histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PATISSERIE BOUCLY
par berlens78 le, 19/05/2020  

In seminne, j’allos à l’ boulangerie Casteele acater ch’ pain d’ 700, et l’ diminche à l’ pâtisserie Boucly. Boucly chétot pas eune boulangerie, i vindotent pas d’ pain ; que des gâtiaux ; alignés et bien ringés comme des pétits soldats derrière l’ vitrine, éclairés par élle lumière du jour ; y’ avot pas d’ néons au-d’zeur dé ch’ l’étalache, pis pas gramint d’ fioritures non pus. Sauf à Pâques, qu’in y véyot des cloches in chocolat, des poules avec des pouchins jaunes in plastique, des nids in chocolat avec délle palle autour. Ch’ diminche là, au matin, in arvénant délle messe, mémère alle nous donnot des sous pour aller acater eune poule in chocolat, pis surtout chelle in plastique qu’in rimplichot avec des œufs à liqueur (photos n° 1 et 2). In l’artournot pour y rimplir sin vinte avec eune dizaine d’œufs, pis in l’ faijot avancher su l’tabe in appuyant sur sin dos : ses ailes alles s’ouvrotent et ch’ l’œuf i quéyot su l’ nappe …

Alignés comme cha derrière éllé vitrine, qui étot pas fort grande, chés gâtiaux i présentotent bien et i zétotent pas trop quère ; et chés prix toudis les minmes. In savot qu’in n’allot pas s’ faire asniquer comme à chés pâtisseries du Cerque. Chétot pas pour autant eune pâtisserie d’ coron, alle étot in plein miyeu délle rue commerçante, mais y’ avot putôt eune clientèle d’ouvriers. Y avot pas non pus un choix du diabe : des mille feulles, des zarligieusses, des choux chantilly, des éclairs et des mokas … Alors in perdot pas gramint d’ temps à cujir ; d’autant qu’in y allot que l’ diminche, qu’i fallot 7 gâtiaux, et qu’ chétot toudis les minmes d’pis la nuit des temps .

Quand j’ passos devant l’ vitrine in semaine pour aller au lycée (4 fos par jour quand minme), des fos j’ jétos un coup d’oeulle à ch’ l’étalache mais y avot pas grand cosse ; in aurot dit que l’ boulangerie là alle avot pas connu l’ libération, qu’alle étot cor sous l’occupation avec des tickets d’ rationnemints … Chétot pas comme amont Thersen rue Henri Cadot ou Hurquin au cercle, qu’ chés vitrines alles débordotent éd’ gâtiaux, pralines et chuques in tous genres, minme in s’maine, avec des belles boîtes décorées, des guirlandes et des paillettes tout autour qui brillotent comme des étoiles ; que rien qu’a raviser l’ vitrine in in avot l’iau à s’ bouque. Amont Boucly, chétot plus simpe, in étot presque in famille ; i connaichotent tout not’ famille et chés prénoms d’ mes frères

Pour y rintrer, j’ devos monter eune paire éd’ marches pour arriver à l’ porte, que j’ poussos d’un coup pour aillonner l’clochette. In général y’avot personne dins l’ boutique ; ché vrai qu’ j’ y allos l’ diminche après-midi, su l’ coup d’ 4 heures et qu’à ch’ t’ heure là , chétot putôt calme. In n’avot pas d’ frigo alors in acatot chés gâtiaux au momint d’ les minger.

Y’ avot qu’ deux femmes là-d’ dins : eune vielle avec des lunettes, Madame Boucly, qu’ sin nom d’ jeune fille cha devot ête Durieu, qui étot l’ propriétaire, et qui ténot ch’ magasin ouvert tous les jours ; qui parlot tout duchemint et qui arrivot dé s’ n’ arrière boutique in trainant ses pantouffes, avec des cavux tout blancs aux arflets bleus et eune mise in plis impéccabe. Alle avot un garchon qui ténot l’ pharmacie Boucly plus haut dins l’ rue Roger Salengro in allant vers le stade-parc. Et pis eune fille, Madame Legay, qui étot mariée à un enseignant, et qui vénot l’ diminche li donner un coup de main ; alle étot pas tout jeaunne non pus, raide comme la justice, blonde coiffée court comme dins les années folles, habillée avec un tailleur bleu roi à boutons dorés, et alle mettot des gants blancs pour servir chés gâtiaux. Alle étot un tiot peu maquillée avec du rouche à lèves, du noir à ses ziux et délle poude éd’ riz sur ses pommettes. J’ l’avos pas trop quère chélle lalle ; pourtant alle essayot d’ête avenante mais cha rindot pas bien ; pis surtout alle m’appélot pas par min prénom ni min nom, nan, elle dijot « alors, qu’est-ce que tu veux, ma crotte ? ». « Ma crotte » ! … Chétot sin pétit nom favori et mi j’ comprenos pas pourquoi qu’alle m’appelot comme cha. Y’ avot aussi « mon chou », « mon biquet », « mon trésor », « mon p’tit lapin », …

« Je voudrai 5 choux à la crème chantilly, un éclair au chocolat et une religieuse Madame, s’il vous plaît ». Alle allot quère eune boite in carton et avec eune pétite pelle in argent, alle déposot délicatemint chés gâtiaux au fond délle boite. Pour chés choux pis l’arligieusse, cha rintrot tout jusse ; chéto toudis ch’ l’éclair qui posot problème… alle allot pas user eune deuxiimme boite juste pour li … Alors alle le mettot dins eune pochette in papier, qu’alle posot au-d’sus délle boîte, toudis avec mille précautions. « Tu tiendras bien la boîte sur les côtés, pour pas écraser l’éclair, hein, ma crotte ? » « Et puis cours pas pour pas tomber » « et fais attention en traversant devant chez toi » … alle vénot m’ouvrir élle porte avec elle clochette, qu’ jé n’avos plein mes mains ; j’ m’artournos pour i dire merci et à r’voir ; « fais attention de pas tomber en descendant les marches » et pour finir « et tu diras bien bonjour à tes parents et à ta grand-mère » …. Oui, oui, madame… Des fos alle m’ rappelot cor pour m’ donner un bonbon « attends mon biquet, tu es tellement sage, je vais te donner un bonbon ; viens en choisir un» alors j’arvénos dins l’ patisserie, à côté d’ la caisse dù qu’y avot des genres éd’ bocaux allongés, avec des couverques qui s’ouvrotent par éd’ vant ; alle m’ les ouvrot tous pour m’ les faire sintir « allez, choisis ; un comme çà à la fraise ? ou un jaune comme çà à la banane ?.. » ; jé n’avos plein mes mains avec elle boite à gatiaux et ch’ l’éclair par au-d’sus alors alle m’ dijot « allez, ouvre la bouche, ma crotte » et alle m’ mettot l’ chucade direct dins min gosier. « Mer..chi … M’ ..dame.. » que j’essayos d’articuler ; « attends mon chou, je vais t’ouvrir la porte ».

Ouf ! j’étos sorti ! J’armontos l’rue Alfred Leroy in ténant l’ boite drot devant mi comme eune relique dins chés processions. Et eune fos qu’ j’étos tellemint occupé à marcher drot, j’ai dû glicher sur quéque cosse su ch’ trottoir et patatras, l’ boite alle s’ a atrouvée par terre complètemint artournée. J’osos pas pinser à commint qui devotent ête chés choux Chantilly là-d’ dins, pis surtout ch’ l’éclair … J’avos échoué dins m’ mission, j’ m’in voulos… J’ sus rintré in m’ muchant, j’ai ouvert elle boite dins l’ cuisine et j’ai armis chés choux à l’indrot, y’ avot pas trop d’ dégâts et personne y’ a rien vu.

Pour rien au monde j’auros laiché m’plache pour aller quère chés gatiaux l’ diminche amont Boucly. Malgré qu’ cha sintot un tiot peu l’rinfermé dins l’ boutique là, qu’ cha sintot l’ viux. Et qu’y faijot pas deux fos trop clair. Chétot pas comme amont Thersen ou à l’ pâtisserie du cerque, Hurquin, avec tous chés zéclairaches minme in plein jour. Mais mi j’ préféros chelle lalle. Chétot m’ récompinse du diminche. Chés choux Chantilly chétot les meilleux qu’ j’ai jamais mingé d’ tout m’ vie.

Amont Boucly, in vindot aussi des pralines, des chocolats, et surtout des « chupetas » (prononcer « choupéta ») ; là chétot putôt mémère qui m’ donnot des sous des fos l’ jeudi après-midi pour aller n’ acater un. Chétot qu’ du chocolat dur moulé sur un baton ; commint qu’ chétot bon !!! (photos n° 3 et 4)

Chétot du concentré d’ chocolat au lait, qu’in pouvot croquer ou chucher ; mais mi j’ préféros l’ chucher et faire durer l’plaijis … Commint dire cha ? Minme in fondant, chétot comme si i restot dur … cha avot un côté « chocolat glacé » avant l’heure passe qu’in n’ savot pas cor quoi qu’ chétot un frigidaire… Et minme quand i faijot caud, élle chupeta alle fondot pas dins s’ n’ imballache ! vraimint eune chucade estraordinaire ; cha aussi cha a disparu…

L’ pâtisserie Boucly, chétot l’ rituel du diminche ; in seminne, j’y allos pas passe qu’i vindotent pas d’ pain ; pourtant chétot ouvert quand minme ; qui chétot qui pouvot bien acater des gâtiaux in semaine ???....


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |