histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les cendres pas que le mercredi ... (14/04/2021)
  CHA S MERITE (12/04/2021)
  au bruit du moteur (12/04/2021)
  orage oh désespoir ... (08/04/2021)
  la difficile cuisson dans le four du fourneau (08/04/2021)
  Étretat marée haute et basse (05/04/2021)
  mon lit en fer (02/04/2021)
  PAQUES Partie 2 (01/04/2021)
  dimanche des rameaux (31/03/2021)
  samedi après midi partie 3 ou le passage du Cap Horn (30/03/2021)
  PAQUES Partie 1 (29/03/2021)
  samedi après midi partie 2 (22/03/2021)
  au coin de la rue de la gare (22/03/2021)
  marché Place Marmottan (22/03/2021)
  la vieille tour (14/03/2021)
  la montée au château (14/03/2021)
  abattoirs sur cartes postales (14/03/2021)
  les rénovations de 1978 (07/03/2021)
  le bon jambon (06/03/2021)
  au matin le petit déjeuner suite (03/03/2021)
  au matin le petit déjeuner (03/03/2021)
  bataille autour du bouillon (02/03/2021)
  finquée dins l' cuisine (02/03/2021)
  le mimosa (21/02/2021)
  les lulus à Manman (14/02/2021)
  samedi après midi partie 1 (07/02/2021)
  la toile cirée (31/01/2021)
  excusez me j éto trop jone (23/01/2021)
  chapelle Sainte Barbe (17/01/2021)
  dins s' baraque ... (10/01/2021)
  avec le hachoir au coin del' tabe (10/01/2021)
  cha y est j' su viu (03/01/2021)
  eune bonne et eune heureusse (01/01/2021)
  LE PETIT CHIMISTE (22/12/2020)
  DIMINCHE IN VA AU COLISEE (11/12/2020)
  y a rien au courrier ? (06/12/2020)
  Foot féminin à Bruay (04/12/2020)
  Alle est pas morte Sainte Barbe (B.Cocq-S.Colliez) (03/12/2020)
  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
TELEPHONE et FACTEURS partie 2
par berlens78 le, 29/09/2020  

Bon , chétot bien biau d’ vouloir téléphoner ; mais à qui ? I n’avot pas gramint qui zavotent l’ téléphone ; à ch’ momint là, cha coûtot quère et y’ avot deux à trois ans d’attinte pour l’faire installer à s’ baraque. In plus, dins chés corons ! … Un qui aurot eu l’ téléphone, tout l’ monde i l’aurot ravisé d’ travers : « Ben vous z’êtes pas au courant qu’i z’ont ch’ téléphone ?!.. » « Ah ! bon ! I z’ont l’ téléphone à leu baraque ? Ché pas possibe ! Commint qu’i z’ont fait ? Sûremint un coup d’ piston d’ leu garchon qui travalle à la Poste à Lille … ». Du piston chétot mal vu in ch’ temps là, cha voulot dire qu’i connaichotent des gins haut plachés, d’ l’ aute bord, des riches, et qu’i fallot s’ méfier (enfin, sauf si in avot à sin tour b’soin d’un coup d’ pouche ! …). Fin des années 70, Monsieur Norbert Segard y’ a mis un grand coup d’ pied là d’ dins pour dépoussièrer tout cha et y’ avot pus qu’à atteinde 1 mos ou deux pou l’avoir. (source wiki : « secrétaire d'État du commerce extérieur en juin 1974. Norbert SEGARD assume ensuite le secrétariat d'État aux Postes et Télécommunications dès janvier 1976 où on lui doit le lancement de la télématique et la généralisation du téléphone dans les foyers français : entre 1975 et 1981, on passe de 7 à 16 millions d'abonnés téléphoniques).

Si in voulot téléphoner, i fallot d’abord s’écrire pou s’ donner rindez-vous au téléphone ; invoyer eune carte postale 2 ou 3 jours à l’avanche pour dire dù et que jour et que heure qu’in allot appeler. Chétot souvint àmont d’ chés commerçants, qu’y avot qu’eux, pis cor pas tous, qui zavotent ch’ téléphone ; quand j’étos étudiant à Lille, pour appeler m’ mère, in cas d’urgence, j’ pouvos téléphoner amont Chalmin ou Crendal ; ou si mes parints i zétotent in vacances, amont dé ch’ propriétaire ou bien à ch’ bistrot du villache. In téléphonot qu’ pour des évènemints importants : archu au bac, arrivé à l’ caserne, … Pour ch’ bac qu’ chés résultats i zétotent affichés à Béthune, j’ avos appelé amont Chalmin ; m’ mère alle milot derrière ch’ carreau d’ pis des z’heures d’ vire arriver madame Chalmin, et chelle-chi alle avot pas eu l’ temps d’ traverser l’rue pour vénir buquer à l’ porte que m’ mère alle étot déjà su ch’ trottoir : « C’est vote garçon, Madame Dourlens, il a téléphoné, il est reçu ! » …

In téléphonot pas pour rien dire ; et j’ l’ai gardée ch’ l’ habitude là ; minme aujourd’hui qu’in peut appeler tout l’ monde tout partout à n’importe que heure, j’ai pas quère cha ; toudis peur éd’ déringer, qu’ Madame Chalmin alle seuche cor’ obligée d’ sortir d’ sin magasin et traverser l’rue pour vénir buquer à l’ porte …

In rintrant d’ l’armée, enfin eune paire éd’ mos après que j’ voulos pas artravailler tout d’ suite et prinde du bon temps, j’y étos allé passer m’ matinée avec des rouleaux d’ pièches pour cacher du boulot in appelant tous chés grosses boites à Lille. Et j’étos arsorti d’ là avec 4 promesses d’imbauche différintes ! Trouver du boulot, y’ avot rien d’ pus facile. Chétot l’âge d’or des fameusses trente glorieusses …

In y allot pour poster des lettres, et des fos les faire peser ; après i zavotent mis des boites à lettes dehors dins ch’ mur avec « Pas-de-Calais » et « autres départements » ; écrire un télégramme eune ou deux fos. Et aussi invoyer des « mandats », des sous, à mes frères à l’armée ou pour payer eune location d’ vacances. Et des fos aussi pour in toucher. Dins l’ temps, j’ cros bien qu’ mémère alle devot aller à la poste pour toucher l’ pinsion dé s’ n’ homme et avoir chés sous tous les trimestes. Après chétot ch’ facteur qui l’y apportot directemint à l’ baraque, alle avot pus à s’ déplacher et alle risquot pus dé s’ faire attaquer in route par un blouson noir qui y’ aurot volé sin porte-monnaie.


Chés facteurs … In gardot les minmes pendant des années ; des fos i rintrotent boire eune goutte éd jus avec eune bistoulle, à la fin d’ l’année quand i vénotent quère leus zétrennes et vinde leus z’almanachs des PTT (photo 1) ; ch’ facteur i rintrot s’assir dins l’ cuisine avec s’ sacoche pus grosse que d’habitude qu’alle étot bourrée d’ calendriers ; i tournot sin chuque dins s’ tasse avant d’avaler sin café avec él’ goutte d’ dins, pis i sortot tous ses calendriers su’ l’ tabe ; si in étot là, m’ mère alle nous appelot pour cujir ; chétot souvint des bidets, des tchiens ou des cats, des paysaches éd’ montannes avec dé l’ neige éternelle ou cor des marmotes au mitan d’ des fleurs ; in essayot d’ canger tous les ans et fallot s’ rappeler d’ chu qu’in avot déjà pris les années d’avant ; sauf des cats, m’ mère alle pouvot pas sintir chés bêtes là. Alle i donnot souvint eune pièche in plus pour ses zétrennes, et i arsortot pour aller buquer à l’ porte d’à côté … Ch’ facteur in pouvot garder l’ minme pendant 10 ans ; toudis fidèle au poste, tous les jours, qu’i pleuve ou qu’ i vinte, jamais malade. I allot à pied. Après, i z’ont eu des vélos avec des sacoches d’ chaque côté dé l’ reulle avant ; chés tournées i z’ont rallongé. Mais pas chés salaires. I n’a qui z’ont comminché à quère malades, pis à ête invoyés lon d’ leus baraques ; pis tout y’a comminché à aller d’ berzinque.

La poste éd’ bruay, chétot un hâvre de paix, calme , rassurant ; un vrai service public au service d’ chés gins ; pas comme au commissariat ou à la mairie qu’in ravisot à deux fos avant d’ y aller. Gramint pus tard, qui z’avotent installé un distributeur d’ billets, j’y allos in auto ; j’ pouvos m’ garer su ch’ parkine qu’y avot jamais personne. Quand in vot asteure commint qu’ ché dév’nu, avec elle grande batisse in verre qui prind tout l’ plache (photo 2) et des parkines à perte éd’ vue… La poste, avant, alle étot in plein soleil, asteure alle est toudis à l’ombe... Avant d’ disparaîte un d’ chés jours comme les zautes et d’ête rimplachée par des nuées d’ robots volants vénus d’Amérique …

Enfin !... ché la modernité, l’ progrès. Dins progrès, y’ a progression, et in crot toudis qu’ eune progression ché vers du miux, mais ché là qu’in s’ trompe ; progresser, cha veut dire avincher mais des fos in crot qu’in avanche vers l’avant sans s’ aperchuvoir qu’in a fait demi tour in route …


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |