allot l’ garder dins l’ semaine. Jojo i m’a bousculé sans l’ faire ésprès et j’ai été claquer m’ guiffe su l’ barrière in fer qui longeot ch’ parking du lycée, in m’ cassant eune dint ! et j’ pichos l’ sang ; alors j’ sus rintré in courant, j’avos pas pris l’ temps d’ chucher un chuque à la menthe, et m’ mère alle a sinti tout d’ suite élle finquère. Et j’ai été obligé d’ tout i raconter. L’ lundi pendant qu’ j’allos vire ch’ dentisse à l’ caisse éd’ secours, ém’ mère alle a été tout raconter à ch’ curé. Du coup j’ai dû aller à confesse pusieurs fos d’ suite et j’ai sûremint été bien puni.

Pus tard, m’ mère alle s’a mis à fumer eune Royale menthol filtre tous les diminches. Alle avot comminché avec s’ voisine Madame Massinon qu’alles passotent tous leus mardi après-midi à papoter, qu’alles zavotent pris goût à finquer eune cigarette après ch’ café, sûremint pour faire comme chés zhommes. Chétot dév’nu un rituel du diminche après minger ; alle avot pas d’ briquet alors alle d’ mandot du fu à mes frères ; mais pus i z’approchotent élle flamme et pus alle s’arculot qu’alle avot peur dé s’ brûler ! Ou alors alle tirot pas d’sus ; alle savot pas l’allumer. Jé l’ faijos à s’ plache et j’ li rindos tout allumée. Alle saquot à peine su ch’ bout filtre in plissant ses ziux comme si qu’ cha risquot d’esploser, et minme sans avaler l’ fumée, alle toussot comme un tubard in dévenant tout rouche et cha nous faijot rire aux larmes. Alle passot s’ main d’ vant s’ bouque in dijant « Ouh !! ché fort ! cha m’ fait tousser ! Tiens, finis-le ! ». Alors mi, trop contint, jé l’ finichos. Et pus tard j’in fumos eune intière…

M’ n’avenir éd’ grand fumeur i étot tout tracé.

(photo 6 « Royales menthol »)


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |