histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LA POSTE de BRUAY partie 1
par berlens78 le, 22/09/2020  

La Poste. Étant jeaunne, et minme pus grand, j’avos quère y aller, cha m’ faijot eune sortie ; chétot pas trop lon dé m’ baraque, j’ déchindos l’ rue Alfred Leroy, j’ passos devant l’ lycée Carnot, l’ librairie Dupont, traversos l’ grand route au cercle devant Prisunic (Là, attintion ! Dins chés passaches cloutés passe qu’y avot toudis là un d’ la police pour surveiller) ; pis j’ déchindos l’ rue Lamendin, passos devant la Boule d’or qu’ cha sintot fort l’ balatum, et l’ terrasse du café d’ l’Union (qu’ cha sintot fort l’ Pernod Ricard …) ; j’ traversos l’ grande plache éd’ la mairie et j’arrivos devant la poste (photos 1 et 2).

J’y allos pas souvint à la poste : in janvier avec ém’ mère mette mes sous des étrennes sur min livret d’ caisse d’épargne ; poster ch’ bulletin du concours La Voix du Nord in juillet, chés cartes postales d’ Sainte Catherine, Saint Nicolas, Sainte Barbe, Saint Eloi in novembe ; pus tard aussi pour invoyer des colis à mes frères qui zétotent au service militaire ou à min tiot frère in colonie à Fitz ; et cor pus tard pour téléphoner dins chés cabines.

N’impêche, j’in garde un bon souvenir ; avec sin tout pétit square et un peu pus lon ch’ kiosque dins ch’ gardin d’ la mairie, un pétit gardin secret à l’écart du monde, avec ses bancs qu’y avot jamais personne, des fos un viux grand-père assis, penché, appoyé sur sin baton, ravisant par terre in s’ demandant quo qu’i trouverot bétôt in d’sous … (cartes postales 3 et 4, vire ch’ pétit kiosque à droite éd’ l’ hôtel de ville et derrière, complètemint disparu).

Chétot calme, pas gramint d’autos in ch’ temps-là, in n’intindot rien. Monter chés marches à l’intrée, pousser l’ grosse porte vitrée in fer forgé à deux mains, rintrer dins l’ grande salle d’attinte in carrelache à damiers avec chés guichets in bos, ouverts ou fermés selon que l’ trappe in contreplaqué alle étot baissée ou arlévée, pus tard rimplachées par des « zygiaphones » qui leur avotent mis devant leu nez pour pas qui z’attrapent chés microbes d’ chés gins qui parlotent in postillonnant ; « Monsieur, parlez fort devant l’ hygiaphone SVP » , que l’ préposée alle criot in gesticulant derrière ch’ carreau parsemé d’ pétits trous, à chés viux à mitan sourds qui savotent pas commint s’ placher ; « Commint ? Quo qu’ ché qu’ vous dites ???... »… I zétotent bien sognés chés agints d’ la poste, y’ aurot pas fallu qu’i quèchent malades ! In d’ sous d’ chés grandes ferniettes à carreaux, y’ avot des banquettes in bos pour chés gins s’assir et atteinde leu tour. Au fond, par él’ porte intr’ouverte, in véyot des facteurs debout trier ch’ courrier in ringeant chés z’inveloppes dins des centaines éd’ casiers. In n’intindot rien d’aute que des coups d’ tampon ; des fos eune mouque voler ; et quéques années pus tard chés gins qui téléphonotent dins chés cabines.

Souvint, chétot eune femme qui poussot l’ porte dins un grand courant d’air et vénot pour téléphoner ; alle arrivot au guichet in donnant sin numéro à appeler et s’in allot attinde sin tour avec les zautes. Pis in veyot l’ guichetière s’léver dé s’ cayelle in criant par au-d’ zeur dé s’ n’ hygiaphone « Madame Carpintier, vous avez Paris dans la cabine n°2 ! » ; alors madame Carpintier alle s’ lévot in courant pour aller vers chés cabines qu’i n’avot chinq et alle s’arrêtot net devant ; « Que cabine ? » qu’alle ardemandot ; « La 2 ! en face de vous ! Vous pouvez décrocher le combiné » qu’alle criot l’ femme derrière sin guichet. Madame Carpintier alle s’infournot tant bien qu’ mal dins l’ cabine qui n’étot pas fort larche, posot sin sac à commissions par terre et décrochot ch’ combiné ; « Allo ? Allo ? Ché ti ? Ouais, bonjour ! Bin ché mi ! … Ah ! attinds, j’ai oublié d’ fremer l’ porte ». Sin combiné dins eune main et sin bout d’ papier dins l’aute, alle avot bien des ruses à arfermer l’ porte avec sin pied ! … Plus i zappelotent lon et plus i criotent fort ; et in intindot tou chu qui disotent minme avec él’ porte éd’ cabine freumée ! Quand alle sortot madame Carpintier, tout fière et tout continte avec sin sac à commission pour aller payer à ch’ guichet, in l’ ravisot in rigolant qu’in avot tout intindu.

Après y’ a comminché à y’ avoir des cabines à pièches ; là y’ avot pus b’soin d’ demander au guichet, sauf pour canger un billet conte des pièches ou pour appéler à l’aute bout du monde, à Paris par exempe. In rintrot dins l’ cabine et in pouvot cacher un n° dins l’annuaire, qu’y avot eune étagère in bas avec tous chés bottins du Pas de Calais, du Nord, de l’Aisne, et d’ la Somme (pour chés zautes départemints , i fallot aller l’ long d’un mur qu’y avot tous chés bottins d’ la France arliés avec des couvertures in cuir et alignés par numéro ; ché là qu’ in s’ rindot compte que chétot utile d’avoir appris par cœur chés numéros d’ départemints à l’école).
Au-d’sus, eune tablette in bos avec un stylo accroché au bout d’ eune chaine sur un socle in fonte pour pouvoir écrire ; et l’ machine à pièches cor’ pus haut avec des fintes pour tous chés sortes éd’ pièches : 20 et 50 centimes, 1 franc, chinq francs ; 10 francs i n’avot pas , chétot pas cor des pièches mais des billets ; et in n’aurot jamais dépinsé 10 francs pour téléphoner !! (photo 5). Comme dins chés machines à sous dé l’ ducasse, in mettot eune pétite pièche pour vire, pis in in rajoutot ; fallot avoir bien calculé sin coup et avoir prévu dé l’ monnaie, pour pas ête obligé d’ mette eune grosse pièche si y’ avot pas b’soin. Quand in intindot un bip bip, in armettot des sous. Mais quand cha s’éternisot et qu’in n’avot assez intindu, y’ avot qu’ à dire « Attinds ! … cha va couper !... j’ai pus d’ pièches !... » et in étot tranquilles…


  ( 5 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |