histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
PEQUE A SAINT VALERY partie 2
par berlens78 le, 07/08/2020  

Min père i vénot d’acater eune auto, eune R8 bleu ciel d’occasion, et pou l’ première fos d’ not’ vie, in s’in allot in vacances in carette, sans prinde l’autobus au cercle in trainant chés valisses. In étot intiqués à 5 ou 6 là d’ dins, avec ch’ tchien (photo 1). Ch’ coffe i étot à l’avant et tout pétit, in pouvot pas i mette grand cosse, alors y’ avot aussi des sacs par terre intre nos gambes et su’ l’ lunette à l’arrière. In avot ouvert chés vitres, i faijot biau, y avot du solelle, in s’in allot à la mer. Jusque là, in n’avot toudis été qu’à Berck, j’ connaichos rien d’aute, alors Saint Valéry, chétot eune avinture, l’inconnu, j’étos contint ; et surtout j’allos péquer ! M’ canne à pêque j’ l’avos gardée avec mi sur mes g’noux , à l’arrière, jé l’ ravisos, j’ véyos l’iau tout autour et ch’ bouchon s’infoncer ; « Saque ! Saque ! Tin bouchon i’ est parti ! Cha dot ête un gros ! » ; j’ tiros m’ canne un coup sec, mais j’ butos dins quéque cosse, chétot l’ bras dé m’ mère assise à côté d’ mi ; « Bin i’ est sot ch’ti là, i m’donne des coups d’ coeude ! … » …

Par ch’ carreau ouvert, j’ ravisos défiler chés paysaches, tout nouviaux, qu’in n’étot jamais passés là ; jusqu’à Saint Pol, cha allot , in y passot avec l’autobus pour aller à Berck ; mais après ... Frévent, un pétit détour par Doullens, vire él’ ville d’ dù qu’ mes lointains ancêtes i zétotent vénus i paraît, Auxi-le Château, traverser l’ forêt d’ Crécy dù qu’ la guerre de 100 ans alle avot comminchée, Du Guesclin, Jeanne d’Arc, … j’étos arplongé dins mes lives d’ histoire … Ah cha y est j’ai vu un panneau Saint Valéry ! Ché à côté du Crotoy ? Ch’ nom là i m’ dijot quéque cosse, chétot là qu’i zallotent in vacances chés commerçants d’ Bruay … Minme genre que le Touquet. Nous in allot à Saint Valéry, qu’ chétot cor à ch’ momint là, qu’un villache éd’ péqueux.

In arrivant, j’ai pas vu la mer ; j’avos biau raviser d’ tous les côtés, in véyot qu’ des prairies à perte éd’ vue avec des moutons, pis eune espèche d’ canal avec pas gramint d’iau et dé l’ vase au fond … Et pas d’ plage comme à Berck, pas d’esplanade pleine éd’ monde, pas d’ poste éd’ secours avec un drapeau, pas d’ gins in maillot d’ bain qui marchotent pieds nus dins chés rues ! … Eune vielle route in pavés tout déglinguée avec eune paire éd’ magasins … Des batiaux à sec qu’in aurot dit des zépaves … Et des gins qui péquotent penchés au bord dé ch’ quai, in ravisant in bas ch’ filet d’iau qui passot intre chés batiaux couchés dins l’ vase … Pouh ! pouh pouh ! … ché là d’ dins qu’ j’allos péquer ?... Et pis pas d’ plage … Pas la mer … J’ pourros pas m’ baigner ?... Quo qu’ j’ allos faire là pendant 15 jours ! … J’argrettos déjà Berck ; jé n’auros presque brai tellemint qu’ j’étos déçu …

Arrivés à l’ location, in a déquerqué (photo 2 devant l’ location) ; j’ai demandé à chés propriétaires dù qu’alle étot la mer et i m’ont espliqué par dù qu’i fallot passer, avec des raccourchis par des passaches pas fort larges dins des vielles rues étroites… (photo 3 : passage étroit dans rue principale). Alors j’ai été y faire un tour ; cha pouvot pas ête que chu qu’ j’ avos vu in arrivant ; fallot aller vire plus lon, y’avot forchémint la mer… Ben nan ; y’avot pas la mer. Enfin si, pétête à marée haute ; mais à marée basse, alle étot pas là ; la mer alle étot arpartie tout au fond dé l’ baie, là-bos , à l’horizon, qu’in l’ véyot minme pus … J’ai marché su ch’ quai ; in avanchant, ch’ canal y’ avot un peu plus d’iau mais fallot pas trop s’ pencher pour raviser, que j’ risquos d’ quère dins ch’ tro … Et faire attintion aussi d’ pas s’ buter ses pieds sur chés anneaux in fer et chés bitonniaux in pierre qu’y n’avot tout l’ long dé ch’ quai avec des viux pavés tout biscornus. Y’ avot eune paire éd’ péqueux mais qui zavotent pas d’ canne, juste un fil avec un hamechon et un gros vier au bout ; j’allos avoir l’air fin avec ém’ canne toute neuve et min moulinet …

Alors éj’ sus rintré à l’ location ; j’avos pas l’ moral ; j’ m’attindos pas à cha. Y’ avot quand minme eune prairie à côté qu’in pouvot taper dins un ballon, mais bon …. « Fais-te pas d’ bile, qu’alle m’a dit m’ mère, in féra des escursions avec él’ carette ! » ; des escursions … Ouais … Bon … mais mi j’étos vénu pour péquer ! …

Au soir in a été faire un tour dins l’ rue principale, mais pas d’ Cornet d’Amour, pas d’ glacier Dandréa, rien, pas un marchand d’ glache !... In pouvot juste aller vire coucher l’ solel au bout dé l’digue et marcher in ravisant voler chés mouettes. In est rintrés ; et in a dû faire eune partie d’ mille bornes. J’ai eu des ruses à m’indormir …

L’ lendemain matin, j’sus parti d’ bonne heure à l’ pêque avec ém’ canne toute neuve ; y’ avot la mer, chétot sûr et certain, vu qu’ y avot des batiaux ; j’allos bien finir par l’ dégoter, cha allot pas s’ passer comme cha ! J’étos armonté à bloc ; j’étos vénu pour péquer, et j’allos péquer. J’avos été ramasser eune paire éd’ viers dins ch’ camp à côté qu’ j’avos mis dins un bocal avec dé l’ terre, in faijant des trous dins ch’ couverque qu’i zeuchent éd’ l’air pour respirer. Comme élle velle, j’ passe intre chés maisons, j’arrive su ch’ quai et là, miraque, y’ avot dé l’iau à ras bord ! Et tout autour ; in face chétot dév’nu eune île, in pouvot pus y’ aller ! et des péqueux i n’avot tout partout. Mais y zavotent pas des cannes à pêque comme mi. Du coup j’ m’installe, j’comminche à déballer mes affaires, m’ boite à viers, min chiffon, min séiau pour mette chés pichons que j’rimplis d’iau à mitan, min dégorgeoir … J’ cache dins mes poches min plomb d’ sondache, que ch’ marchand i m’avot espliqué qu’i fallot toudis prinde ch’ fond avant d’ péquer ; j’ l’accroche à ch’ l’ hameçon, j’ mets un mète éd’ fond, j’ lance … ch’ bouchon i file au fond d’un coup ; j’arlève j’armets du fond … parelle ; finalemint y’ avot au moins 5 ou 6 mètes éd’ fond ! et m’ canne alle faijot qu’1.80 mète … Tant pire. J’étale ém’ line su ch’ quai, j’ ouve min moulinet, j’ prinds m’ n’ élan, et j’ lance .. In plein mitan dé ch’ canal ! Cha ché bien ! y’a pus qu’à atteinde .. ; sauf que min bouchon, au lieu d’ rester à s’ plache, i s’ met à avincher, et à arvénir l’ long dé ch’ mur … j’ rimbobine et j’arlance … Mais j’ devos faire cha sans arrêt ! ché pas comme cha qu’ j’allos attraper du pichon ! Commint qu’i font z’autes à côté ? I z’arlancent jamais ; i z’ont minme pas d’ bouchon ... Ah, v’là min père qui vient m’ vire péquer … Li i saura pétête …

Ben nan, i’ in savot pas plus que mi ; mais i a été vire chés péqueux à côté pou leu demander. « Commint qu’in pêque ichi ? Ché l’ première fos qu’in vient ; j’apprinds min garchon à péquer ... i comminche seulemint … » ; bon j’ passos pour un nonoche, j’étos pas trop contint. I n’a trouvé un qui a bien voulu nous faire vire. Min père i m’appelle ; j’ y vas ; « ravisse commint qu’i pêquent ichi … ché pas du tout parelle que ti … t’as cor tout à apprinde… ch’ l’ homme, ichi, i est bien aimabe, i va t’ apprinde … ». Ché là qu’ j’ai compris qu’ y avot plein d’ sortes et d’ manières d’ péquer et qu’ichi, i péquotent au clipot … I mettotent pas d’ bouchons, ni d’ pétits plombs. Leu montache é’d’ linne i étot fait avec tros ou chinq clipots, des triangles in fer avec eune tige au bout dù qu’in accrochot ch’ fil et ch’ l’ hamecon ; chés clipots i zétotent accrochés tout du long dé ch’ fil et i mettotent un gros plomb d’ 150 grammes au bout, ché pour cha qu’ leus linnes alles dérivotent pas … (photo 4). Et pis i péquotent pas avec des lombrics, mais avec des viers d’ sabe, des arénicoles, et des viers tout noirs avec des poils autour … J’avos jamais vu cha. In plus i fallot les infiler su ch’ l’ hameçon avec des zinfile-viers … I fallot du matériel mais pas seulemint, i fallot savoir s’y prinde aussi. J’avos rien d’ tout cha. Alors j’ai tout rimballé et avec min père in est partis à ch’ marchand d’ pêque essayer d’in savoir un peu plus.

Ché eune habitude qué j’ garderai toudis pus tard : aller vire ch’ marchand d’ pèque dé ch’ coin quand j’arrive pour pêquer dins un coin qué j’ connos pas. Demander quo qu’i pêquent , commint , avec quoi … Chaque coin y’ avot ses habitudes, ses techniques, ses pichons aussi. Là ch’ marchand i nous a espliqué commint qu’in péquot ichi ; i nous a vindu des clipots, in m’espliquant commint les mette pour pas faire des touillaches, des gros plombs d’ fond, et aussi chés viers d’ sable roulés dins du papier journal. In est rintrés à l’ location, j’ai défait tous mes montaches et accroché des clipots comme i m’avot dit. Et au soir, éj’ sus arparti à l’ pêque . Mais la mer alle étot basse, et cor eune fos, y’ avot pus d’iau… Bon, i m’fallot un horaire des marées, alors j’ sus allé in quère un à ch’ marchand d’ pêque.

L’ lendemain matin, m’ v’là arparti à l’ pêque, bien décidé l’ fos chi, à n’attrapper eune d’anguille. J’essaie d’infiler chés viers tout mous in faijant l’ grimace, qu’ j’avos pas fort quère tripoter chés bêtes là .. Trois clipots, chétot assez pour commincher ; et pas b’ soin d’ lancer au mitan dé ch’ canal, juste balancher l’ linne au bord et laicher quère ch’ plomb au fond. Et attinde ; attinde quoi ? que ch’ grelot i s’ mette à sonner ; mais cha non pus jé n’avos pas. Ché ch’ viux à côté qui péquot aussi qu’ i m’a espliqué : quand ch’ pichon i mord, i s’ sauve avec ch’ l’hamechon et du coup, l’ canne alle bouge et ch’ grelot i s’ met in route ; ché comme cha qu’in sait qu’in a eune touche ! .. . « Mais si t’as pas d’ grelot, té laiches du mou dins ch’ fil , pour qu’i pinde in faijant des boucles su’ t’ canne, et si ch’ pichon i saque, té vas vire ch’ fil partir ». In attindant d’acater un grelot, cha m’ permettot d’ pêquer et d’espérer n’attrapper un ; sauf qu’i fallot pas quitter ch’ fil des ziux. Ch’ viux , à côté, li, i étot pas rivé sur sin fil, y’ allot s’ promener, parler avec z’ins et z’autes, rallumer sin mégot, raviser chés mouettes… J’allos cor devoir aller à ch’ marchand d’ pêque racater des affaires.

Ché là aussi qu’ j’ai compris qu’à l’ pêque, i manquot toudis quéque cosse, et qu’au final, cha arvénot quère pour pas prinde grand cosse…


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |