histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
IN ARRIVANT AU CERCLE
par berlens78 le, 19/06/2020  

IN ARRIVANT AU CERCLE

Après l’ librairie Béghin, y’avot un large passage à gauche avec eune grande grille au fond, sûremint pour accéder à chés ateliers du lycée pour chu qui préparotent des CAP, des brevets et des bacs « techniques ». A partir éd’ là, ch’ trottoir i dév’not tout riquiqui intre ch’parking dù qu’ chés professeurs i méttotent leus zautos, et un muret avec eune grille in fer qui surplombot un fossé inaccessibe, comme chés douves des câtiaux du moyen âche ; personne i passot par ch’ trottoir qu’ cha demandot des facultés d’équilibriste, tout l’ monde passot l’ long dé l’ route derrière chés zautos. Ch’ grand bâtimint du lycée i s’étirot jusqu’à l’ plache du Cercle, avec PRISUNIC au bout. Pour artrouver des magasins, i fallot aller d’ l’aute côté et traverser l’ route. In ravisant vers l’in haut dé l’ rue Alfred Leroy, in véyot un grand mur avec des gardins d’ corons derrière, pis deux trois magasins à ch’ coin délle rue Giffard in face délle rue d’ Divion , les Assurances Doyelle, pis des zautes, jé m’ rappelle pus quoi. Et après chétot l’ fosse 4 qui prénot tout l’ plache jusqu’à ch’ carrefour des alouettes.

Eune fos traversée l’ route, in trouvot un amagasin d’ fleurs, ANDRÉ FLEURS (amont Horvath (André)), pis un coiffeur, LOCRELLE. In traversot l’ rue Davy, juste in fache d’ chés escaliers du lycée, pour arriver à eune grande baraque qui étot devenue pus tard l’ANPE (Agence Nationale Pour l’Emploi), et après cha des magasins jusqu’au café d’ la paix qui faijot ch’ coin avec él’ rue Henri Cadot d’pis toudis : un premier magasin qu’ jé m’ rappelle pus quo qu’ chétot, pis après Dupont ( Maison de la presse / Librairie du lycée), Conil (rideaux) devenue plus tard l’armurerie Wartel, Deroo (piles, électroménager), Georges Paul (vêtements hommes), eune mercerie ou Opigez ( tissus), L’Express (café), Taverne de l'artois (café restaurant), et ch’ café d’ la paix.

1- ANDRÉ FLEURS (Fleuriste Horvath)

Y avot pas gramint d’ verdure dins l’ rue Alfred Leroy ; alors un fleuriste, cha mettot des couleurs et des odeurs dins l’ rue. Surtout après l’ pleuffe, qu’in passot d’vant in armontant du lycée, qu’ cha faisot du bien à ses niflettes pis à ses poumons qu’in rimplichot avec chés parfums d’ œillets qui trimpotent dins des grands baquets rimplis d’iau. Mr Horvath, i’ étot pétit et nerveux ; chétot eune célébrité locale passe qu’i juot ailier gauche dins l’équipe éd’ foot d’ l’ USB ; jé l’ connaichos pas gramint passe que j’ sus jamais rintré dins sin magasin acater des fleurs ; pour deux raisons : d’abord passe que des fleurs, in n’avot plein ch’ gardin alors in allot pas dépinser des sous à n’acater. Pis aussi passe que chétot gramint plus quère qu’à ch’ marqué délle plache Marmottan ; alors l’hiver, quand que m’ mère alle voulot s’ faire un petit plaijis, alle les acatot su ch’ marqué, minme si chétot pus long à les ramener ; alle les mettot par au-d’sus d’ sin sac à commissions, intre chés pognées.

Jé m’ rappelle quand minme y ête allé un coup au 1er mai avec min frère acater du muguet avec eune rose pou m’ mère ; du muguet, in n’avot plein ch’ gardin mais i étot pas imballé dins eune belle pochette plastique avec un ruban et eune étiquette dorée …

Mr Horvath, in l’ véyot sortir ses fleurs au matin su’ ch trottoir ; pis les rintrer au soir. I’ avot aussi eune fille à peu près dé m’ n’ ache, Janine, eune belle brune avec des très longs cavux ténus devant avec un serre-tête, que j’ croisos d’ timps in temps dins chés couloirs du lycée. I n’avot gramint qui courotent après mais alle paraichot mystérieusse et inaccessibe.

Après l’ lycée, in arrivot à chés magasins du cercle qu’ chétot pus min quartier mais ch’ti d’ chés commerçants du Chinte. Ch’ quartier là, i n’avot pas d’ n°, i’ étot à tout le monde ; in étot pus dins chés fosses et chés corons ; i’ avot toudis gramint d’animation, surtout au momint dé l’ braderie, pis aussi avec Prisunic et tous chés bistrots. In étot contints d’avoir des biaux magasins comme cha à Bruay ; in étot eune grande ville, avec plus d’habitants qu’à Béthune et in n’étot fiers.

Arrivés au café d’ la Paix, in a fait l’ tour d’ chés magasins dé l’ rue Alfred Leroy, chés magasins d’ min quartier, dé m’ n’ éfanche. Chux que j’ véyos tous les jours.

Après, cor pus lon, y’ avot chés « magasins du diminche », chux délle rue Henri Cadot pis dé l’rue d’la République, qu’in passot d’vant que l’ diminche, in allant à l’ messe et des fos l’samedi qu’in allot faire chés magasins à pied avec ém’ mère. D’ tous chés magasins là, chux qu’ jé m’rappelle, comme cha, dins l’ désorde : Cendrillon (chaussures), Nouvelles galeries, le STOP pressing avec chés portes grandes ouvertes et tout l’ finquère et l’ caleur qui sortot su ch’ trottoir quand in passot d’vant, l’ pâtisserie Thersen qui vindotent des galettes au beurre délicieusses, l’ maroquinerie dù qu’ j’ai dû acater eune carnasse quand j’ sus rintré au lycée, ténu par par eune vielle femme adorabe et qui a fermé y’ a pas longtimps, l’ librairie Dalbrine dù qu’in commandot chés lives qu’ chés profs i nous donnotent l’ liste à l’ rintrée et qu’i fallot s’ dépécher d’y aller avant qu’i n’ euche pus, et ch’ premier jour des vacances qu’ j’ allos avec ém’ mère acater min cahier d’ vacances Magnard (y’ avot qu’ là qu’i z’in vindotent) ; l’ caisse d’éparne dù qu’ j’allos mette chés sous d’ mes zétrennes su min livret, Marchand frères (j’y arviendrai pus tard), la Bonbonnière que l’ vitrine chétot un spectaque à elle toute seule, l’ boutique Nord-Matin qu’in pouvot lire ch’ journal du jour qui étot affiché dins l’ vitrine.

Priminor dins l’rue Lamendin et la Boule d’ Or, dù qu’in allot des fos acater dé l’ tapisserie ou du balatum ; et chés marchands d’ vélo, Tournois et Manufrance.

Et dins l’ rue d’ la République : L’ parfumerie Delerce, ch’ magasin d’ juets Teisserre, l’ rôtisserie Debuyser avec chés poulets qui tournotent tout dorés dins l’ machine su ch’ trottoir l’ diminche matin, qu’ cha imbaumot tout ch’ quartier du cercle , mélangé à chés zodeurs éd’ gâtiaux qui vénotent dé l’ pâtisserie; l’ vitrine d’ la Voix du Nord, tout in longueur avec là aussi chés paches dé j’ journal collées sur l’ vitrine ; Boyaval, maroquinerie, et Boyau, ch’ magasin de sports « au vieux campeur » dù qu’ j’allos faire gonfler min ballon d’ foot l’ jeudi avant d’aller juer sur chés terrains d’intrainemint du stade parc ou d’ Grossemy, ch’ l’épicerie in fache du dispensaire, et l’ pâtisserie Latinier à côté, intre ch’ cinéma Casino et le pressing RAPIDE. Les Arcades, qu’in n’osot pas trop s’arrêter d’vant, qui étot réservé à chés Madames, à chés riches, bien habillées avec des capiaux. Ché surtout m’ mère qui voulot faire un détour pour aller vire chés vitrines ; sûremint qu’ cha l’ faijot rêver ; passe qu’alle aurot jamais pu s’acater c’ qu’ alle véyot sur chés mannequins in plastique. Chétot comme un magasin interdit, réservé, que j’ ravisos pas passe qu’i faijot pas partie d’ min monde à mi. I Paraît qu’in y faijot l’ diminche des concours d’élégance comme au Touquet, des défilés d’ madames dins des belles zautos avec des tchiens tout déguisés qu’in véyot chés photos l’ lundi dins la Voix du Nord…

Le Casino, ch’ cinéma imblématique, qui étot presque in bas dé l’rue d’ Divion , et qu’in y allot in famille dés fos l’samedi soir à pied. Pis cor un magasin d’ meubes Mayeur Dessaux et fils (pus tard dév’nu LITREM) et ché tout, j’allos pas pus lon, j’avos rien à y faire, pour mi cha ménot nulle part (sauf pus tard qu’ j’allos à pied jusqu’à chés garaches du carrefour Lemoine avec ém’ pancarte « HESDIN / MONTREUIL» faire du stop pour aller à la mer.

Tout cha chétot cor un tiot peu min quartier du 4, minme si cha comminchot à morde su l’ n° 1 d’un côté , avec él’ côte des grands bureaux et ch’ marchand d’ pêque dù qu’ j’ai acaté m’ première canne in fibre de verre, et l’ quincallerie in fache dù qu’in acatot des castroles et des faitouts. Et su’ l’ n° 2 d’ l’aute côté.

Y in reste deux, des magasins, que j’ vas in parler dins des prochains artiques : cha sera l’ parfumerie Delerce et Marchand Frères.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |