histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LES MARIE DU TEMPS JADIS (en français) (22/09/2021)
  LES MARIE DU TEMPS JADIS (21/09/2021)
  Patrimoine (20/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°16 Vacances dans la baie de Somme (15/09/2021)
  HISTOIRES-de-CHTIS et L'ÉCHO du Pas-de-Calais de Septembre 2021 (09/09/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°15 DES COUPS DE FEU DANS LA NUIT (30/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°14 Le TRIOMPHE DES FOURBES (22/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°13 BIÈRE ou TEEPOL (16/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°12 PAUL-FRANTZ ou PAUL-FRANCE… (10/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°11 DE PARIS AU NID D'AIGLE... (09/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°10 LA LIBÉRATION DE PARIS EN AOÛT 1944 (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°9 LEUR GUERRE A EUX… (08/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°8 Seule avec ses enfants au milieu des lignes allemandes (07/08/2021)
  El brouette (06/08/2021)
  RACONTE-MOI LA FAMILLE N°7 DARTAGNAN la bravoure d'un Ch'ti (06/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°6 L'estaminet de Marguerite (05/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°5 Vie des mineurs début 20ème et catastrophe de Courrières (04/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°4 Le CONSCRIT (03/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°3 L'enfance de DARTAGNAN, mon grand-père (03/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°2 La faute de BONCHRÉTIEN LOYEZ (02/08/2021)
  RACONTE-MOI MA FAMILLE N°1 ARRIEU et COSAQUE (02/08/2021)
  à mon dech' coiffeur 1 (01/08/2021)
  que imblayeux... (01/08/2021)
  sur le chemin de l'école (01/08/2021)
  les haricots (01/08/2021)
  t'as pas oublié quéquosse at' mason ? (14/07/2021)
  L'Fiète du 14 juillet (04/07/2021)
  Visite dél Mine ed Marles les mines in ...1972 2 (04/07/2021)
  PEPERE partie 3 sur 3 (03/07/2021)
  PEPERE partie 2 sur 3 (29/06/2021)
  LES SOBRIQUETS D'AUTREFOIS - (28/06/2021)
  PEPERE partie 1 sur 3 (25/06/2021)
  Visite dél Mine ed Marles les mines in ...1972 (22/06/2021)
  JU DE BIDET (en chti et en français) (21/06/2021)
  LA MENAGERE EN INOX (11/06/2021)
  D'eul pronique (01/06/2021)
  LES GLACES (21/05/2021)
  DES POULES AVEC DES TABLIERS (11/05/2021)
  IN VA PRINDE L AUTOBUS (03/05/2021)
  la cuisine sur le fourneau (02/05/2021)
  Origines du 1er mai et du muguet (01/05/2021)
  CH PAIN DE 700 (27/04/2021)
  les jardins dans les corons (25/04/2021)
  BARAQUE A FRITES (20/04/2021)
  Chapelle Sainte Barbe (17/04/2021)
  les cendres pas que le mercredi ... (14/04/2021)
  CHA S MERITE (12/04/2021)
  au bruit du moteur (12/04/2021)
  orage oh désespoir ... (08/04/2021)
  la difficile cuisson dans le four du fourneau (08/04/2021)
  Étretat marée haute et basse (05/04/2021)
  mon lit en fer (02/04/2021)
  PAQUES Partie 2 (01/04/2021)
  dimanche des rameaux (31/03/2021)
  samedi après midi partie 3 ou le passage du Cap Horn (30/03/2021)
  PAQUES Partie 1 (29/03/2021)
  samedi après midi partie 2 (22/03/2021)
  au coin de la rue de la gare (22/03/2021)
  marché Place Marmottan (22/03/2021)
  la vieille tour (14/03/2021)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens

DIMINCHE IN VA AU COLISEE
par berlens78 le, 11/12/2020  

Ché diminche ! in va pouvoir aller au cinéma ! Quo qu’y passe ch’ t’après-midi ? J’ouvros La Voix du Nord à l’ page éd’ Bruay et j’ravisos l’encart « Que voir au cinéma ce dimanche ? ».

Aller au cinéma au Colisée l’ diminche à 5h et demie, chétot plus qu’un rituel, eune obligation ; un diminche sans aller au cinéma, chétot pas un vrai diminche ! … Et forchémint toudis au Colisée ; y’ avot bien l’ Casino aussi mais chétot pas parelle, là in y allot plutôt l’ samedi soir à 8h et demie. Le Casino, cha paraîchot plus sale, et chés films qu’i passotent in in parlot moins dins ch’ poste. Alors qu’ au Colisée, chétot souvint des grands films ; pour y aller, in comminchot par s’habiller in diminche, mette eune cravate, pis un « trench » si i pleuvot, in armontant sin col …

Mes camarattes i passotent ém’ prinde d’ bonne heure, souvint dins les 4h, in buquant à l’ porte ; des fos m’ mère alle les faijot rintrer, boire un pétit verre éd’ muscat ; pis in déchindot au cercle avec un arrêt à la Max, forchémint. In poussot l’ porte vitrée et in rintrot dins eune grande salle infinquée, pleine éd’ monde, debout, assis, chés serveurs qui zigzagotent intre chés gins avec leus platiaux à servir au d’sus d’ leus tiêtes, ch’ juke box qui allot à tout casser, un boucan phénoménal. Souvint, i restot minme pus eune plache pour s’assir alors in attindot, ou bien in in véyot des qu’in connaichot et in allot s’ajouquer à leu tabe.

In buvot eune Champi ou eune Stella Artois. Y’avot des tabes avec que des garchons et des tabes avec que des filles ; pis aussi des amoureux, eux i zétotent à part, in déhors du monde, dins chés coins, à s’ bécoter. In jétot des coups d’oeulle comme cha, par in d’sous, sans s’ faire vire vers les tabes d’ chés filles ; et des fos in trouvot d’ l’ écho. Ou cor miux, eune fille qui t’ ravisot … In buvot qu’un demi pour pas ête obligé d’aller picher pendant ch’ film ; pas grave, in armettrot ch’ couverque pus tard in sortant après ch’ film … A 5h, chés filles, qui buvotent des diabolo menthe ou des tecks avec eune paille, alles s’ lévotent pour partir au cinéma. Nous in sortot juste après, pour les suive. Si alles s’arrêtotent rue Henri Cadot raviser eune vitrine, in s’arrêtot aussi, pour allumer eune cigarette, faire semblant d’ discuter ou d’arfaire ses lachets … Pis in tournot à gauche dins l’ rue tout déglinguée du Colisée, avec ses viux pavés et sin macadam tout rapiéché (50 ans après i est cor’ parel !!).

A l’intrée du Colisée, in face des vitrines éd’ derrière des Nouvelles Galeries, chétot déjà noir éd’ monde ; sur chés trottoirs et sur l’ route aussi ; chés zautos alles devotent klaxonner pour passer. Chés gins i s’y donnotent rendez-vous et i s’ mettotent sur l’ pointe des pieds pour vire au loin arriver chti ou chelle qui z’attindotent. I n’a qu’i ravisotent chés photos dé ch’ film sur chés colonnes vitrées, pour avoir déjà un avant’ goût d’ chu qu’i z’allotent vire. Et à l’intérieur, des qu’i faijotent la queue au vestiaire pour laicher leur mantiau, leur capiau, leur imperméabe ; et des qui z’étotent déjà au bar : jé n’ sauros pus dire à quoi qu’i arsennot ch’ bar mais à chaque fos qu’ j’y pinse, j’arvos ch’ bar d’ l’ hôtel Overlook dins ch’ film « Shining » : un bar luxueux, avec des glaces tout l’ long dé ch’ mur et chés boutelles posées sur des étagères in verre ; des serveurs in gilet rouge avec un nœud papillon, toudis in mouvemint, à verser des skidams, des g’nièves, des ballons d’ rouge, … Pis à côté, dins ch’ coin, la queue à ch’guichet pour acater sin ticket.

Que ambiance in d’ sous d’ chés grands lustres in cristal ! in intindot barboter tout partout, rigoler, s’esclaffer ; tout l’ monde i étot heureux. Chétot diminche ; in étot au cinéma ; y’ avot du monde ; in allot vire un biau film ; quo qu’in aurot pu vouloir éd’ plus ?

Eune fos chés tickets acatés, in poussot l’ porte in cuir à double battant pour rintrer dins l’ salle ; et in attindot derrière après eune ouvreusse ; souvint là aussi y’avot déjà la queue. Chés z’ouvreusses, alles z’arrivotent in courant, avec leur pétite jupe bleue marine, leu veste à boutons dorée et leu pétit capiau rond accroché avec des grandes épingues sur leu chignon. Pis leur lampe éd’ poque qui proménot s’ lumière par terre sur l’ moquette. Alle arrivot, contrôlot nos tickets avec s’ lampe, et s’in allot nous conduire in savot pas cor dù… Cha pouvot ête au mitan d’eune ringée, ou sur chés côtés ; in l’ suivot sans mouffeter ; alle nous montrot chés plaches qu’alle éclairot avec s’ lampe ; et alle arpartot à l’intrée in placher des zautes. Nous, in attindot qu’alle seuche partie, et in s’arlévot in marchant pliés in deux , pour aller s’assir plus près dé ch’ l’écran , ou derrière chés filles qu’in avot arpérées à la Max …

Après, y’ avot pus qu’à attinde ; chés lumières alles s’éteignotent duchemint ; i restot pus qu’eune paire éd’ veilleusses l’ long d’ chés murs ; chés rideaux devant ch’ l’écran i s’ouvrotent sur les côtés et ch’ panneau publicitaire i armontot dins ch’ plafond. Souvint cha comminchot par un documentaire, pis des actualités, « Moviétone », dù qu’in nous montrot des guerres, des milliardaires américains, des évènemints du bout du monde, qu’in ravisot cha avec des grands ziux, qu’ souvint in savot minme pas du qu’ chétot. Après cha, y’ avot chés publicités Jean Mineur, pis ch’ panneau i’ ardéchindot, chés rideaux i s’arfermotent, chés lumières alles s’ rallumotent : chétot l’entracte ! Chux qui s’étotent indormis, i rouvrotent un oeulle ; d’autes i s’ étirotent comme des viaux, i n’avot aussi qui baillotent ou toussotent un coup .
Bon, dù qu’alle est ch’ l’ ouvreusse ? J’ mingeros bien un gelco ! Ah brin ! alle est d’ l’aute côté là-bos tout in bas et alle a l’air déjà bien occupée avec tout l’ flopée d’ jeaunnes autour d’elle .. Quo que j’ fais ? J’y vas ? J’attinds qu’alle arrive ? Mais si ch’ film i’ arcomminche avant qu’alle arrive jusqu’ichi ?... Ouf ! I n’a eune deuxiinme qu’alle arrive dé ch’ côté chi ; « Mademoiselle ! Mademoiselle !... » que j’ crios in m’ lévant avec min bras in l’air. Alle arrivot vers mi avec sin large panier in osier devant elle posé sur un genre éd’ tablier in dintelle . « 3 gelcos s’il vous plait » « Vous désirez quels parfums ? » « un vanille, un praliné et un pistache ! ». Alle cachot dins ses boites in carton avec és’ lampe éd’poque « Praliné … Je ne sais pas s’il m’en reste … Ah ! si , voilà le dernier ! vous avez de la chance ». Ouais, in n’avot dé l’ chance ; d’ ête là ; servis comme des pachas ; d’ sin mette plein la lampe ; d’ête dins un cinéma aussi biau, aussi luxueux minme ; d’ête au Colisée !

In artirot ch’ papier qu’in irot mette dins l’ poubelle in sortant après ch’ film, in appuyot nos g’ noux su l’ ringée d’ sièges devant, et in comminchot à chucher . Des fos , eune d’ chés filles dé l’ ringée d’ devant alle s’artournot ; in li montrot not’ glace ; « vous in voulez eune, mademoiselle ?... » qu’ min camaratte plus culotté qu’ mi i leur demandot ; mais alle rougissot et s’artournot sans réponde. In s’ ravisot d’un air intindu, contints d’ nous. Mais chés lumières alles s’ réteignotent tout duchemint, chés derniers attardés dé ch’ bar et des toilettes i s’ raménotent in déringeant tout l’ monde dins chés z'allées ; ch’ l’écran i s’arlévot, chés rideaux i s’ouvrotent et ch' film i comminchot.

Y’ avot des fos que ch’ film i comminchot avant l’ intracte, comme « Le jour le plus long » ou « Il était une fois dans l’ouest » . Chés diminches là, l’ salle alle étot archi pleine et i valot miux pas sortir à l’intracte qu’in risquot d’ pas artrouver s’ plache in arvénant.

Eune fos ch’ mot FIN écrit in grand su ch’ l’écran, chés lumières alles s’rallumotent et tout l’monde i s’ lévot. Mi j’restos assis ; j’avos quère raviser défiler ch’ générique in acoutant l’ musique, cor profiter dé l’ magie jusqu’au bout, pis sortir tranquillemint à la fin que ch’ gros des troupes i seuche parti. Souvint, j’étos comme sonné et j’avos du mau à arvénir dins la réalité. Armette ém’ n’ imper ; armonter ch’ l’allée in marchant su l’grosse moquette rouge ; pus besoin d’ pousser chés portes in haut qu’alles zétotent grandes ouvertes. Traverser l’ grande salle avec tous chés gins qui parlotent dé ch’ film. Arriver déhors su ch’ trottoir, prinde eune grande bouffée d’air pur avant d’allumer eune cigarette … Et rester là, comme cha, à attinde rien, qu’ tout l’ monde i seuche sorti. Tout barloquant qu’j’ étos cor à mitan dins ch’ film, j’ ravisos chés z’affiches pou l’ diminche d’après, qu’alles zétotent déjà accrochées dins chés vitrines, qu’i z’avotent dû les canger pendant qu’in étot dins l’ salle. Mes camarattes eux, i n’étotent déjà arvénus d’ pis longtemps et comminchotent à avoir des fourmis. Bon quo qu’in fait asteure ? Ben, in va à la Max, comme d’habitude …

Pour y aller, chétot pas compliqué, y’ avot qu’à suive chés gins su ch’ trottoir jusqu’au cercle. Là, i n’avot qui zallotent à la Paix, des zautes amont Zaza ou amont Decanter, et des zautes cor pus lon. Nous in s’arrêtot à la Max, qu’y avot minme pus b’soin d’ pousser l’ porte pour rintrer, qu’alle étot grande ouverte pour laisser sortir tout l’ finquère qu’in n’y véyot pus à 3 pas là d’ dins… cha n’avot pas désimpli d’ l’ après-midi ; toudis autant d’ boucan qu’in s’intindot pas. Au fond dé l’ salle, in trouvot eune tabe tranquille dins un coin, parler dé ch’ film, devant deux ou trois demis. Avant d’armonter tranquillemint à nous baraques ; quoique … et si in allot faire un tour à l’ sortie du Casino ? Quo qu’i juotent là-bos? Allez, in y va …

Là aussi, sur chés trottoirs, y’ avot plein d’ monde ; plein d’autos su ch’ parking devant l’ lycée ; plein d’autos dins l’ rue d’ la République qui s’arrêtotent au mitan dé l’ route pour faire monter des gins. Chés bistrots aussi i zétotent pleins mais tant pire ; et si in allot boire un dernier coup à ch’ Papou ? …

Après cha, i étot quand minme l’ heure éd’ rintrer si in voulot pas s’ faire inguirlander ; tout in armontant l’ rue d’ Divion, in pinsot déjà à diminche prochain : ah ouais, quo qu’i passe déjà diminche prochain ? Té cros qu’ cha va ête bien ? Bon in verra bien … In y va ? Ouais ? Bon ben, d’accord, alors diminche prochain à l’ minme heure ; à 4h ; et pis minme avant si vous voulez ! …

Armonter tout ch’ coron, rintrer dins l’ baraque après cha, chétot un sacré cangemint ; pas d’ tanks dins ch’ couloir, pas d’ bidets dins l’ cuisine ; juste ém’ mère qui m’attindot avec ses bras croisés : « ché à ch’ t’ heure chi qu’ té rintes ? » ; « Ouais, bin, ché pas dé m’ faute, in rintrant in a rincontré des copains qui voulotent nous payer un pot … ». « Ouais, ché cha ! Maîte-minteux ! Raconte-me bien des histoires !… Allez, assis-te et minge, cha va ête frod… »

J’ pouvos arrêter min cinéma et rouvrir mes ziux ; avant d’aller m’ coucher et d’arpasser ch’ film sur l’écran noir éd’ mes paupières fermées …


 


Contact | ©2005-2021 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 1335 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |