histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Bonne fête de Sainte Catherine (25/11/2020)
  Bonne fête de Sainte Cécile (22/11/2020)
  CHANTEURS ET CHANSONS D AVANT (19/11/2020)
  CANTEUX D AVANT (18/11/2020)
  RINTRER CH CARBON (11/11/2020)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les ''Poilus'' (10/11/2019)
  commint ch'est fait eune fille suite (01/11/2020)
  El nœumint d’aiguiliette (01/11/2020)
  COMMINT CHE FAIT EUNE FILLE (31/10/2020)
  Première descente (29/10/2020)
  l'os à moelle (25/10/2020)
  ch' bouillon (25/10/2020)
  dans la rubrique coup de coeur (24/10/2020)
  du coté du Cap Horn (23/10/2020)
  LES ATTRAPES A SOURIS (20/10/2020)
  coureurs cyclistes mauvais souvenirs (17/10/2020)
  coureurs cyclistes bon souvenir (17/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 2ieme partie (12/10/2020)
  la montée en classe (07/10/2020)
  MEMERE EUNE VIE 1ere partie (06/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 2 (04/10/2020)
  la boite à pharmacie partie 1 (04/10/2020)
  Tutur (02/10/2020)
  Luis Mariano... (02/10/2020)
  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
LES ATTRAPES A SOURIS
par berlens78 le, 20/10/2020  

« I dot y’ avoir eune souris in haut … J’in sus sûre ! … J’ l’ai intindue tout l’ nuit courir su ch’ balatum… ». Aïe ! eune souris, mauvaisse nouvelle ! Avoir des souris dins s’ baraque, chétot comme avoir des cafards, cha voulot dire qu’ chétot pas prope, que ch’ ménache i étot fait à mitan, qu’in n’étot pus eune famille respectabe … Chétot la honte quoi ! Alors fallot surtout pas l’ dire à personne : l’ nouvelle là, alle devot pas sortir dins l’ rue. « Eune souris ! ché pas possible !!! D’ du qu’alle viendrot ? J’ passe él’ wassingue tous les jours ! … ». « Té sûre, m’man, qu’ t’as intindu eune souris ? » « Bin ouais, hein ! j’ sus pas folle ! J’ sais cor quo que j’ dis ! Jé n’ai pas dormi ! j’ l’ai intindue déambuler tout l’ nuit ! ».

Bon, fallot s’y faire, in avot des souris ; alors pou z’ attraper, y avot deux solutions : mette du poison ou poser des attrapes.

Du poison, chétot du blé impoisonné, des pétites graines rouches qu’ min père i allot acater à l’ droguerie dins un sac in papier avec eune tête éd’ mort et des zoches in croix imprimés d’ sus. A l’ maison , ch’ paquet i étot bien muché et in n’avot pas l’drot d’y toucher, in sérot qué raide mort … Vingt diousses ! cha devot ête radical !! Au soir, avant d’aller s’ coucher, min père i in mettot des pétits tas dins chés coins stratégiques qu’i pinsot : à l’ porte éd’ cave, in bas dé ch’ l’escalier, derrière l’ cuisinière, in d’ sous dé ch’ buffet et tout du long d’ chés murs dins chés chambes, sans oublier l’ porte dé ch’ garnier, qui étot condamnée, qu’ personne i’ avot jamais pu l’ouvrir mais bon, avec des souris, in sait pas d’ quoi qu’alles sont capabes !! Et après, i restot pus qu’à atteinde ; des jours et des s’maines ; in pouvot pas savoir si l’ souris alle étot morte ou si alle avot fait ses valises … Juste qu’après eune paire éd’ nuits sans dormir, à acouter comme cha savoir si l’ souris alle étot cor’ là, m’ mère alle étot usée , et alle étot tellemint mate qu’alle dormot comme un sonneur, et qu’y aurot pu y’ avoir eune compagnie intière d’ souris in train d’faire él’ carmagnole tout l’ nuit in d’sous d’ sin lit qu’alle aurot rien intindu !!

Donc, ch’ poison, radical ou pas, in pouvot pas in dire grand cosse. Mais y’ avot eune aute solution qu’ étant tiot j’ préféros : l’attrape à souris. Min père i allot in quère deux trois dins l’ remisse et i les posot su l’ tabe dé l’cuisine ; i allot quère ch’ gruyère à l’ cave et i in coupot des pétits morchiaux. « Laisse me les mette, p’pa ! siteplaît ! » que j’ supplios. J’ intiquos ch’ carré d’ gruyère su ch’ crochet devant, j’arplios ch’ l’arssort vers l’arrière in posant m’ main gauche éd’ sus, attrapos l’ pétite tige in fer, que j’ allos poser au bord dé ch’ l’ abattant in fer devant ch’ l’ appât, in faisant armonter un tiot peu l’ cale in bos articulée. Si in l’infonçot d’ trop, ch’ piège i s’arfermot pas et in artrouvot ch’ l’attrape l’ lendemain matin toudis tindue mais avec ch’ bout d’ fromage involé. Et si in l’infonçot pas assez, in risquot dé s’ faire prinde ses dogts bien forts dins ch’ l’attrape ! Fallot avoir ch’ coup d’ main. Eune fos prête, j’ ténos ch’ l’attrape du bout des dogts lon devant mi, comme si qu’ ch’ aurot été dé l’ nitroglycérine, et j’ marchos duchemint comme sur des œufs, jusqu’à l’indrot dù qu’i fallot l’ mette. Souvint au coin d’eune porte, ou à côté d’un trou qu’in avot arpéré in d’ sous d’eune plinthe. L’ pus dur i restot à faire : l’ poser, sans l’ déclencher ; j’ vous raconte pas les précautions qu’i fallot prinde ! S’ baisser, s’ mette à croucrou, poser ch’ l’attrape in arténant s’ respiration, s’arculer d’un coup … Cha i étot, ch’ piège i étot in plache. I restot pus qu’ à atteinde tout l’ nuit.

J’ montos m’ coucher in pinsant à l’ souris ; cha allot ête eune pétite ? Eune grosse ? Eune maline ? alle allot s’ faire prinde ou pas ?... Quand in in mettot dins l’ chambre, des fos in étot réveillés in pleine nuit par ch’ l’attrape qui s’ déclenchot, in sautant in l’air ; « CLAAAC !!! » ; in irot vire cha au matin. Mais souvint, l’ souris alle s’ faijot pas attraper l’ premier jour ; i fallot atteinde ; des fos minme canger ch’ bout d’ gruyère au bout d’eune paire éd’ jours qu’i étot tout réchué.

In m’ lévant au matin, j’allos tout d’ suite vire si jé n’avos attrapé eune ; et des fos cha i étot ; j’ véyos l’ pétite bête avec s’ tiête éd’ côté écrasée par ch’ l’ arssort et un tiot filet d’ sang qui sortot d’ ses orelles. J’allos l’ montrer à m’ mère ; « ravisse man ! cha y est ! in l’a eue !! » mais m’ mère alle s’arculot, horrifiée avec ses mains in avant , comme si qu’ j’auros été ch’ diabe ; « Nan ! Nan ! j’ veux pas vire cha ! va l’ mette à l’ poubelle !! ». Mi, un tiot peu taquin, jé m’ rapprochos d’elle in voulant i mette l’ souris sous sin nez : « ravisse, M’man, comme alle est belle ! ché eune grosse, hein ?!.. » ; alors alle montot sur eune cayelle in poussant des cris mais j’arrêtos là qu’alle aurot pu in faire in infractus tellemint qu’alle avot chés bestioles là in horreur… Et j’allos au bord dé ch’ gardin l’ mette dins l’ lessiveuse qui servot d’ poubelle.

In peut ête méchant ou cruel quand in est tiot, sans s’in rinde compte. Au début, j’étos contint d’attraper des souris. Pis cha a comminché à m’ faire mau à min cœur d’ les estourbir comme cha ; pauv’ pétites bêtes ; finalemint, alles faijotent rien d’ mau ; bon ché vrai qu’alles zavotent eune sale manie d’ grignoter ch’ fromache dins l’ cave, mais bon, i fallot bien qu’alles mingent quèque cosse ; alles zallotent pas minger du carbon ; et du fromache, in n’avot bien assez. Pis j’avos appris à l’école qu’in étot dé l’ minme famille, finalement, qu’ chétot des mammifères comme nous, et qu’in étot pétête minme des lointains cousins ; chés souris aussi alles z’avotent des jeaunnes, qu’alles devotent élever et leu trouver à minger. Finalemint, chétot des pétites bêtes sympathiques. Alors j’ai essayé dé n’attraper eune vivante. J’avos bricolé eune grosse attrape à rat in rallongeant ch’ l’ abattant in fer et in y accrochant un filet autour ; comme cha, l’ souris ale aurot juste été prisonnière dins ch’ filet quand alle aurot mingé ch’ fromache et que ch’ l’attrape alle s’aurot déclenchée. Mais chétot du bricolache et j’ai jamais attrapé eune souris vivante avec ch’ système là.

Alors in est arvénu à ch’ blé impoisonné ; et chés zattrapes, comme chés martinets, alles z’ont comminché à disparaîte au fond d’ chés cabinets. Au moins avec du poison, jé m’ sintos moins coupabe ; moins criminel ; chés cadaves in les véyot pas. Cha arrivot qu’in n’artrouve des fos eune tout réchuée dins un coin mais bon, cha n’arsennot pus vraimint à eune souris. Et des souris, i n’avot pas tant qu’ cha finalemint ; chétot des lubies à m’ mère. Chétot pas cor la mode dé n’acater à chés gosses pour les raviser tourner dins des cages. Chés souris dé ch’ temps là alles zétotent pas bitaclées ou à longs poils, personne i’ aurot eu l’idée d’aller les caresser. Les souris dé ch’ temps là alles zétotent grises, avec eune boche su leu dos et des grandes moustaches. In n’in vot pus des comme cha aujourd’hui ; faut dire qu’ dins nos maisons modernes, qu’y a pus d’ caves ni garnier à fromache, quo qu’ alles z’y férotent ? Alles z’ont pas cor appris à ouvrir eune porte éd’ frigidaire. Alles z’ont disparu d’ nos baraques et finalemint ché miux comme cha ; in va pas les argretter. Quoique …


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |