histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
BRIQUETS
par berlens78 le, 20/03/2020  

Ch’ titre i pourrot prêter à confusion alors j’ vas mette chés points sur chés i tout d’ suite : j’ vas parler ichi d’ chés briquets pour rallumer sin mégot, et pas d’ chés casse-croûtes éd’ mineurs.

Jé n’ai vu et usé des briquets, du briquet d’ min père qui trainot su’ ch’ l’ armoire délle cuisine à côté dé s’ boite à rouler sin toubaque, jusqu’ à mes derniers briquets jétabes avant qu’ j’arrête définitivemint d’ finquer, y’ a pus d’ 22 ans … j’aurai quand minme finqué pendant 32 ans, d’ mes onze ans quand j’ai comminché à avoir él drot d’ saquer eune taffe dé l’royale menthol dé m’ mère (ou eune COOL) l’ diminche, jusqu’à 44 ans qu’ jé n’étos arrivé à plus d’2 paquets d’ gitanes par jour ; y’ a un momint dù qu’i faut savoir s’arrêter.

L’ pus viux briquet qu’ j’ai connu, cha a été chti d’ min père ; i s’ servot d’ sin briquet et jamais d’allumettes, réservées pour allumer ch’ fu avec du papier journal, ou chés bougies quand ch’ courant y’ avot sauté. I arsennot à cheux-là : photo 1.

Sin briquet à essence, i l’avot toudis dins ses poques : i l’ prénot dé s’ main droite, i artirot ch’ capuchon, et avec sin pouche dé s’ main droite i faijot tourner l’ roulette ; cha faijot des zétinchelles et au bout d’ trois quate fos, l’ flamme alle apparaichot. Si alle vénot pas, i l’aillonnot eune paire éd’ fos pour faire armonter l’essence dins l’ mèche ; si l’ flamme alle voulot toudis pas vénir, i pouvot y’ avoir pusieurs raisons : soit y’ avot pus d’essence, soit i fallot canger l’ pierre à briquet , soit l’ mêche alle étot usée. Chétot pas pus compliqué, y’ avot pas b’soin d’avoir fait polytechnique pour réparer un briquet.

D’ l’essence à briquet , i acatot cha à ch’ débit d’ toubaque dins des pétites boutelles. I artirot ch’ cul dé ch’ briquet et i versot d’ l’essence su ch’ coton qui rimplichot ch’ réservoir. Et i armettot ch’ cul ; simpe comme bonjour. Si chétot l’ pierre, i fallot aller quère un tiot tournevis, dévisser l’ pétite vis à côté dé ch’ réservoir, artirer ch’ l’ arssort avec eune aiguille et ch’ restant d’ pierre coinché au bout i vénot avec ; i’ in prénot eune neuve dins s’ pastille à pierres et i l’intiquot au fond avec ch’ l’arssort par au’ d’zeure, arserrer l’ vis et ch’ tour i étot jué. Si l’ pierre alle étot pas usée et que ch’ coton i’ étot bien imbibé, i restot pus qu’eune solution : canger l’ mèche ! Difficulté niveau 3 : artirer ch’ coton dé ch’ réservoir, attraper l’ mèche au fond avec eune pinche et l’artirer in saquant d’ sus. Et n’armette eune neuve, qu’ souvint alle étot pus grosse que ch’ trou. Alors i fallot l’ trimper dins ch’ flacon d’essence, l’torde intre ses dogts et l’infiler d’un côté in essayant dé l’ saquer par ch’ réservoir avec élle fameusse pinche. I fallot pas saquer trop fort non pus sinan l’ mêche alle s’in allot complètemint et y’ avot pus qu’ à tout arcommincher. Après cha, bien inrouler l’ mèche dins ch’ coton (du coup, in armettot aussi un coton tout neuf) et rintiquer tout cha in bourrant dins ch’ réservoir ; pis verser d’ l’essence éd’ sus. (photo 2 schéma)

I pouvot y’ avoir eune quatrième causse : l’ roulette qui étot usée. Là chétot l’arrêt d’ mort dé ch’ briquet, l’ roulette cha s’ cangeot pas. I fallot in racater un neuf. Mais in gardot quand minme ch’ viux des fos qu’in aurot b’soin d’ pièches détachées … Mais racater un briquet cha n’arrivot pas souvint passe que comme él’ reste, i zétotent inusabes. Quand min père i cangeot d’ briquet, chétot souvint passe que m’ mère alle i in avot acaté un neuf, pour s’ n’anniversaire souvint. Et là, ouais, cha arrivot assez souvint passe qu’alle savot jamais quoi i acater pour i faire plaijis ; eune année sur deux chétot un briquet avec un paquet d’ bleu ; pis l’année d’après eune boîte à rouler avec un paquet d’ bleu. Avec mes frères in i acatot eune boite éd ninas ou d’ senoritas … I voulot jamais rien, i’ avot b’soin de rien, alors tout l’ monde i acatot du toubaque ; in savot pas cor qu’ chétot du poison…

Pour l’allumer ch’ famux briquet, i faijot tourner l’ molette au moins dix fos avant d’ faire sortir eune flamme, souvint tellemint grande qu’ alle vénot roussir les poils éd’ sin nez ! Ché pour cha qu’ souvint i pinchot s’ tiête d’un côté pou allumer s’ cigarette roulée. In aurot dit eune flamme éd’ chalumeau ! Cha chétot dins l’ maison mais alors déhors, quand i’ avot du vint, que ouvrache ! I devot s’ tourner pou s’ mette à l’abri du vint, ouvrir él’ col d’ sin pardessus, passer s’ main droite à l’intérieur avec sin briquet, tourner pusieurs fos l’ molette pour arriver à sortir eune flamme et rintrer s’tiête d’ dins aussi avec sin mégot dins s’ bouque in saquant d’ sus comme un malate ! Et i fallot aller vite que l’ flamme alle pouvot mette él fu à ch’ pardéssus ! Des fos in in croisot comme cha su ch’ trottoir, des torches vivantes : chétot pas des contestataires in train d’ s’ immoler pour protester conte élle guerre du Vietnam, nan, chétot juste des victimes d’ chés briquets à essence. ..

Quand y avot vraimint trop d’ vint, i valot miux rintrer quand minme dins un bistrot pou l’allumer. L’ pire chétot quand y’ avot pus d’essence éd’ dins : « Et brin ! y’ a pus d’essence ! » Mais comme tout l’ monde i fumot in ch’ temps là, y’ avot pas lon à cacher pour d’mander du fu à eune âme charitabe. Y’ a eu aussi des briquets tempête : chés premiers briquets tempête i zavotent cor des mèches à essence, mais qu’alle étot protégée du vint dins eune pétite cage in grillache ; chétot un progrès mais bon, cha restot quand minme plus simpe éd’ rintrer dins un bistrot, qu’in pouvot aussi s’ récauffer avec un côte du Rhône … (photo 3 briquet tempête)

Chés briquets à essence, chétot quand minme trop dangereux, chés gins i n’avottent marre éd’ croiser des torches vivantes su chés trottoirs ; ch’ taux d’ mortalité i flambot aussi, alors i zavotent inventé chés briquets à gaz, qu’ cha a été eune vraie révolution : là, pus d’ mèche, pus d’essence, pus d’ coton. I restot cor chés pierres à briquets qu’ pus tard alles zont aussi été rimplachées par « l’allumache électronique ». I’ avot pus non plus d’ molette à aillonner, i avot qu’ à appoyer fort avec sin pouche su ch’ bouton d’allumache. Pus b’soin non plus d’artirer ch’ capot d’ réservoir, i’ avot juste un tiot trou in d’sous qu’in intiquot d’ dins ch’ l’imbout délle recharge éd gaz, qu’in acatot aussi à ch’ débit d’ toubaque ; cha coûtot plus quère qu’un flacon d’essence, mais bon, la sécurité, i comminchotent à dire qu’ cha n’avot pas d’ prix, alors in étot gagnants. Et chés recharges, i fallot in racater pus souvint aussi ; comme chés briquets qu’in pouvot pus les réparer ; mais bon, là chétot z’ industriels qui comminchotent à bien comprinde chés nouvelles techniques d’ obsolescence programmée (pas d’ mot in patois pour dire cha..). Après i zinventeront carrémint des briquets jetabes !

L’ flamme qui sortot d’un briquet à gaz alle étot impeccabe : pétite mais costaud, bien bleue, « domestiquée », qu’alle arrivot du premier coup, et qu’in s’ brûlot pus ses poils éd’ nez. Chétot vraimint un grand progrès ; pus d’ risque non pus d’ mette él’ fu à ses nippes : i suffijot dins chés rues par grand vint d’ s’ artourner pou s’ mette à l’abri, et d’allumer ch’ briquet avec és’ main droite tout in protégeant l’ flamme avec és’ main gauche. I n’a qui faijotent cha avec gramint d’élégance… réussichant minme à arfermer ch’capot d’ un pétit coup sec avec leu pouche délle main droite. La classe.

J’ passe sur cheux qui fumotent élle pipe ; comme i leu fallot gramint pus éd’ temps pour allumer leu bouffarde, chacun y’ avot s’ technique : des grandes boites d’alleumettes pour les uns, ch’ tijonnier délle cuisinière qu’ i mettotent à rougir dins chés braises pou z’autes (comme min grand-père), des briquets chalumeau … Cha chétot dins chés maisons mais dehors chétot pus l’ minme musique ; avec un briquet cha n’allot pas que l’ flamme alle avot toudis l’ mauvaisse habitude éd monter in haut ; alors i z’in craquotent des zalleumettes pour mette in route leu bazar ; mais l’ pus simpe, finalemint chétot d’ demander à un mégoteux d’ passache : i ténotent leu pipe d’eune main et d’ l’aute i zattrapotent élle main dé ch’ mégoteux avec sin bout rouche pou l’ rapprocher dé ch’ culot ; et i saquottent su ch’ tuyau d’ pipe risque à s’étouffer ; ch’ toubaque i rougissot, l’ finquère alle comminchot à sortir, alors i lachot l’ main d’ sin bienfaiteur, arprénot sin souffe in respirant un bon coup, et i restot pus qu’à li dire … merchi.. !... Ouf !... Que idée d’ fumer l’ pipe …

Mi j’ai eu un cadeau eune fos d’un briquet qui étot pas ordinaire, un Rowenta, grâce à eune amie d’ mes frères qui travaillot à Aequitas à Béthune qui les fabriquotent là justemint. Chétot un briquet à gaz mais avec eune pétite grille su’ ch’ brûleur qui dévenot rouche tout d’ suite avec élle flamme ; et donc i pouvot pas s’éteinde passe que ch’ gaz qui arrivot sous pression su ch’ brûleur i s’ rallumot tout d’ suite avec elle grille incandescente. Vraimint génial. Plus y’ avot d’ vint et plus cha allot bien, puisque ch’ vint in soufflant i attisot l’ grille, comme quand in soufflot sur chés cheindes dins l’ cuisinière ! J’avos 16 ans et min plaijis chétot d’ sortir quand y’avot delle tempête ou du vint d’ sot, d’atteinde d’in croiser un qui essayot d’allumer s’ cigarette dins l’ recoin d’eune boutique, et alors éd’ m’ arrêter , et d’allumer comme cha sans effort m’ cigarette fache au vint !! L’ satisfaction suprême, chétot quand l’aute i n’y arrivot toudis pas avec sin briquet et qui vénot m’ demander du fu ; j’ sortos min briquet, i s’ penchot vers mi in voulant mette ses mains autour d’ min briquet et mi j’i dijos « nan, nan, ch’est pas la peine au contraire ; plus y’a du vint et miux i s’allume !! » ; et l’aute i in restot comme deux ronds d’ flancs.

Ch’ briquet là, i étot tellemint bien qu’ j’in voulos pus d’aute ; quand i étot usé, j’étos prêt à aller au diabe pour n’artrouver un neuf. I n’avotent amont Decanter ; pis à Paris aussi après. Quand qu’ j’ai décidé d’arrêter d’ finquer, j’ai dû in faire min deulle et cha n’a pas été facile. J’ai tout j’té, mes paquets d’ cigarettes, mes boites éd’ cigarillos ; mais min briquet j’ai pas pu m’in séparer ; j’ l’ai mis au fond d’un tiroir qui dot core y ête. Et d’ timps in temps, au début, jé l’rallumos juste pour raviser l’ flamme ; pis y’a pus eu d’ gaz dins l’ recharge et j’allos pas in racater ; alors i’ a pris s’ retraite li aussi …

Finalemint j’argrette pas d’avoir finqué ; cha fait des biaux souvenirs ; s’ prinde pour Clint Eastwood in sortant du cinéma avec un cigarillo dins s’ bouque et ses mains dins les poches d’ sin imperméabe avec ch’ col armonté … Aller faire l’ fier cul avec s’ clope au bec su ch’ marqué d’ la gare l’ diminche matin ; chés faux amis mais vrais tapeurs qui zavotent toudis oublié leu paquet à leu baraque ; et qui zavotent oublié aussi leu porte monnaie pour in racater … Epater chés filles in arsortant l’ finquère par sin nez ou in faijant des ronds …. S’ dépécher d’ sortir délle classe à midi pou aller n’allumer eune sur chés marches du lycée …

Ché pas avec leus cigarettes «électroniques» qu’in pourrot cor faire tout cha …


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |