histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Du marteau piqueur au rabot ……
par Minloute le, 12/11/2004  

Jusqu’en 1960, le charbon sera abattu au marteau piqueur à 62 %.
Dur travail !
Alignés dans une taille de 1m à 1m 20 d’ouverture, un genou à terre, les hommes incisent le massif en de longues rafales.
Ils n’entendent rien, ils ne voient rien.
Assourdis par le bruit infernal de leur outil et des couloirs oscillants, aveuglés par le nuage de poussière, qui masque le plus proche voisin.
Ils n’ont de répit que pour évacuer, à la pelle, le charbon qu’ils ont abattu.
Porter ainsi pendant 6 heures un marteau piqueur pesant 8 kilos, sans le flexible est une dure épreuve.

Un petit mot sur :

Les couloirs oscillants :
Les couloirs oscillants à l’air comprimé évacuaient le charbon, par secousse, jusqu’au pied de la taille.

La haveuse :
La haveuse est une machine équipée de pics, qui parcourt le massif de charbon en faisant une saignée à chaque passage.
La veine, creusée à la base, tombe d’elle même.

Le rabot :
Le rabot, lui, découpe le charbon en tranches minces.

Un convoyeur, haute tension de 5 000 volts, arrivait, au fond dans une sous station, où des transformateurs l’abaissaient à 500 volts, tension nécessaire aux moteurs électriques.

La commande de ces moteurs était en 24 heures, courant pulsé, semi redressé.

La haveuse, puis le rabot allègeront un peu leur peine.

Mais l’effort physique s’est reporté sur le soutènement.

Les bois sont remplacés par des étançons métalliques, beaucoup plus lourds, (100 kg pour un étançon de 1,50 m) et des rallonges articulées qui tiennent le toit en porte à faux.

Leur sécurité y gagne : un étançon supporte une pression de 27 tonnes ; un bois casse à 2 tonnes.

La mécanisation dans les chantiers d’abattage nécessite une électrification poussée avec des règles de sécurité très strictes, en raison de la présence du grisou, ainsi que des moyens d’écoulement plus grands jusqu’à la surface.

Des convoyeurs blindés accompagnant le rabot , et des convoyeurs à bande, immense tapis roulant, évacuent rapidement la production dans des berlines d’une capacité de 3 000 litres et dans des skips, cages qui recueillent le charbon déversé automatiquement par les berlines.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |