histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)
  PETIT DETOUR PAR BERCK (21/01/2020)
  retour par les dunes partie 2 (17/01/2020)
  retour par les dunes partie 1 (17/01/2020)
  MADRIGAL mercerie (17/01/2020)
  CH DEBIT D TOUBAQUE (14/01/2020)
  de Stella à Merlimont par la route (12/01/2020)
  BOULANGERIE CASTEELE ET PATINS A ROULETTES (09/01/2020)
  RUE NOUVELLE et COIFFEURS (07/01/2020)
  de Merlimont à Stella par la plage (04/01/2020)
  départ promenade stella plage (04/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS
par berlens78 le, 05/02/2020  

Avant d’ arvénir à Chalmin, pétit détour dins l’rue in face délle rue d’ Divion, l’ rue Giffart, eune vielle rue avec des pavés usés qu’ chés rares lampadaires i faijotent des reflets d’sus parchi parlà, surtout quand i zétotent frèques ; eune fos qu’in avot passé ch’ pont au bout, alle conduijot in savot pas trop dù, dins des corons qui zallotent dins tous les sens. Y avot pas d’magasins dins l’ rue là : d’un côté un mur avec un terrain vague derrière et un peu pus lon, avant ch’ pont, eune batterie d’ garaches ; d’ l’ aute côté, un trottoir tout d’ berzinque avec trois quate rues qui déchindotent su l’ rue Davy in face du lycée. Quand min père i’ a eu eune auto pus tard, eune R8, i avot réussi à louer un d’ chés garaches là et chétot toudis un ju pour rintrer ch’ l’auto d’ dins in marche arrière qu’in n’y véyot rien et arfermer l’ porte à clé avec eune lampe éd’ poque qu’i fallot surtout pas oublier d’ prinde avant d’ y aller.

Quand eune godasse alle avot s’ semelle usée qu’ chés cailloux i comminchotent à passer à travers, qu’ chés talons i zétotent éd’ coin , ou qu’alle comminchot à ouvrir grand sin bec devant qu’in véyot dépasser chés clous (et des fos ses ortels..) , in courot pas tout d’ suite in racater des nouvelles àmont Peuvrel ; in allot vire ch’ cordonnier.

L’ note i habitot à cent mètes délle baraque, rue Farcot, eune ruelle toute arserrée et pas éclairée qui finichot presque in impasse, avec juste un pétit passache au bout pour rattrapper l’rue Davy. J’y allos au soir avec min père pour les porter et souvint tout seul pour les arquère. Eune fos traversée l’ grand route, in armontot à pied l’ rue Giffard. In laichot l’ rue Mariotte et l’ rue Galilée sur la gauche et in tournot rue Farcot. Alle étot tellemint étroite qu’in pouvot passer qu’à pied. I faijot noir , in véyot rien et chés murs tout noirs aussi d’ chés maisons in briques i zétotent tous parelles, avec leus portes in bos à deux battants et chés ferniettes pus bas qu’ dins chés zautes rues. Et chés gardins, surélevés, qu’in devinot par d’ zeur un mur qui s’ dréchot tout du long (photos 1 et 2). Pas d’ lumières non pus dins chés maisons, tous chés volets et rideaux fermés. Chés gins i zétotent dins leu cuisine, d’ l’ aute côté.

Arrivés à l’ baraque dé ch’ cordonnier, min père i buquot à l’ porte, souvint pusieurs fos ; chétot un viux polonais qui parlot pas bien français, et i vénot nous ouvrir et nous faire rintrer. In traversot l’ grand pièche et l’ cuisine pour arriver dins l’ cour, dins sin cagibi qui li servot d’atelier. Là i allumot l’ bougie su’ s’ n’ établi et min père i li montrot chu qu’i avot à faire su l’ godasse : soit l’arcoeude, soit i mette des fers à chés bouts, ou bien l’arsemeler ou cor rimplacher ch’ talon. Pour cha y avot pas b’soin d’ faire des grandes phrases ni d’ rintrer dins les détals. Quand chétot pas lon, comme mette des fers, i intiquot l’ godasse sur un pied in fonte (photo 3) et avec eune paire éd clous et trois quate coups d’ martiaux, chétot plié ; pour faire cha, i s’asseyot sur eune vielle cayelle, à côté delle bougie, in mettant ses lunettes sur sin nez et sin nez su’ l’ godasse. In n’y véyot pas fort clair. In attindot debout dins ch’ coin d’ porte. L’ porte alle restot fermée passe qu’y aurot pas fallu qu’un courant d’air i vienne souffler l’ bougie, qu’alle étot déjà pas trop vaillante … Si i n’avot un aute qui arrivot, i restot déhors à l’ porte passe que chétot tellemint à l’étrot là-d’ dins qu’i n’aurot pas pu rintrer.

Des fos aussi, in apportot des souliers à m’ mère ou à mémère, que ch’ talon i étot cassé ou parti. I sortot un casier avec plein d’ sortes éd’ bouts d’ talon, i farfouillot là-d’ dins in d’ sous dé s’ bougie, et i in rassaquot 2 ou 3. I les essayot l’un après l’aute su ch’ bout d’ talon cassé jusqu’ à in trouver qui pouvot aller à peu près. I comparot avec l’aute cauchure ; et après l’avoir limé d’ tous les côtés, i mettot délle colle ; et il l’ clouot . Pour cha, i s’ servot d’un aute pied, plus pétit, qu’ i posot su s’ n’ établi. Eune fos fini, i l’ ravisot sous tous les coutures, passot un coup d’ chiffon, des fos cor un coup d’ lime et faijot un sinne éd’ tête à min père pou li d’mander si cha allot. Y’ avot pas b’ soin d’ parler là non pus ; un pétit mouvemint du minton, un coup d’ oeulle intindu, et cha s’arrêtot là ; ch’ cordonnier i marquot ch’ prix à payer su’ s’ n’ ardoisse et y’ avot pus qu’à payer et s’in aller. In rintrant, in mettot chés souliers à côté delle cuisinière pour que l’ colle alle prenne bien tout l’ nuit.

Dins sin gourbi, cha sintot l’ colle tout partout et j’avos quère respirer cha et m’in mette plein mes narines ; cha sintot l’ cuir aussi, des piaux découpées in carrés qui pindotent à ch’ mur sur des crochets ; et une grosse machine à coeude dins un coin (photo 4). I faijot aussi des godasses sur mesure, surtout pou chés femmes ; i’ avot des catalogues avec des modèles dù qu’y avot qu’ à cujir ; après, i fallot bien atteinde trois semaines un mos mais chétot du biau boulot d’après chés comméraches, i travaillot bien. Pour cha, i valot quand minme miux y aller dins l’ journée qu’i faijot clair … mais nous in n’a jamais essayé, des cauchures sur mesure, chétot pas dins l’air du temps…

Quand y’ avot tout ch’ l’ arsemellache à faire, i nous montrot des plaques éd’ caoutchouc noir ou rouche, avec des épaisseurs et des prix différints pour li dire chu qu’in voulot. I posot d’ sus l’ godasse et i découpot directemint l’ semelle comme cha avec un genre éd’ coutiau pointu rudemint aiguisé. Après i l’ collot sur élle godasse in l’ laissant séquir dins eune presse sur des étagères in bos. I gribouillot quéque cosse, sûremint min nom ou min numéro d’ rue, sur un bout d’ papier qu’ i posot in d’sous et j’ allos z’ arquère eune paire éd’ jours après.

Ch’ cordonnier, cha reste eune image forte dins min souvenir, un viux polonais plié in deux qui parlot pas français et qui travaillot au soir à l’ lumière d’eune bougie … Avec élle flamme qui éclairot in vacillant des étagères rimplies d’ godasses, des baquets par terre avec des piaux d’ dins qui trimpotent dins l’ teinture, des outils et des pieds d’ cordonnier d’ tous les talles, et chés cheintures et languettes éd’ cuir pindues à ch’ plafond… In sé s’rot cru dins l’ancien temps, dins chés échoppes du moyen âche qu’in véyot des fos dins des lives d’histoire. J’avos pas quère y aller tout seu, j’ étos pas trop rassuré ; in sortant d’ là, y’ avot aussi tout s’ ruelle pas éclairée à armonter et j’ couros pour rintrer. (photo 5)

Mais avec li, eune paire éd’ godasses, alle pouvot durer comme cha des années. Et sûremint pus longtemps incore ; pétête minme l’éternité mais j’ai pas pu tester. Heusemint qu’ cha a disparu des gins comme cha passe que chés marchands d’ godasses i zaurotent tous fait faillite. Quoique, tout compte fait, i zont disparu aussi, mais mingés par des pus gros qu’eux …


  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |