histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Retour de vendanges 1943, via Paris
par Ch'Zio le, 20/03/2006  

A 18 ans, mes copains vendangeurs et moi n'avions jamais vu Paris : mes plus lointaines excursions vers le sud avaient été une session jéciste au château de Pas en Artois et l'école normale d'Arras, pour y passer l'oral du concours.

Pour le retour des vendanges nous avons eu la possibilité d'obtenir un billet de chemin de fer via Paris , au lieu un retour direct. Nous avons profité de cette opportunité, sans pouvoir prévenir nos parents qui, évidemment n'avaient
pas le téléphone.

Bien qu'étant fédéral jéciste dans le Pas de Calais, les provinciaux que nous étions furent assez mal accueillis par les parisiens de la fédération nationale de la J.E.C., dont nous avions espéré une aide pour trouver un hébergement.
Nous avons trouvé un hôtel modeste qui accepta de nous loger à quatre dans une chambre prévue pour trois.

Nous avons appris à utiliser le métro et nous avons visité tous les sites touristiques classiques. Mais nous avons été un peu déçus car ils étaient tous infestés de soldats allemands en permission. La photo montre un "touriste"
vert de gris qui s'est invité sur notre photo souvenir de l'esplanade du Trocadéro.

Mais, ce que nous n'avions pas prévu, c'est que nos tickets d'alimentation du Pas de Calais n'étaient pas valables à Paris. Les seuls aliments en vente libre étaient des fruits et nous avons trompé notre faim en mangeant uniquement des
pommes. Au bout de trois jours nous étions affaiblis et avions beaucoup de mal à monter les escaliers du métro et nous avons dû rentrer.

Nous nous sommes fait sérieusement gronder par nos parents, très inquiets de ne pas nous avoir vu revenir avec ceux qui avaient pris un train direct. Ils avaient d'autant plus raison que les trains Paris-Lille et Paris-Dunkerque étaient assez souvent bombardés par l'aviation alliée. Nous avions d'ailleurs constaté que le train que nous avions pris comportait, en tête et en queue, deux wagons plateforme, équipés de canons antiaériens servis par des artilleurs allemands


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |