histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Baccalauréat et Kommandantur
par Ch' Zio le, 14/06/2006  

In juillet 1944, in a été convoqué au Collège de Béthune pour passer les épreuves du bac.
Tout étot déjà désorganisé et i n'i avot pus d'autobus pour aller à Béthune et in avot peur de s'faire voler nous vélos si in les laissot trois jours dins l'cour du collège. Alors in i est allé à pied (Bruay-Béthune : 9 km) et l'internat du collège a rouvert pour nous prindre in charge.

A la fin de ch'l'examen, in arvénot à quatre, sac au dos, pas l'même quémin, l'route nationale 41. Mais vla qu'in rincontre eine patroulle allemande qui nous prind pou des "terroristes". I n'parlotent pas français, et l'seul d'nous quatre qui avot fait allemand deuxième langue n'arrive pas à leu expliquer nous cas. Alors i nous arménent à l'Kommandantur d'Béthune. Là, ch'l'hauptmann i parlot français et, comme in avot gardé nous convocations au bac,
i vot bin qu'in est pas des "résistants" et i nous laiche arpartir.

Chu qu'in a fait. Mais, trois kilomètres plus loin, in rincontre eine aute patroulle allemande qui n'veut rien intindre et qui nous armène à l'Kommandantur. In nous veyant arvenus, ch'l'hauptmann et ches fridolins d'service i ont eu eine franche rigolade. Ch'capitaine i nous a dit qu'ch'étot pas la peine d'arpartir insonne, parce que, dins deux heures, in s'rot arvénus. Alors i nous a r'laché un par un toutes les demi-heures.

J'sus arvénu par des pétites routes in d'sous d'Hesdigneul, pis j'ai passé par Haillicourt pour argagner l'gare d'Bruay, pis m'maison. Et j'ai pus rincontré d'patroulle.

Malgré toutes ches contrintes d'la guerre in n's'est pas démontés. Bien que ch't'année là ch'est pas à cause du C.P.E. qu'in avot perdu deux mos d'cours, mais à cause des bombardemints d'Béthune qui avotent conduit l'administration à évacuer ch'collège fin avril et à nous faire continuer nos cours par correspondance avec nos professeurs. Mais in voulot s'in sortir et in avot travaillé à mort (i faut dire aussi qu'i n'i avot pas gramint d''distractions à l'époque, chu qui nous a aidés). Ches quatre bruaysiens pris pour des "terroristes" i z'ont eu trois mentions "très bien" et eine mention "bien" à leu bac qui leu z'ont permis d'avoir des bourses et, in octobre 1944, d's'artrouver tous les quatre dins les classes péparatoires aux grandes écoles du Lycée Faidherbe de Lille.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |