histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)
  les 15 ans du site suite (19/02/2020)
  LES 15 ANS DU SITE ! (19/02/2020)
  L'églisse ed Berlancourt (14/02/2020)
  30 ans de mariage ... (09/02/2020)
  AUTOS NOREV ET BAIN DU SAMEDI (09/02/2020)
  UN CORDONNIER D L ANCIEN TEMPS (05/02/2020)
  LA GOURMETTE EN ARGENT (03/02/2020)
  Merlimont sous la pluie fin (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 3 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 2 (02/02/2020)
  Merlimont sous la pluie 1 (02/02/2020)
  PETARDS Pleinvol partie 2 (31/01/2020)
  PLEINVOL Partie 1 : Bonbons, jouets (27/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 1 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 4 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 3 (26/01/2020)
  feu d artifice merlimont partie 2 (26/01/2020)
  NIPPERT ET LOSSIGNOL (23/01/2020)
  Les parlaches (22/01/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
VETEMENTS MARCHAND FRERES
par berlens78 le, 26/06/2020  

A Bruay, y’ avot chux qui zallotent amont Georges Paul, et chux qui zallotent à Marchand frères ; nous, chétot Marchand frères ; Georges Paul, in n’a jamais rien acaté dins l’ boutique-là ; in allant à Marchand frères, in passot bien d’vant alors in ravisot quand minme él’ vitrine mais comme cha, par acquis d’ conscience, in savot bien qu’in n’allot rien acater là.

In arrivant amont Marchand frères, rue Henri Cadot, après l’ Bonbonnière, in étot tout d’ suite accueilli par un vindeux, Monsieur Jean j’cros qu’i s’appelot ; que des hommes là-d’dins, pas d’ femmes. « Bonjour Madame Dourlens ! Alors qui c’est qu’on va rhabiller cette fois-ci ? Le jeune homme ? C’est pour sa communion ? Vous voulez lui faire in costume ? ». Voilà, in étot in terrain connu, avec des gins qui nous connaichotent ; Monsieur Jean, jé l’ vos cor, un pétit pas fort épais, aimabe, avec eune raie su’ l’ côté, sin costume prince de Galles à carreaux, ses souliers vernis, eune belle quémiche avec eune cravate et eune épingue, et sin mête ruban autour éd’ sin cou. Bien coiffé, avec delle brillantine ; bien prope sur li. Des fines mains blanques bien soignées avec eune chevalière. Pis des belles manières, des fos un tiot peu appoyées mais bon in ch’ t’emps là à bruay, in parlot pas trop d’ la jaquette ni délle marine à voile ou à vapeur ; in étot loin d’ la mer …

In y allot pas tous les jours à Marchand frères ; d’ timps in temps pour acater un pantalon du diminche ou un blazer, et deux fos pour acater un costume : pou’ l’ communion (in gardot l’ minme pou l’ confirmation) et pou sin mariache ; eune fos aussi pétête pour aller à eune cérémonie d’ famille à 16,17 ans, qu’in avot fini d’ grandir. Alors vous allez m’dire que j’y ai été qu’ trois fos dins m’ vie …. Bin nan, passe qu’in y allot souvint in famille et in étot 6, dont 4 garchons.

Pour un costume, in arrivant, Monsieur Jean i nous guidot dins ch’ labyrinthe d’ vestes, pantalons et costumes pindus par talle à des porte mantiaux ; pis i prénot mes m’ sures avec sin mète ruban : tour de cou, tour de talle, largeur d’épaules, longueur des bras, hauteur entrejambe … pas b’soin d marquer tout cha sur un papier, chétot mémorisé gravé direct. Et i nous aménot devant chés vêtemints qui zétotent à m’ talle, délimités avec des grosses pastilles in carton avec des numéros : « voilà ! Vous regardez les modèles dans cette taille ; si aucun ne vous plaît, j’en ai d’autres en réserve ». J’savos pas trop chu que j’ voulos, j’avos pas d’idée bien avinchée sur la question et j’étos un tiot peu perdu au mitan d’ tout cha : croisé ou drot, in lin ou in tergal, uni ou à carreaux, chintré ou pas … ; valot miux d’mander consel à Monsieur Jean, qu’i évoluot dins chés porte manteaux comme un pichon dins l’iau, les sortant, les mettant dins l’ lumière, nous conseillant, les armettant …
Quand jé n’avos trouvé un à min goût et à peu près à m’ talle, j’ m’ in allos l’ passer dins l’ cabine d’essayage, essayer d’abord ch’ pantalon, in artirant mes godasses pour pas l’ salir. J’arsortos délle cabine avec mes godasses dins mes mains et Monsieur Jean y arrivot avec s’ n’oeulle éd’ connaisseur, i m’ ravisot in s’ pinchant sous toutes les coutures, devant, derrière. I plantot des aiguilles par chi par là, à l’ cheinture, et in faijant des marques à l’ craie pour déplacher chés boutons. Pis fallot pinser à chés bords : j’ montos sur un tabouret, in armettant mes godasses ch’ coup chi ; i faijot déchinde chés plis d’ pantalon juste au mitan d’ ché lachets et au ras dé ch’ talon à l’arrière ; i arpliot ch’ bord et i rintrot des aiguilles tout autour pou bien l’ marquer ; et j’ardéchindos dé ch’ tabouret pour aller dins l’ cabine mette él’ veste ch’ coup chi pour l’essayer.

Là aussi, i m’ ravisot marcher ; « Tournez-vous » … « Marchez plus lentement » … « Tiens-te drot ! » qu’alle rajoutot m’ mère ! Après deux trois zallers artours, j’ m’ arrêtos net , raide comme un piquet et i vénot vers mi avec s’ tiête pinchée su’ l’ côté, un oeulle su ch’ pantalon et l’aute su’ l’ veste ; i l’ajustot in l’armontant par ch’ col et in laichant arquère d’un coup ; « elle baille un peu, mais c’est pas grave, on va la reprendre, c’est rien du tout » qu’i dijot à m’ mère, à g’noux par terre avec ses zépingues dins s’ bouque ; fermer chés boutons, passer s’ main intre min vinte et chés boutons dé l’veste pour vire si i restot assez d’ plache … « Artire tes mains d’ tes poches » qu’alle dijot m’ mère, et « Tiens-te drot ! Té vas dév’nir bochu ! ». J’ restos là debout, j’ m’ardréchos, min minton arlévé, sans bouger. « Allez jusqu’à la porte et revenez vers moi pour voir » qu’i rajoutot Monsieur Jean (j’avos quère cha, qu’in m’ diche « vous »). « Hop ! Ne bougez plus ! » Un dernier tour autour éd’ mi et chétot fini ; « Eh bien écoutez, madame Dourlens, je pense que ce sera parfait après quelques retouches ; repassez samedi prochain, çà devrait être prêt ».

Souvint, avec ch’ costume, i fallot aussi acater l’ quémiche qui allot avec ; pis aussi l’ cravate. Des quémiches, i n’avot des murs à casiers rimplis d’ tous les talles et d’ tous les couleurs ; mais in les essayot pas ; ch’ vindeux i mesurot l’ tour éd’ min cou toudis avec sin mète ruban ; « Ah ! Un bon 38 ! Dites-donc, il a bien grandi depuis la dernière fois ! Ecoutez, prenez un 39, et vous serez tranquille ». Pour él’ couleur, in restot dins des modèles classiques comme cha pas d’ histoires. Et pour él’ cravate, ém’ mère alle étot jamais trop imballée : « eune cravatte, ché pas la peine, tin père i n’a plein dins l’ garde robe, t’in cujiras eune ! » ; les vielles cravates à min père, qui vénotent pétête déjà d’ sin père ou dé s’ n’arrière grand père, j’in voulos pas ; mi j’in voulos eune à la mode, assortie à min costume. In n’avot pas l’ temps d’in discuter qu’ Monsieur Jean i’ in ténot déjà eune devant min nez « Ah ! Regardez, Madame Dourlens ! Qu’est ce que vous pensez de celle-ci ? Elle est belle, non ? Et elle ira parfaitement avec le costume et la chemise ! » Bof ! Mi alle m’ plaijot pas trop, m’ mère non pus, mais in n’y connaichot rien in cravate ; li, in pouvot i faire confiance, i habillot des gins tout l’journée ; alors souvint, qu’ j’auros pas cuji chelle-là mais comme i m’avot soutenu mortibus qu’ ch’a irot parfaitemint, cha allot ainsi. J’étos contint. M’ mère alle faijot l’ grimace in lisant ch’ prix qu’ chétot presque aussi quère que l’ quémiche, mais bon, alle allot pas commincher à faire des zhistoires.

I restot pus qu’à payer à l’ caisse ; souvint, intre temps, ch’ patron qui étot occupé dins sin bureau ou avec des zautes clients, i avot pris deux minutes pour vénir saluer mes parints, et prinde des nouvelles. Ché aussi li qui ténot l’ caisse. M’ mère alle sortot ses gros billets pour payer (y’ avot pas cor’ éd’ chèques ni d’ carte bleue) et souvint, ch’ patron i nous faijot eune ristourne et cadeau d’ chés retouches et dé ch’ porte manteau … Après in sortot avec un grand sac in plastique marchand frères avec juste él’ quémiche et l’ cravate éd’ dins, Monsieur Jean i passot devant nous ouvrir élle porte et nous dijot « Merci au revoir et au plaisir Madame DOURLENS » in s’ pliant in deux . Y’ avot pas d’ tapis rouche mais chétot tout comme.

J’étos contint quand j’ sortos d’ là ; d’avoir été traité comme un prince par des gins aussi bien élevés et aussi bien habillés, j’étos fier, jé m’ sintos quéqu’un. In armontot tout l’ rue Alfred Leroy, in arpassant cor devant l’ vitrine Georges Paul, jéter un dernier coup d’oeulle, vérifier quand minme … Nan, in avot bien fait d’avoir été à Marchand frères, y’avot gramint plus éd’ choix et chétot moins quère. Allez, sans regret.

J’armontos l’grand rue tout fier avec min sac Marchand frères. Souvint in croisot quéqu’un qu’in connaichot « Ah ! Bonjour Madame Dourlens ! Vous avez été à Marchand frères ? » « Bin ouais, pour li là, i fait s’ communion dins 15 jours ! » « Déjà ! Comme ça grandit vite ! je m’ rappelle encore de lui quand i était …. » Et bla bla bla et bla bla bla chétot arparti pour un tour ; in étot pas rintrés…





 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |