histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
le wagonnage de Marles
par GREYG le, 12/02/2006  

A proximité du chevalet du vieux 2 de Marles existait jusqu'a récemment ce qui fut "le wagonnage de Marles".
Une série de grands hangars detruits il y a un peu plus d'un an.
A la belle époque ces ateliers appartenaient à la compagnie des mines de Marles.
on y entretenait tous les wagons servant au transport du charbon, mais il faut savoir que la compagnie des mines de Marles assurait aussi un service voyageur.
Chaque siège d'extraction possèdait "sa halte" pour les trains ouvriers
mais chacun pouvait prendre le train à Marles et ceci jusque Rimbert fosse 4 ou Lillers, en passant par Ferfay.

Mais revenons au Wagonnage, en 1946 la compagnie des Mines de Marles disparait et est remplacée par le groupe d'Auchel. Le wagonnage assure toujours son travail habituel, réparer et entretenir les wagons.
Or début 1961 les choses vont mal au groupe d'Auchel, les sièges 3 et 6 de Calonne ont été concentrés sur le grand ensemble du 2.
Certes ces puits assurent toujours le service du personnel et du matériel, or les effectifs sont beaucoup moins importants qu'avant. Concentration des moyens de production oblige.
De plus ces sièges sont appelés à disparaitre rapidement, le siège 2 devenant l'élément unique du groupe à plus ou moins long terme.
De plus le siège 5 d'auchel va être arrêté à l'extraction fin 1963.

Pour compenser ces pertes d'emplois, les Houillères décident de réemployer certains ouvriers au wagonnage qui obtient de nouvelles missions.
Tout d'abord rénover tout le parc de wagons du groupe d'Auchel et ceux aussi de Bruay. En 1964 le parc du groupe d'Auchel Bruay compte 2700 unités.
Peu à peu l'atelier qui obtient de très bons resultats se vit confier la réfection de wagons venant de tout le reste du bassin et même de wagons appartenant à des opérateurs privés.

On y fait aussi d'autres travaux pour l'industrie privée. Au début des années 70, le wagonnage se voit même confier la construction complète de wagons pour le bassin de Lorraine.
Cet atelier fonctionna jusqu'à une date que je ne connais pas.
En 1972 il était toujours actif de même que le dépot de locomotives juste à coté qui fut rasé il y a bien longtemps.
Ces grands batiments furent repris plusieurs fois par des sociétés privées, à la fin le site servait de décharge.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |