histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LEROY Tissus et Rideaux
par berlens78 le, 29/02/2020  

Après Chalmin, y’ avot Madame Leroy ; alle ténot ch’ magasin d’ rideaux , d’ tissus et d’ voilaches (Asteure, ché eune boulangerie pâtisserie). Chétot eune pétite bonne femme, brune, avec pas gramint d’ cavux et des fines lunettes rondes ; in l’appelot Linette (chétot p’tête sin prénom) et alle avot eune pétite tête éd’ fouine. Tout l’ temps bien habillée et des mains impeccabes. Alle avot l’air toudis énervée passe qu’alle vivot dins l’angoisse : l’angoisse éd’ mal faire, ou d’avoir pas bien fait ; l’angoisse éd’ rester avec ses rideaux sur les bras, que l’cliente alle sérot pas vénue l’arquère ; l’angoisse que l’ couture ou ch’ l’ourlet i seuchent pas bien faits. L’angoisse éd’ quère malade, l’angoisse éd’ pas y arriver, l’angoisse éd’ …, l’angoisse éd’ tout. Alors alle s’ dépéchot, faire pusieurs cosses in minme temps, courir à droite à gauche in essayant d’ pinser à tout, pas ête pris d’ court.

Quand in rintrot dins sin magasin, in véyot ch’ comptoir sur la droite pis eune grande tabe in bos sur la gauche dù qu’alle découpot ses tissus. Du tissu, y n’avot tout partout : des grands rouleaux posés par terre qui montotent à ch’ plafond, des plus pétits intassés dins des casiers, des zautes posés par terre ; des rouleaux d’ rubans d’ tous les couleurs sur des dévidoirs, des franges, des embrasses, … Et alle avot toudis sin mète à ruban qui pindot dé s’ n’ épaule. Pis chés grands ciseaux ouverts su ch’ comptoir. « Vous en voulez combien ? deux mètres ? deux mètres cinquante ?» alle étalot ch’ rideau à couper sur l’ grande tabe in bos, mesurot chaque côté avec eune grosse règle in bos aussi d’un mète avec tous chés graduations gravées d’ sus ; pis alle faijot eune incoche éd’ chaque côté ; alle prénot ses grands ciseaux et in deux temps trois mouvemints, ch’ morchiau d’ tissu i étot coupé, plié, imballé ! J’étos impressionné délle façon qu’alle coupot ch’ tissu in poussant juste sin ciseau tout drot, l’ long dé s’ règle in bos, sans l’faire aller comme nous pour couper. Et l’ découpe alle étot parfaite, jamais un accroc, jamais un dérapache ! Du biau traval …

J’ y allos souvint passe que m’ mère alle travaillot pour Linette comme couturière avec ésse vielle machine à pédale Singer. Soit pour aller quère des rideaux qui fallot faire chés bords ou bien d’ zourlets, soit pour i rapporter ch’ traval fait. Des fos aussi pour coeude eune bande élastique in haut et faire des plis, ou un passache pou l’ barre à rideau. Alle déballot ch’ paquet, ravisot cha d’ près à l’ lumière devant l’ porte vitrée, in aillonnant s’ tête du haut in bas et in plissant sin minton ; « c’est du beau travail ; tu le diras à ta maman ; je suis contente ». Alle artournot derrière sin comptoir, ouvrot sin tiroir caisse et alle m’ donnot chés sous pour ém’ mère. « Tiens çà c’est pour ta maman ; et tu lui diras bien bonjour ! ».

Alle ténot sin magasin tout seux, sans vendeusse ; alle n’avot pas b’soin passe que i’ avot jamais grand monde dins s’ boutique , chés gins i s’ bousculotent pas pour rintrer. Alle avot toudis peur qu’ cha n’alle pas, qu’in pourrot pas l’ faire, ou qu’ cha s’rot pas fait à temps. Mais m’ mère alle arrivot toudis à tout faire et chétot souvint fini avant, minme si des fos alle devot s’armette devant s’ machine après souper ou l’ diminche après-midi pou finir eune commande pressée. Alle étot amiteusse comme cha in surface mais quand y avot quéque cosse qui l’i plaijot pas, qu’alle trouvot que m’ mère alle avot pas bien fait, s’ n’ angoisse alle arprénot l’ déssus et sin ton i dévenot sec, cassant. Pis après alle s’escusot. M’ mère alle savot qu’alle étot comme cha ; alors alle s’ formalisot pas pis alle laissot passer l’orache.

Pus tard, m’ mère alle avot récupéré eune machine électrique et chétot pus facile pour faire chés bords et surtout cha allot gramint pus vite; et alle pouvot in faire éd’ plus. Y’ avot qu’à appuyer su’ ch’ bouton et pousser ch’tissu ; pus b’soin d’ mette in route à chaque coup chés pédales avec sin pied ou d’artinde élle courroie. Chés coutures alles zétotent plus régulières, et Linette alle étot continte. Jé m’ demande minme si chétot pas elle qui i avot donné ou acaté l’ machine.

Cha a duré des zannées et des zannées comme cha leus pétites affaires ; et comme Chalmin, comme Crendal, chétot dév’nu presque eune amie dé l’ famille. Alle étot souvint tout seule et d’ vénir buquer à l’ porte et rester chinq minutes (pas plus, des fos qu’y aurot eu eune cliente dins sin magasin ! …), cha li faijot eune récréation . Linette, chétot comme eune vielle fille, avec tous ses manies ; pourtant alle étot mariée mais alle avot pas eu d’ gosse ; et s’ n’ homme alle le véyot pas souvint qu’i étot toudis par monts et par vaux, parti à l’ cache, avec ses bottes et sin capiau tyrollien, minme quand chétot pas l’ saison, dins leu maison d’ campanne qui zavotent acatée du côté d’ Hesdin. I y’ allot tout seu soit-disant passe que Linette alle pouvot pas laisser sin magasin fermé, minme eune journée, minme qu’alle attindot personne, des fos qu’y aurot eu eune cliente ! Linette, i li restot que l’ diminche mais s’ n’ homme i’ étot déjà souvint parti d’pis l’ samedi. Sans l’attinde. Alle savot bien chu qui s’ passot mais alle dijot qu’ chétot dé s’ faute à elle, qu’alle avot pas su y faire, qu’alle avot pas pu i donner un garchon …

Des fos qu’alle vénot à l’ maison apporter des rideaux, ém’ mère alle l’ faijot rintrer s’assir dins l’ cuisine, prinde deux minutes pour boire eune tasse éd’ jus. Et au bout d’un momint, quand j’étos là, alle m’ dijot d’aller juer dins l’ cour ou dins ch’ gardin , et alle fermot l’porte à clé. Ché à ch’ momint là qu’ Linette alle devot i raconter ses malheurs.

Em’ mère alle étot pas seulemint couturière, alle aurot pu ête aussi confidente ou dame éd’ compagnie…


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |