histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  du musiau ... (01/05/2022)
  le patois du quotidien (24/04/2022)
  ch' zelections partie 2 (24/04/2022)
  ch' zelections partie 1 (24/04/2022)
  charte pour la sauvegarde du patois (21/04/2022)
  le lilas du jardin (20/04/2022)
  au bout de la rue, aux champs (19/04/2022)
  El misseron rouche (16/04/2022)
  arrivée à la maison (20/03/2022)
  de Béthune à Bruay (20/03/2022)
  de Lens à Béthune (20/03/2022)
  arrivée à Lens (20/03/2022)
  d Arras à Lens (20/03/2022)
  arrivée gare d Arras (20/03/2022)
  la mère caresmelle (15/03/2022)
  ché soeurs à cornette .... (06/03/2022)
  les terrils du pays à part (13/02/2022)
  ché cintres in bo (12/02/2022)
  allo allo y a du brin dinch' tuyau (06/02/2022)
  té vo m' neule ? (06/02/2022)
  les ouatères (06/02/2022)
  la ficelle dech' facteur (06/02/2022)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  devant s' n' école primaire (30/01/2022)
  au ''Cercle'' (23/01/2022)
  m' grand tante (23/01/2022)
  rénovation .... (23/01/2022)
  la toise (23/01/2022)
  résistance durant la seconde guerre mondiale (15/01/2022)
  récupération .... (15/01/2022)
  prendre des photos .... (15/01/2022)
  em' rue .... (15/01/2022)
  la jacinthe, fleur du mois de janvier (08/01/2022)
  Maurice et le bizutage (08/01/2022)
  la bonne année (03/01/2022)
  Maurice et le patois (03/01/2022)
  accident à la mine (02/01/2022)
  El Noë d'Eloué (27/12/2021)
  Monsieur c'est le nom d'un cochon (26/12/2021)
  la femme du mineur (25/12/2021)
  capio bas Maurice ... (21/12/2021)
  CH PAIN DE 700 (27/04/2021)
  y est où Saint Nicolas ? (07/12/2021)
  Sainte Barbe in chti : s'vie, traditions (04/12/2008)
  jour de neige 3 (01/12/2021)
  MIN PERE (19/03/2019)
  jour de neige 2 (29/11/2021)
  jour de neige 1 (29/11/2021)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  LE PATRONAGE (14/11/2019)
  le biftèque (23/11/2021)
  du fin fond de ma mémoire (21/11/2021)
  RETOUR À BRUAY (La fin des vacances à Berck . Épilogue) (31/08/2019)
  CERF-VOLANTS ET AUTES AMUSEMINTS (Les vacances à Berck 10ième partie) (26/08/2019)
  CHÉS CABINES (Les vacances à Berck 9ième partie) (21/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (8ième partie : CH POSTE ÉD SECOURS) (17/08/2019)
  LA JOURNÉE À STELLA (les vacances à Berck 7ième partie) (12/08/2019)
  LA DUCASSE (Les vacances à Berck 6ième partie) (06/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (5ième partie : la baie de l’Authie) (02/08/2019)
  LES VACANCES À BERCK (4ième partie : une journée à Bagatelle) (27/07/2019)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 alens ( 05/05/2022)
C'est Bernard (Berle...
 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...


Liens

NIPPERT ET LOSSIGNOL
par berlens78 le, 23/01/2020  

Après chés baraques éd’ coron, y’avot chés deux grandes boucheries charcuterie : Nippert et lossignol. Dins l’eune, chétot Mr et Mme Nippert in personne qui servotent ; ch’garchon boucher i travaillot dins l’arrière-boutique. Amont Lossignol, chétot des vindeusses avec chés patrons ; y’ avot pas l’minme ambianche, et chétot gramint pus grand (photo 1 de 2001 qu’in vot in premier plan Nippert, pis à côté Lossignol, et au fond ch’ carrefour des alouettes avec « Pleinvol » à ch’ coin)

Nous in a toudis été àmont Nippert ; jé n’sais pas pourquoi ; ché bizarre parce que chés gins des corons y zallotent putôt àmont Lossignol qu’ chétot moins quère ; et les zautes putôt amont Nippert. Alors quand j’y allos j’avos l’sentimint d’ pas ête un fils d’ouvrier, d’ pas habiter dins un coron. J’parlos l’pus biau français qué j’ connaichos ; j’dijos bien bonjour, au revoir et merci. Y’ avot Monsieur Nippert, Marcel, qui étot assez fort, bien rouche, avec sin tablier d’boucher bien blanc toudis impéccabe, qu’in aurot jamais pu l’imaginer faire s’ n’ affaire à un pourchiau, et qui avot sin franc parler. Et pis s’ femme, Madeleine, pétite brunette avec des fines lunettes, qui étot délicate, élégante, classe in dirot asteure. In pouvot pas trouver ménache pus mal assorti ; et pourtant y zétotent comme cul et quémiche, y zétotent complémintaires. Li i pouvot s’importer facilemint et elle, alle le calmot d’un seul coup d’oeulle. Alle étot pas toudis dins ch’ magasin, putôt in fin d’ matinée quand y’a avot du monde, passe qu’alle avot aussi ses gosses à s’occuper, 5 ou 6 j’ cros bien, mais qui zétotent déjà grands.

In général chétot monsieur Nippert qui s’occupot d’ mes commissions, sauf quand i étot déjà à l’ouvrache. Li ou elle, i m’demandotent à chaque fos mes notes in dictée, in calcul, min classemint quand qu’in étot à la fin dé ch’ trimeste; et comme j’avos des bonnes notes, j’étos tout fier d’leur réponde, surtout quand y avot des clients plein l’ boutique … Et à chaque fos, i m’donnot eune rondelle éd’ saucisson à l’alle. Si j’avos appris un mot compliqué à l’école, j’ m’arringeos pou l’ mette dins l’ conversation. Par exempe, eune fos, j’avos appris ch’ mot « soue », synonyme éd’ porcherie ; et j’avos demandé à Mr Nippert si i savot quo qu’ chétot eune « soue ». Et li, qui étot pourtant dins la partie, qu’i aurot dû l’ savoir, i avot pas su réponde ! Et du coup j’avos eu drot à deux rondelles éd’ saucisson …

Sin saucisson, ché resté m’ madeleine de Proust. J’ai jamais oublié ch’goût ; et pourtant, d’ pis ch’ temps là, jé n’ai gouté des saucissons à l’alle aux quate coins de la France mais minme si ch’ goût y arsennot, y’ avot toudis un pétit quéque cosse éd’ différint … Nan, éch’ saucichon à l’alle Nippert, in l’trouvot qu’amont Nippert et nulle par ailleurs.

Cha qui fait qu’ chétot toudis mi qui étot volontaire pour aller acater l’viande ; j’auros pas cédé m’ plache à personne. In y acatot aussi du paté d’lieffe qui servot dins des belle terrines in terre cuite, du rosbif pou l’ diminche, des biftecks hachés, des cotelettes éd porc, des « bifteacks de lard », du saindoux, du fromache éd’ tête, des tripes … J’cros minme que quand in avot gramint d’ poules et qu’in pouvot pas minger tous chés œufs, jé n’y in apportos quéques-uns dins un panier à salatte pour li les arvinde à ses clientes. L’ mardi, que m’ mère alle faijot l’ lessive et qui li restot pas gramint d’ temps pou faire à minger, j’allos acater des steacks hachés pour minger avec des macaronis. Y in fallot six ou sept quand mémère alle mingeot avec nous. « Des d’ 100 grammes ou des 150 grammes ? » , qu’i m’ demandot avec un air sournois qui savot très bien l’ réponse. Ben des d’ 100 grammes forchémint. Alors i s’in allot dépinde éd’ sin crochet un gros quartier d’ bidoche bien rouche, i l’ laissot quère éd’ tout sin poids su sin plan d’ traval in bos et cha faijot un bruit sourd. L’ viande alle s’étalot tout flasque. I sortot un grand coutiau, et i l’aiguisot in l’ passant trois quate fos sur eune grosse lanière éd’ cuir ; pis i posot eune main su ch’ quartier d’ viande et avec l’aute, i découpot un morchiau qu’i posot sur un papier su s’ balanche ; « six cent grammes tout juste Auguste » qu’i dijot in m’ravisant avec un clin d’oeulle. Après i mettot l’ viande dins eune moulinette du qu’ alle arsortot comme des spaghettis. Et après i faijot six parts qu’i intiquot eune par eune dins eune presse à main avec un cellophanne éd’ chaque côté, in appoyant d’ toutes ses forches. Après cha j’avos pus qu’à payer et à m’ dépécher d’ rintrer in courant.

I nous appelot des zaoutiens et j’ai mis longtemps à comprinde quoi qu’ cha voulot dire ; chétot juste passe qu’un partot in vacances à Berck au mois d’août comme chez commerçants, comme chés riches ; chés mineurs y partotent normalemint au mois d’juillet. Cha aussi cha m’faijot plaisir, comme quand i demandot dins ch’ magasin devant tout le monde, ou putôt s’femme : « et qu’est ce que tu veux faire plus tard quand tu seras grand ? » et que j’répondos « ingénieur , pour avoir une belle maison », j’intindos derrière mi des commentaires à voix basse comme « Madame Dourlens elle a d’ la chance, ses enfants i travaillent bien à l’école, hein … l’ pus grand i a même été reçu à l’école Normale !... » … Et après cha j’pouvos sortir élle tête haute, in disant bien à’ r’voir pis merci , qu’in aurot jamais cru qu’ j’ habitos dins chés corons ! …

Amont Lossignol, j’avos pas quère y aller ; là in m’ connaichot pas, j’étos un anonyme ; alors que Madame Nippert alle m’appélot toudis par min prénom, Bernard. Chés bifteks hachés, chés saucisses, ch’ pâté, tout y étot différint d’amont Nippert. Ché pas qu’ chétot pas bon ; chétot juste qu’ j’étos habitué d’ pis tout jeaunne à l’ charcuterie Nippert. Chés zhabitués d’ Lossignol i trouvotent que l’ charcuterie Nippert alle étot pas bonne ; pis trop quère ; chacun ses goûts. L’ diminche, qu’alles zétotent fermées tous les deux chés boucheries là, l’ question alle s’ posot pus et i fallot aller 50 mètes pus lon dins l’ rue des zalouettes amont Debuyser. Quand j’ devos y’ aller l’ diminche qui manquot un bout d’ viande, chétot putôt eune corvée qu’aute cosse …

Après chétot le passage à niveau des alouettes , avec ch’ portillon et l’ maison délle femme garde barrière in fache; quand un train i allot passer, alle mettot in route l’ sirène et alle fermot l’ barrière su’ l’ route in tournant eune grande manivelle. In l’ ravisot pour savoir si in pouvot quand minme passer ch’ portillon « oui, oui, mais dépêchez-vous les enfants, le train i va arriver » alors in traversot l’ voie in courant malgré qu’alle baissot l’ barrière bien dix minutes avant ! Ou bien in restot là, appoyés su ch’ portillon, pour raviser passer ch’ train ; i allot pas vite et i faijot un boucan du diabe avec des gros nuaches éd’ finquère. Des fos alle fermot l’ barrière trop à l’avanche et chés gins i rouspétotent. Ou bien i restot arrêté in plein voué. I allot pas lon, jusqu’à la gare du 6 et pétète à Barlin… (vire 2 photos trouvées sur Internet du qu’in vot l’ maison délle garde barrière et sur l’aute, ch’ passage à niveau)

Après ch’ passache des alouettes, l’ rue Alfred Leroy alle cangeot d’ nom pour s’appeler rue Roger Salengro ; i avot eune rue pas groudronnée pas éclairée sur la droite qu’in dijot qu’alle étot mal famée, l’ rue des Pyrénées. Et pus lon, des zautes corons, rue des Alpes, rue du Jura, des Cévennes, des Vosges… Là y’ avot pus gramint d’commerces, pétète un marchand d’ fleurs, un croque mort, eune auto école (False), deux trois cabarets, jusqu’amont Mayeur, ch’ grand magasin d’ meubes mais in n’y allot jamais passe qu’ à l’ maison in avot tout chés meubbes qu’y fallot , qui zétotent tellemint solides qui fallot pusieurs générations d’ brichefers pour in vénir à bout … Ah si, in a du y aller eune fos pour acater l’ tabe in formica délle cuisine avec ses rallonches et 6 cayelles in formica aussi ; jé n’ai cor 2 dins min garache … Inusabbes !…

Pus long chétot le stade parc et l’rue pour aller à ch’ camp et cor après, l’ rue des zaviateurs tout cha… ; j’y allos jamais ; chétot pu min quartier.

In va arvénir à z’ alouettes, à ch’ coin, du qu’y avot ch’ magasin « Pleinvol » …


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |