histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
DU BALATUM OU DU LINO
par berlens78 le, 13/06/2020  

Eune fos qu’i z’avotent cangé l’tapisserie pis arfait ch’ plafond, ch’ balatum i paraichot bien décrépi. Alors fallot pinser à l’ canger li aussi. Balatum … Inventé dins les années 20, du balatum, chétot fait avec du carton arcouvert éd’ bitume, et cha ténot pas la route dins des pièches avec gramint d’ passache, comme él’ salle à minger justemint qui étot l’ passache obligé intre l’ porte d’ devant qui donnot sur l’ rue et l’cuisine ; cha s’usot vite et in y véyot tous chés marques d’ talon qui restotent incrustées d’ dins, et chés pieds d’ meubes ; et pour finir, y’avot pas gramint d’ choix dins chés couleurs. Dins les années 50, cha avot été rimplaché par du linoleum, qu’in appélot familièremint du lino, fabriqué avec du polyester, dé l’ résine et du liège in poude. Gramint pus solide et quasimint inusabe. Mais pus quère…

Au début, mes parint i dijotent du balatum passe que y’ avot qu’ cha avant la guerre , mais après in dijot du lino. Y n’avot dins tous chés pièches sauf él’ cuisine : l’ salle à minger, l’ pièche à mémère, dins chés chambes in haut et minme dins l’escalier, découpé intre chés marches et collé ou cloé avec des baguettes. Dins l’ cuisine, in n’ in mettot pas ; m’ mère alle préférot du carrelache, pus facile à laver ; alle balanchot un séau d’iau caude avec dé l’ poude à récurer, qu’alle frottot après d’ tous ses forches avec sin balai, avant d’essorer tout cha avec des woissingues.

Du carrelache, y n’avot aussi dins chés zautes pièches, bien sûr, mais y’ étot pas for biau, rouche brique, souvint mal foutu ; alors i valot miux l’armucher avec du lino.

Quand mes parints i décidotent dé l’ canger, in avot l’ drot d’ l’arracher ; et in s’in donnot à cœur joie ; in avot quère cha, démolir, saccager, comme tous chés jeaunnes ; in tirot sur un bout qui s’ décollot in s’arrachant tout du long ; quand un morchiau i restot collé, in l’ décollot avec él’ spatule in fer d’ min père. Nous in faijot l’ pus gros et min père i finichot l’ traval in fignolant, qu’ cha seuche bien plat, qu’y restot pus des morchiaux collés ni des bouts d’ colle. Jé n’ sais pus dù qu’in jétot tout cha passe que jé m’ rappelle pas d’eune poubelle comme asteure, ni qu’alle étot ramassée ; chés camions poubelle i sont arrivés pus tard.

Ch’ balatum, i valot miux l’acater d’eune seule pièche, pour pas faire des raccords. Quand y’avot un raccord, chétot toudis par là que ch’ lino i comminchot à s’ décoller pis minme à s’arracher. J’ cros que l’ salle à minger alle faijot 4 mètes sur 5 ou 6, avec un rétréchissemint avant l’intrée dé l’ cuisine, dù qu’y avot l’ porte dé l’ cave. In s’in allot à pusieurs à ch’ magasin pou l’ acater, passe qu’i fallot bien l’porter à pied, qu’i n’y avot pas d’ livraison et qu’in n’avot pas d’ carette (in avot bien eune brouette mais cha suffijot pas !). J’y allos avec ém’ mère et min père, des fos min tiot frère, et chétot toudis un évènemint d’aller dins chés magasins là. In aurot pu aller à la Boule d’ Or in bas du cercle pas lon dé l’ mairie mais chétot trop quère. Mes parints i préfèrotent aller rue Roger Salengro, au bout du 6, dins eune rue étroite qui s’in allot à droite au mitan d’ l’avenue des fleurs, après l’églisse Saint Joseph. Dé l’ rue d’ Divion, cha faijot quand minme eune sacrée trotte à pied, bien tros quate kilomètes. In y allot l’ jeudi après-midi qu’y avot pas d’école.

Quand j’ rintros dins ch’ magasin là, chétot comme eune cathédrale du balatum ; y’avot des rouleaux d’ deux mètes éd’ larche, mais aussi d’ quate mètes, d’ six mètes, huit mètes et minme plus ; in aurot dit comme l’orgue d’ l’église Saint Martin. Y n’avot su ch’ trottoir, dins l’ grande cour à côté, et dins l’intrée dé ch’ magasin ; pis cor au fond et tout un haut, à l’étache sur un pallier, tout cha alignés bien drots. Cha sintot l’ caoutchouc et l’ goudron. Jé m’ sintos tout pétit là d’dins, comme si qu’ jé m’ séros artrouvé dins eune forêt d’ baobabs ! Y’ avot des « chariots élévateurs » pour aller les quère pour les découper et z’arposer. Pis un choix phénoménal. In pouvot s’ y perde, tellemint qu’ chétot grand, surtout dins l’ cour. Mes parints i mettotent du temps à cujir ; j’donnos m’ n’avis mi aussi, mais cha comptot pour du beurre ; souvint min père y’avot été y faire un tour avant à mobylette et sin choix i’ étot déjà fait.

Putôt qu’ d’in prinde plus et qu’y in reste, min père , qu’i avot calculé cha au pus juste avec sin mète arpliabe, i demandot pile él’ longueur qu’i fallot ; i mettotent ch’ rouleau dins eune machine qui découpot cha bien drot ; après , i mettotent dé l’ fichellle ou du collant autour pou l’ loyer, et l’ bête alle s’artrouvot allongée par terre su ch’ trottoir ; y restot pus qu’à payer et surtout à ramener cha à pied à l’ baraque. Mais cha nous faijot pas peur, au contraire ; chétot comme eune récré, cha nous faijot rigoler, tout contints qu’in étot d’avoir du nouviau balatum. Min père et m’ mère i s’ mettotent à un bout, mi pis min frère au mitan, et vogue la galère ; In arpartot à pied par l’ avenue des fleurs, traverser l’rue Jules Guesdes, armonter tout l’ rue des États-Unis et l’ rue du Canada, in faijant eune pose éd’ timps in temps ; m’ mère alle s’ mettot devant, min père derrière, et in étot arpartis comme in 14. Arrivés à z’alouettes, in traversot l’ rue à ch’ passache à niveaux et in déchindot l’ rue Alfred Leroy dù qu’in manquot pas d’ rincontrer des gins : « Alors cha y est, vous cangez ch’ balatum ? Bin d’ dù qu’ vous zarvénez comme Cha ? » « Bin dites-donc cha fait eune trotte ! » « Mais cha va j’ vos qu’ vous avez arcruté dé l’ main d’oeuffe ! » … In arrivant à l’ baraque, in buquot et mémère alle ouvrot l’ porte à deux battants, in s’ déportot au mitan dé l’ rue in fache dé l’ vitrine Chalmin et in rintrot ch’ rouleau d’ lino tout drot dins l’salle à minger. Et là in l’ posot par terre ; ouf ! in étot mates quand minme !

In attindant dé l’ poser, ch’ rouleau i restot par terre l’ long dé ch’ mur. Pis, un jour qu’i étot d’arpos, min père i l’ posot tout seu, avec sin cutter, sin mète pliant et s’ grande règle in bos. L’ pus dur chétot dé l’ passer in d’sous d’ chés pieds dé ch’ buffet qui pésot 3 tonnes, sans l’ plier ni l’ écorner. Pour cha , i attindot qu’in rinte au soir i donner un coup d’ main. I l’ soulevot avec mes frères et mi in d’ sous, j’ l’ajustos conte chés plinthes rallongé à plat vinte par terre. Et aussi l’ glicher in d’ sous d’ chés pieds d’ tabe. Y’ avot cor un passache délicat avec él’ porte dé l’ cave et l’ porte éd’ cuisine. Là, souvint , i devot faire des découpaches pour qu’ cha rinte in’d’sous d’ chés portes.

Au début, chés bords i cornotent alors in marchot d’ sus à chaque fos qu’in passot ; ou in y mettot des cayelles ou des fauteuls. Fallot atteinde eune paire éd’ jours pour qu’i seuche bien raplati tout partout. Les premiers jours, i fallot faire attintion, artirer ses godasses in rintrant, mette ses pantouffes tout cha ; pis après cha ardév’ not comme avant ; in n’y faijot pus attintion ; in s’ rappelot minme pus dé ch’ti qui étot là avant ..

L’ samedi soir, avec min frère, in étot d’ corvée d’ astiquache. M’ mère alle nous donnot des vielles loques et dé l’ chire. In in mettot tout partout pis in astiquot à quate pattes avec chés chiffons ; des pétits pou mette élle chire et des grands qu’in glichot d’ sus comme Aladin sur sin tapis volant (in volant pas trop haut pour pas s’ buter s’ caboche dins ch’ tiroir délle tabe ! ). In glichot, in tournot autour d’ chés pieds d’ tabe, in dérapot ; plus in astiquot comme cha et plus cha brillot et qu’ cha glichot . Ch’ tchien i’ in manquot pas eune et i courot après nous in aboyant, in li tirot s’ queue, in l’ coinchot dins chés coins. Et pou finir in s’ battot à coups d’ chiffons. Là m’ mère alle arrivot, siffler l’ fin dé l’ récréation ; cha allot bien, in avot assez fait l’ sinche comme cha, chétot l’ heure d’aller s’ laver dins l’ bassine dé l’ remisse.

Ch’ balatum i brillot comme un solelle et l’ lendemain chétot diminche ; si quéqu’in i vénot, i’ allot sûremint ête ébloui ! …


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |