histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Botout l'saouleux
par bourdonb le, 29/08/2006  

BOTOUT L’ SAOULEUX
poème de Jules Mousseron


Y-a-t-i quéqu'un d' pus malhéreux
Qu'eun' femm' qu'ail' marie un ivronne ?
Y-a-t-i pus vilain qu'un buveux
Qui rintr' saoul chaqu' jour à s' maisonne ?

Un gaillard qui-avot ç' défaut-là,
Ch'tot Botout, l'homme à Philomène.
Quand i touchot s' quinzain', recta,
I buvot pindant eun' sémaine.

S' pauv' femm', Mémèn', comme in l'app'lot,
Allé a bin eu du mau pou vive.
Pindant qu' sin homme i brissaudot,
Follot qu'ail' vach' fair' des lessives.

Pourtant, alle a eu six infants,
Tertous bin él'vés, grâce à elle.
Aussi, all' tot vielle avant s' temps,
Usée d'avoir té à l' cuvelle.

All' n'a vécu qu' dins les tourmints.
Si ses mioch's n'ont point eu d' misère,
Ch'est qu' Mémène, a' n' mingeot à s' faim
Qu'au momint d' l'arrachach' peun'-tierre.

Mais ses infants, ils ont grandi ;
Les mauvais jours i-ont été oute.
Tout l' monne a ouvré p'tit à p'tit.
A ch't' heur', les v'zà mariés tertoutes.

Ses fill's et ses garchons, bons fieux,
Sont pleins d' soins pou maman Mémène.
Ch' t' à ch'ti qui l' dorlot'ra d' sin mieux,
Par mill' douceurs, ils l'intrétiennent.

Ç' bonn' femm', qui a tant chamaillé,
Trouve in ses infants s' récompinse.
Quant à s'n homm', li, i-a continué
A boir' pus in pus, à fair' guinse.

Pou cha, Mémèn', cha li-est égal ;
All' n'est point veuv', mais ch'est tout comme.
Ses infants l'aim'nt : ch'est l' principal.
A' n' sait pus si alle a un homme.

All' veut bin préparer les r'pas
Pour euss's deux, car ch'est eun' Bonn' femme ;
Mais si s'n homme i s' saoule et n' rintr' pas,
Mémène all' minge, et... bon tout d' même !

Eun' fos, vers onze heur's du matin,
Mémèn', tout' seule eddins s' cahute,
Pleumot ses peun'-tierr' tranquill'mint
Pou l' dîner, comme à l'habitute.

Assis' su s' tiot' kéïère ed bos,
Allé ouvrot in rêvant, l' bonn' vielle.
S' peun'-tierre pleumée, allé et jétot
Dins l' seyau d'iau à côté d'elle.

V'là qu'i rintre un homme à s' maison,
Et ç't homme avot l'air bin in peine.
Tout pâle, i trannot, l' pauv' garchon,
In s'approchant del Bonn' Mémène

« bonjour, Madam’, excusez-moi,
D'entrer chez vous ell camarade.
C'est pour vous dire un' trist' saquoi
Monsieur Botout est bin malade.

Bali ! répond l' vielle in continuant
D'éplucher ses pétot's, sans fièvre,
Botout i-est malate ? Et d'pus quand ?
Ç' matin, i-a cor bu deux grands g'nièvres.

Non, Madam', ne vous frappez pas...
Il n'est pas malad'... Je m'explique :
Il est bien blessé, en tout cas. »
L' vielle a' n' boug' point, non pus qu'eun' brique.

All' rest' su s' kéïèr' comme un bloc,
Pluche eun' peun'-tierr', sans arnicroche,
Pis l' jett' dins l'iau, et cha fait « floc ».
In n'intind qu' cha, et l' grande horloche.

« Prenez vot' courage à deux mains,
Madam', c'est malheureus'mint grave
Botout, au cabaret, ç' matin,
Est... tombé dans le fond d' la cave.

Hein, queu malheur, i-étot cor saoul ?
Ç' sal' buvatier n'in fait point d'autes ! »
Et Mémèn', pas ému' du tout,
Dins l' seyau jett' cor eun' pétote.

Madam', j'ai un' bien trist' mission ;
Mais, calmez-vous, je vous en prie.
N' vous souciez pas d' mon émotion.
Ah ! c'est bien peu d' chos' que la vie

Oui, Monsieur, ch'est la vérité.
Mais cha va s' passer, fait's sissite ! »
« Floc ! » cor un peun'-tierre ed pleumé ;
In l'intind kéir dins l' marmite.

« Madam', n' vous frappez pas ainsi...
Mon Dieu..., vous n'êt's point seule in peine.
Je suis bien éprouvé aussi.
On a tertous chacun les siennes.

Mon grand-père est mort y-a longtemps.
C'est trist', car i pouvait s' remette.
Le pauvre homme à quatre-vingts ans
Pouvait cor dormir sans lunettes.

Mais, pour vous, c'est bien plus navrant...
Botout... dans sa chut'... sur un' tonne...
J' comprinds ! Ch'est cor pour mi, l' pals'-temps.
Ah ! i-ara cor eun' prop' marronne !

Madam', c'est bien plus triste encor...
N' vous effrayez pas, soyez brave Boistout...
votr' pauvr' mari... est mort
En voulant vider tout' la cave !

- Mort !... Pourtant ch'tot un bon buveux !
I n' d'étot point à s' premièr' cuite !
Mort ! Ej cros bin qu' ch'est malhéreux !
Mais i fallot mé l' dir' pus vite.

V'là eune heur' qué vous torténez.
Vous m'arot's dit tout d' suit' l'affaire !
J' vas êtr' tout seul' pou mi dîner
J' n'aros point pleumé tant d' peun'-tierre.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |