histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  le balto ou le marigny fin (22/04/2017)
  le balto ou le marigny (22/04/2017)
  pour ché polonais (22/04/2017)
  Langue, rollmops et oignons vinaigrés ! (21/04/2017)
  là ch'est pour les sensations fortes (20/04/2017)
  allez in faire minger asteure (19/04/2017)
  au matin (17/04/2017)
  prochaine série (13/04/2017)
  Min pépé à mi (06/04/2017)
  bientôt 3 ans ...... (26/03/2017)
  minloute au bordel (26/03/2017)
  faut ti in rire ou in braire (19/03/2017)
  Liévin, Cérémonie et commémoration du 16 Mars 1957 (17/03/2017)
  la p'tite clef du bonheur ... (09/03/2017)
  yoyo le deglingo (05/03/2017)
  Raymond KOPA (03/03/2017)
  Marinette (28/02/2017)
  j auro pas du aller rouvrir l' portal (26/02/2017)
  ch' mimosa (25/02/2017)
  mystère d' carte postale (22/02/2017)
  min grand onc' chauffeur d'ingénieur (21/02/2017)
  à vélo dins min quartier (20/02/2017)
  le drive 1 (19/02/2017)
  le drive (19/02/2017)
  cordonnier rue Anatole France (18/02/2017)
  le tapioca (17/02/2017)
  tem' rameneras du marché (15/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy fin (14/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy (13/02/2017)
  du pélican à la lessiveusse (12/02/2017)
  du créchon au bas nylon (11/02/2017)
  aut' moyens d' locomotion (10/02/2017)
  carettes d' la rue leverrier (09/02/2017)
  à l arriere de l ariane (08/02/2017)
  décés de monsieur Opigez (07/02/2017)
  si cha existe cor ... (04/02/2017)
  France 2 l'épopée des gueules noires (02/02/2017)
  cocorichti (30/01/2017)
  cuisine - du guinsse (30/01/2017)
  jacinthe (25/01/2017)
  sur les routes nationales fin (24/01/2017)
  su les routes nationales partie 2 (23/01/2017)
  décès de Mado Poquet (1) (22/01/2017)
  récitation fin (22/01/2017)
  su les routes nationales partie 1 (21/01/2017)
  décés de Mado Poquet (20/01/2017)
  récitation partie 2 (20/01/2017)
  récitation partie une (19/01/2017)
  tin gardin (18/01/2017)
  Magellan à cause d' ti (15/01/2017)
  à Monsieur Robitaillé (15/01/2017)
  la même histoire version 2 (12/01/2017)
  la même histoire version 1 (12/01/2017)
  ch' maite au traval partie 2 (10/01/2017)
  ch' maite au traval partie 1 (10/01/2017)
  Changement d'école (10/01/2017)
  Hiver d'antan (09/01/2017)
  Alfred Leroy (09/01/2017)
  ch' maite Robitaillé (08/01/2017)
  fautes d' français à l'Élysée (08/01/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mineur toujours ( 04/03/2017)
l'écomusée de Noyell...
 ch piou ( 20/01/2017)
Je vous écris ces qu...
 d. FREVILLE ( 05/01/2017)
je suis un ancien mi...
 Hervé62155 ( 22/12/2016)
Joyeux Noël et bonne...
 franed ( 16/12/2016)
Bonjour, site très i...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Min Lens à mi, partie 2
par Claude D le, 27/12/2005  

Ch’est min garchon

Quelques années plus tard, on avait le droit d'aller au match tout seul, sans son père. On avait une douzaine d'années et c'était les premiers matches en nocturne. A cette époque, les gamins de 12 ans pouvaient sortir le soir sans aucun risque dans les corons. On y allait en bande avec tous les copains de la cité. Mais, il y avait un problème, à partir de 10 ans, il fallait payer demi-tarif. Alors, on attendait entre les caisses et le point de contrôle et on apostrophait les gens qui entraient au stade. "J'peux passer avec vous, M'sieur, s'il vous plait ?" Tout le monde connaissait la combine. Les adultes nous prenaient par la main pour franchir le point de contrôle et disaient au gardien "Ché min garchon ! Y peux passer ?". Et le gardien, pas dupe et qui nous voyait attendre depuis un quart d'heure devant lui répondait "Quel ache qu'il a, tin tchio ?
- Y vient juste d'avoir 10 ans
- Y'est bin grand pous'n'ache".
Et avec un clin d'oeil à l'adulte qui nous tenait par la main, il nous laisser entrer. Ensuite, il n'y avait plus qu'à attendre que les autres copains passent à leur tour avant d'aller se placer en populaire.

Les "s'gontes"

Là où se situe toujours le kop lensois aujourd'hui se trouvait à cette époque là une petite tribune que l'on appelait "les s'gontes" (en français les secondes). Déjà à cette époque, c'est là que se trouvaient les supporters des "sang et or" avec leurs chants et leurs drapeaux. Les supporters d'aujourd'hui n'ont rien inventé, ils n'ont fait que moderniser (avec talent, il faut le dire) ce que faisaient déjà leurs grands-pères.
Je me souviens que pour nous qui étions toujours dans les populaires; c'était les jours de grand match impressionnant de voir toute cette foule agglutinée au centre de cette tribune, tout le monde était debout à l'époque.
Je me souviens d'une réflexion qui nous avait fait éclater de rire d'un de nos voisins dans les populaires qui dit en regardant vers la tribune de secondes "y'in faut des kilos d'Palmolife pour laver tout cha !".

Les branlées

Même si le but de ces textes n'est pas de raconter l'histoire du Racing mais plutôt les anecdotes s'y rapportant, on ne peut oublier les moments de jubilations lorsque les Sang et Or gagnaient avec la manière. Tous les anciens se souviennent des "branlées" que l'on a mis aux visiteurs (Lens-Le Havre 7-0; Lens-Bordeaux 8-1; Lens-Nice 4-0 et aussi le mémorable Lens contre Racing de Paris 10-2 dont 6 buts d'Oudjani); Ces soirs là, quand on rentrait chez soi, on se disait déjà : "Fier d'être Lensois".

Je me souviens qu'à cette époque, l'introduction d'alcool n'était pas interdite dans les stades et qu'un dimanche après midi, Lens recevait Nantes sur un terrain "surgelé" et par une température d'environ moins 10. Le terrain était tellement dur que les Lensois ont joué en baskets car aucun crampon ne pouvait s'accrocher à la pelouse. Devant moi, dans les tribunes, il y avait deux hommes qui avaient pris "de quoi se réchauffer" et qui s'était engagés à vider une bouteille à chaque but de Lens. On a gagné 4-0. Ils ne devaient pas être très clairs en rentrant chez eux, ce soir là !


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 17 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |