histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Baccalauréat et Kommandantur
par Ch' Zio le, 14/06/2006  

In juillet 1944, in a été convoqué au Collège de Béthune pour passer les épreuves du bac.
Tout étot déjà désorganisé et i n'i avot pus d'autobus pour aller à Béthune et in avot peur de s'faire voler nous vélos si in les laissot trois jours dins l'cour du collège. Alors in i est allé à pied (Bruay-Béthune : 9 km) et l'internat du collège a rouvert pour nous prindre in charge.

A la fin de ch'l'examen, in arvénot à quatre, sac au dos, pas l'même quémin, l'route nationale 41. Mais vla qu'in rincontre eine patroulle allemande qui nous prind pou des "terroristes". I n'parlotent pas français, et l'seul d'nous quatre qui avot fait allemand deuxième langue n'arrive pas à leu expliquer nous cas. Alors i nous arménent à l'Kommandantur d'Béthune. Là, ch'l'hauptmann i parlot français et, comme in avot gardé nous convocations au bac,
i vot bin qu'in est pas des "résistants" et i nous laiche arpartir.

Chu qu'in a fait. Mais, trois kilomètres plus loin, in rincontre eine aute patroulle allemande qui n'veut rien intindre et qui nous armène à l'Kommandantur. In nous veyant arvenus, ch'l'hauptmann et ches fridolins d'service i ont eu eine franche rigolade. Ch'capitaine i nous a dit qu'ch'étot pas la peine d'arpartir insonne, parce que, dins deux heures, in s'rot arvénus. Alors i nous a r'laché un par un toutes les demi-heures.

J'sus arvénu par des pétites routes in d'sous d'Hesdigneul, pis j'ai passé par Haillicourt pour argagner l'gare d'Bruay, pis m'maison. Et j'ai pus rincontré d'patroulle.

Malgré toutes ches contrintes d'la guerre in n's'est pas démontés. Bien que ch't'année là ch'est pas à cause du C.P.E. qu'in avot perdu deux mos d'cours, mais à cause des bombardemints d'Béthune qui avotent conduit l'administration à évacuer ch'collège fin avril et à nous faire continuer nos cours par correspondance avec nos professeurs. Mais in voulot s'in sortir et in avot travaillé à mort (i faut dire aussi qu'i n'i avot pas gramint d''distractions à l'époque, chu qui nous a aidés). Ches quatre bruaysiens pris pour des "terroristes" i z'ont eu trois mentions "très bien" et eine mention "bien" à leu bac qui leu z'ont permis d'avoir des bourses et, in octobre 1944, d's'artrouver tous les quatre dins les classes péparatoires aux grandes écoles du Lycée Faidherbe de Lille.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |