histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la catastrophe de La Clarence 1912 4ème partie
par minloute le, 12/04/2005  

Pendant ce temps la nouvelle de la catastrophe s'était rapidement répandue dans les cités.
Abandonnant tout, les familles des ouvriers présents au puits de La Clarence se précipitèrent vers la fosse.
Agglutinés devant les portes, le visage inquiet, torturé des hommes, des femmes, des enfants s'interrogeaient.
Des employés s'efforçaient d'apaiser les tourments de cette foule angoissée, toujours plus nombreuse que contenait maintenant un cordon de 20 gendarmes.
A 16h 21 blessés avaient été remontés et conduits à la lampisterie où des docteurs des compagnies de La Clarence et des environs leur donnaient des soins avant de les faire hospitaliser à Bruay et à Auchel.
L'un des brulés ne tarda pas à succomber, la plupart étaient gravement atteints.
Certains avaient la chair qui partait en lambeaux, d'autres étaient scalpés, tous souffraient attrocement.
Les secours cependant s'organisaient, des sauveteurs arrivaient de Bruay de Marles et de Liévin.

A 16h l'ingénieur en chef des mines mr Léon prenait en main la direction des recherches.
Grace aux renseignements recueillis, il avait pu établir un plan assez précis.
Il savait par exemple qu'un blessé agonisait dans une taille en partie ravagée par les flammes.
Il avait été repéré par un ouvrier le père Harduin.
Dés qu'il avait appris la catastrophe le père harduin s'était précipité à la fosse où son fils Georges, agé de 17 ans travaillait.
Il descendit aussitôt et partit seul à sa recherche.
Dans le dédale des galeries jonchées de cadavres qu'il examinait au passage, il criait le nom de son garçon.
Nul ne lui répondait.
Une plainte s'élevait parfois d'un corps profondément meurtri.
Dans la veine 8 il vit plusieurs corps étendus, entrourés de flammes.
Il reconnut 3 de ses collègues.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |