histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
MEMERE EUNE VIE 2ieme partie
par berlens78 le, 12/10/2020  

Chés sous d’côté, y servotent aussi à aller in vacances 15 jours à Berck au mois d’septembe, quand j’étos plus grand.

A Berck, j’y allos au mois d’août avec mes parints ; après in rintrot à Bruay et j’ y arpartos avec mémère in septembe ; là, in allot à l’autobus et j’portos l’ valisse pour aller dé l’gare routière à l’location. Chétot pas trop lon. Des fos chétot ch’ photographe Monsieur Heinguet qui nous conduijot avec s’ belle auto, eune Chambord ; cha li plaijot pas d’ trop mais chétot s’ belle mère, Madame Crendal, qui étot propriétaire dé l’boutique, qui l’obligeot passe que mémère alle allot souvint s’occuper d’elle. L’ location alle étot loin d’ la mer et alle s’appelot villa Fatima (photo 1). Nous in louot pas l’ villa , qu’ chés propriétaires i z’habitotent d’dins, mais un pétit cagibi aménagé dins ch’ gardin avec éd’ quoi faire à minger, s’assir à tabe et dormir. Y’avot qu’un lit et j’dormos avec mémère. Quand i z’ont eu eune auto, mes parints y vénotent passer l’diminche à Berck avec nous : in s’in allot pique niquer à midi dins ch’ bos Magnier et passer l’après-midi à la plage (photo 2).

Au matin j’allos à l’pêque à l’baie de l’Authie si chétot marée basse ; et sinan j’allos faire un tour dins l’rue d’ l’Impératrice, juer au flipper , et m’promener sur l’esplanatte ; j’arpassos par él’ boucherie acater des biftecks ou à ch’ marchand d’ pichons prinde des filets d’ merlan. Et in mingeot dins ch’ cagibi sur un coin d’ tabe, à côté dé l’ ferniette pour avoir un tiot peu d’ lumière. L’après-midi in allot à pied à la plage ; alle s’asseyot sur eune serviette, toudis habillée parelle in noir, et alle faijot du tricot. Jé n’ l’ai jamais vue aller trimper ses pieds dins l’iau. In partant au soir alle m’acatot eune glache 2 boules , elle alle in mingeot jamais ; pis in rintrot souper et après, pendant qu’alle faijot dé l’ couture ou d’ l’arpassage, j’allos lire dins ch’ lit. Mais souvint chés propriétaires y m’invitotent à vénir vire l’ télé dins leu salon quand y avot un film. Chétot soit-disant eune télé in couleurs mais i n’y avot qu’ trois couleurs su’ ch’filtre in plastique accroché devant l’écran : bleu in haut, marron au mitan et vert in bas !.. Si chétot un western, cha pouvot faire illusion ; mais pour l’ restant chétot plutôt eune calamité …

Dins s’ jeunesse à la campanne, alle avot fait demoiselle éd’ compagnie et sûremint aussi des ménaches à ch’ catiau Dorémiux à Fouquières. Quand alle parlot d’ Madame la Comtesse, alle é’ n’avot plein s’ bouque et ses ziux i cangeotent éd’ couleur… Chétot sin ancien temps à elle, ses pus biaux souvenirs, dins chés dernières belles z’années d’avant 14, pendant l’éclairchie avant l’ déluge, et tout s’ jeunesse involée d’un coup.

Alle avot dû rincontrer s’ n’ homme pas longtemps avant la guerre, qui étot maréchal ferrand à L’bussière mais i’ avot été mobilisé le 1er août 1914, pis gravemint blessé au Chemin des dames in 1917 et évacué à l’arrière. Après la guerre , i’étot imployé aux mines à Bruay et i touchot eune pinsion d’invalide. Alle avot eu qu’eune fille unique, ém’ mère, in 1921 ; qu’alle avot élevée du mieux possipe et invoyé à l’école ménagère, après sin certificat d’études, pour pas risquer d’ travailler à l’ fosse ou à l’usine. Mais s’ n’ homme i est mort in 45 et mémère alle s’a artrouvé sans rien avec juste eune pétite pinsion d’ veuve. Cha n’avot pas dû ête facile et ché pour cha qu’alle avot dû s’ résoude à habiter amont dé s’fille, qui vénot tout juste dé s’ marier.

Jé n’ sais pas grand cosse dé s’ vie d’avant passe qu’alle parlot jamais d’elle, ni d’ ses malheurs. Alle parlot pas gramint d’ailleurs, sûremint aussi pour pas déringer… Alle faijot tout elle-minme sans rien d’mander à personne ; sauf pétête pour ch’ carbon qu’ in allot y quère des gayettes et du bos à l’caffe et aussi sin bac à chinnes qu’in allot vider dins l’ lessiveusse au bord dé ch’ gardin. Des fos aussi ses commissions au Spar, mais vraimint pas grand cosse ; alle mingeot presque rien et alle buvot l’iau du robinet. Ah pis aussi à l’ pharmacie acater ses pilules Dupuis. Du café alle allot pas in faire pour elle tout seule alors in li apportot s’ tasse dins s’ p’ pièche après minger.

L’ premier diminche après nouvel an, tous ses neveux et nièches y vénotent l’étrenner in premier, passe que chétot l’aînée dé s’ fratrie ; cha faijot du monde passe qu’i zétotent gramint (s’ sœur alle avot eu 12 ou 13 gosses !...) et chétot branle bas d’ combat tout l’ journée ; chux qui s’in allotent i ténotent l’ porte à chux qui z’arrivotent ! L’ baraque alle désimplichot pas jusqu’ à des dix heures du soir. Chétot pas des mineurs, gramint d’ sinciers, pis d’ z’imployés à Béthune, des bons vivants avec des grosses têtes bien rouches, et cha rigolot tellemint qu’in fermot chés portes pour pas z’intinde jusqu’au bout délle rue ! …

Les zautes diminches après chés zétreinnes, l’après-midi, j’ partos avec elle à pied d’ bonne heure avant d’aller au cinéma passe qu’i fallot passer au cimetière du 6 dù que s’n’ homme y’ étot interré. In apportot des fleurs dé ch’gardin, des œillets, des dahias, des glaïeuls, qu’in mettot dins chés vases ; ardrécher chés plaques, artirer chés feulles mortes, passer un coup d’ lavette… In sortant du 6, in passot pas par élle route mais dins l’pétite voyette qui longeot ch’mur du cimetière et qui traversot chés camps derrière ch’ coron. Chétot comme à la campanne ; y’avot des grandes herbes, des fleurs, des pommiers, des chérisiers ; pis surtout des papillons qui volotent tout partout, des marionnettes, des papillons gendarmes, … J’couros après pour les zattrapper mais i volotent trop vite ! Après, au bout délle voyette, in rattrapot ch’ coron et in arrivot à chés cinémas rue Jules Guesde.
Y’avot le Capitole, le Familia, pis cor un aute. Souvint chétot dés films éd’ panpan comme alle dijot mémère, ou des « cochonneries » : jé m’ rappelle éd’ « Spartacus », « Les derniers jours de Pompéi », « le Capitan »… alle avot pas quère tout cha alors alle prénot min bras in dijant à m’ n’orelle pendant tout ch’ film « allez, ché pas biau ! in s’in va » ; mi j’ faijos sennant d’pas intinde, que l’musique alle allot trop fort , qu’in s’intindot pus avec chés cris d’ chés gladiateurs pis d’ chés condamnés, alors j’répondos « Quoi ?... » « J’intinds rien …» «Attinds ! In reste cor un pétit peu , après, i s’ battent pus.. » … Pis finalemint in restot jusqu’au bout. In sortant i faijot noir et frod l’hiver. Y’avot cor tout l’route à faire : in coupot derrière l’ droguerie par chés pétites rues étroites, in arrivot in bas dé l’rue du Canada pis in longeot l’ voie ferrée jusqu’à z’ Alouettes ; l’ hiver y’avot délle neiche et cha glichot alors alle m’donnot la main pour pas s’ ramasser eune bûche avec ses pétites bottines à talons. In rintrot qu’ y’ étot pas lon d’8 heures du soir !...

A la fin alle a attrappé sin cancer et alle sortot pus dé s’pièche ; chétot pas longtimps après qu’alle a eu arrété d’travailler. Sûremint qu’alle s’ sintot devenue inutile et qu’alle préférot s’in aller. In avot artiré l’tabe dins s’pièche avec chés cayelles près délle ferniette ; et in avot mis à l’plache sin grand lit qu’in avot déchindu dé s’chambe in haut. Ch’ docteur i vénot tous les jours ; j’ cros qu’ chétot cor ch’ docteur Augenstreich. Alle a pas trop souffert, in tous cas personne l’a intindu s’plainde.

Pis un matin in m’lévant, in m’a dit « mémère alle est morte » . Y’avot eune drôle d’odeur dins l’ maison ch’jour-là ; ém’ mère alle avot versé dé l’iau d’Cologne tout partout mais cha sintot la mort. Alle avot débranché ch’ transistor aussi et mis eune couverture sur l’télé. Pis chés pompes funèbes y sont vénues. Y zont mis chés grandes tintures noires brodées d’argent devant l’porte à double battant qu’alle restot ouverte tout l’ journée pour qu’ chés gins y peuchtent rintrer sans buquer à l’porte pour aller bénir ch’corps. In étot in automne et y’avot aussi des feulles mortes qui s’invitotent dins l’intrée. Cha a duré 3 jours ; cha n’a pas arrêté d’ défiler ; tout l’ monde y’est venu ; tout l’ monde y l’avot quère ; ses sœurs alles sont restées à côté d’sin lit , dormant sur des cayelles . L’ jour dé ch’ l’interremint, y a eu un grand cortèche avec éch’ corbillard qu’in a été comme cha à pied jusqu’au cimetière du 6 du qu’alle a été interrée (photos 3 et 4).

J’étos étonné d’ vire autant d’ monde d’un coup ; alle étot si discrète, si effacée, et pourtant tout l’ monde i l’avot quère et l’ respectot ; alle étot devenue d’un seul coup eune vedette, alle étot au mitan d’ tous nos pinsées, chés gins i parlotent que d’elle ; si alle avot vécu s’ mort d’ sin vivant, alle aurot pus su dù s’ mette ! …

Ch’ t’année à l’ Toussaint j’y ai mis un chrysanthème comme tous z’ans ; cinquante ans qu’in y va ; in li fait parelle qu’alle a fait pou s’n’ homme tout s’vie (photo 5). Quo qu’alle peut bien faire là in-haut d’pis tout ch’temps là ? Alle dot s’innuyer d’pus avoir personne à s’occuper ; à m’ mode qu’alle est restée ichi pour continuer à veiller sur nous, in s’faijant si pétite dins sin coin d’ fu que ch’ bon diu il l’a sûremint oubliée. Et qu’alle attint pour partir qu’ y a pus personne dins l’salle d’attinte.


  ( 6 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |