histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la catastrophe de La Clarence 1912 2ème partie
par minloute le, 12/04/2005  

Pendant que l'on relevait une dizaine de blessés aux environs de l'accrochage, l'ingénieur et le chef surveillant s'engageaient dans la direction du couchant.
Un spectacle terrifiant s'offrit à leurs yeux.
Des corps gisaient inanimés, les vêtements et les chairs horriblement brulés.
Dès l'entrée de la bowette, ils virent 3 cadavres.
A quelques mètres , un cheval était étendu, la queue et les poils grillés.

Ils pénétrèrent dans l'écurie, tous les chevaux étaient tués dans leurs stalles.
Le garde d'écurie et les 2 maçons qui travaillaient à l'agrandissement des lieux étaient encore en vie.
Mais ils étaient si gravement brûlés qu'ils ne tardèrent pas à mourrir.
En se rapprochant du treuil Acherez, les dégâts devenaient plus importants.
Un cheval tirant une rame de berlines était tué, ses entrailles projetés à 15 m.
Plus loin un énorme éboulement avait enseveli un convoi de berlines pleines, le conducteur et le cheval.
Puis le corps déchiqueté d'un boutefeu.
A 10 m de la bifurcation, un corps sans jambes, ni bras droit, une partie du crane broyé, le ventre arraché.
C'était, on le sut par la suite un autre boutefeu.
Là bas une main d'enfant pendait près d un corps désarticulé, méconnaissable, peut être était ce le galibot, porteur de lampes ?
Ensuite 4 hommes déshabillés par le souffle, les cheveux et les moustaches complétement brûlés.
A proximité, 3 autres étaient morts intoxiqués, le 4ème, assis, semblait dormir.
Au pied du treuil Acherez, ils découvrirent 2 blessés.
Aprés les avoir réconfortés, ils continuèrent de prospecter la bowette.
Un éboulement entrava leur marche.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |