histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  TELEPHONE et FACTEURS partie 2 (29/09/2020)
  Papa et sin gardin (26/09/2020)
  LA POSTE de BRUAY partie 1 (22/09/2020)
  Firestone (20/09/2020)
  départ en carette (20/09/2020)
  LES NOUNOURS (11/09/2020)
  BERCK 2020 SOUVENIRS (03/09/2020)
  ESCURSION IN BELGIQUE (27/08/2020)
  au temps du bio, du qui sont ... (25/08/2020)
  pour alimenter radio coron ... (23/08/2020)
  MIN PREMIER PICHON 3ieme partie (14/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY partie 2 (07/08/2020)
  PEQUE A SAINT VALERY 1ere partie (04/08/2020)
  Cocu (03/08/2020)
  LES COUPS (31/07/2020)
  Bruay en Artois 1935 (26/07/2020)
  bibilolo de Saint Malo (26/07/2020)
  VOYETTES partie 2 (23/07/2020)
  VOYETTES partie 1 (20/07/2020)
  EPILOGUE : LES COMMERCANTS (08/07/2020)
  PARFUMERIE DELERCE (02/07/2020)
  Jacqueline la bienfaitrice (28/06/2020)
  VETEMENTS MARCHAND FRERES (26/06/2020)
  LE CINÉMA CASINO (22/06/2020)
  IN ARRIVANT AU CERCLE (19/06/2020)
  cha a bien cangé (16/06/2020)
  DU BALATUM OU DU LINO (13/06/2020)
  IN VA CANGER L TAPISSERIE (08/06/2020)
  DERNIERS COMMERCANTS AVANT LE LYCEE (01/06/2020)
  LIBRAIRIE POINT VIRGULE (28/05/2020)
  VERMELLE et DUCOURANT (23/05/2020)
  El doctor et s'passiente (20/05/2020)
  PATISSERIE BOUCLY (19/05/2020)
  Sujet fille de : retour de Merlimont 72 fin (11/05/2020)
  El confinemint (10/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 fin (09/05/2020)
  retour Merlimont fin aout 1972 (09/05/2020)
  100 ZARTIQUES (02/05/2020)
  siffler ou siffloter ? (26/04/2020)
  La lampe au chapeau (23/04/2020)
  MEDICAMINTS D AVANT partie 2 (22/04/2020)
  la télé et le confinache ... (22/04/2020)
  Abalourd a les pieds lourds (18/04/2020)
  ch' confinache (15/04/2020)
  PHARMACIE DUBOIS (14/04/2020)
  CONFINACHE (08/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 2 (04/04/2020)
  Quo qu in mingeot dins ches corons partie 1 (31/03/2020)
  asquident à mobylette (30/03/2020)
  à vos masons (29/03/2020)
  UN VIUX pinsées filozofiques (25/03/2020)
  BOITE A TOUBAQUE (23/03/2020)
  BRIQUETS (20/03/2020)
  TINCHON quincaillerie (11/03/2020)
  SPAR INGELAERE le billet a commissions (04/03/2020)
  LEROY Tissus et Rideaux (29/02/2020)
  Précisions concernant des messages trouvés dans le livre d'or (25/02/2020)
  i vont arvenir ch'est sur .... (23/02/2020)
  CHALMIN (22/02/2020)
  un joyeux anniversaire (20/02/2020)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mememarie ( 02/08/2020)
Bonjour, Je découvr...
 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Botout l'saouleux
par bourdonb le, 29/08/2006  

BOTOUT L’ SAOULEUX
poème de Jules Mousseron


Y-a-t-i quéqu'un d' pus malhéreux
Qu'eun' femm' qu'ail' marie un ivronne ?
Y-a-t-i pus vilain qu'un buveux
Qui rintr' saoul chaqu' jour à s' maisonne ?

Un gaillard qui-avot ç' défaut-là,
Ch'tot Botout, l'homme à Philomène.
Quand i touchot s' quinzain', recta,
I buvot pindant eun' sémaine.

S' pauv' femm', Mémèn', comme in l'app'lot,
Allé a bin eu du mau pou vive.
Pindant qu' sin homme i brissaudot,
Follot qu'ail' vach' fair' des lessives.

Pourtant, alle a eu six infants,
Tertous bin él'vés, grâce à elle.
Aussi, all' tot vielle avant s' temps,
Usée d'avoir té à l' cuvelle.

All' n'a vécu qu' dins les tourmints.
Si ses mioch's n'ont point eu d' misère,
Ch'est qu' Mémène, a' n' mingeot à s' faim
Qu'au momint d' l'arrachach' peun'-tierre.

Mais ses infants, ils ont grandi ;
Les mauvais jours i-ont été oute.
Tout l' monne a ouvré p'tit à p'tit.
A ch't' heur', les v'zà mariés tertoutes.

Ses fill's et ses garchons, bons fieux,
Sont pleins d' soins pou maman Mémène.
Ch' t' à ch'ti qui l' dorlot'ra d' sin mieux,
Par mill' douceurs, ils l'intrétiennent.

Ç' bonn' femm', qui a tant chamaillé,
Trouve in ses infants s' récompinse.
Quant à s'n homm', li, i-a continué
A boir' pus in pus, à fair' guinse.

Pou cha, Mémèn', cha li-est égal ;
All' n'est point veuv', mais ch'est tout comme.
Ses infants l'aim'nt : ch'est l' principal.
A' n' sait pus si alle a un homme.

All' veut bin préparer les r'pas
Pour euss's deux, car ch'est eun' Bonn' femme ;
Mais si s'n homme i s' saoule et n' rintr' pas,
Mémène all' minge, et... bon tout d' même !

Eun' fos, vers onze heur's du matin,
Mémèn', tout' seule eddins s' cahute,
Pleumot ses peun'-tierr' tranquill'mint
Pou l' dîner, comme à l'habitute.

Assis' su s' tiot' kéïère ed bos,
Allé ouvrot in rêvant, l' bonn' vielle.
S' peun'-tierre pleumée, allé et jétot
Dins l' seyau d'iau à côté d'elle.

V'là qu'i rintre un homme à s' maison,
Et ç't homme avot l'air bin in peine.
Tout pâle, i trannot, l' pauv' garchon,
In s'approchant del Bonn' Mémène

« bonjour, Madam’, excusez-moi,
D'entrer chez vous ell camarade.
C'est pour vous dire un' trist' saquoi
Monsieur Botout est bin malade.

Bali ! répond l' vielle in continuant
D'éplucher ses pétot's, sans fièvre,
Botout i-est malate ? Et d'pus quand ?
Ç' matin, i-a cor bu deux grands g'nièvres.

Non, Madam', ne vous frappez pas...
Il n'est pas malad'... Je m'explique :
Il est bien blessé, en tout cas. »
L' vielle a' n' boug' point, non pus qu'eun' brique.

All' rest' su s' kéïèr' comme un bloc,
Pluche eun' peun'-tierr', sans arnicroche,
Pis l' jett' dins l'iau, et cha fait « floc ».
In n'intind qu' cha, et l' grande horloche.

« Prenez vot' courage à deux mains,
Madam', c'est malheureus'mint grave
Botout, au cabaret, ç' matin,
Est... tombé dans le fond d' la cave.

Hein, queu malheur, i-étot cor saoul ?
Ç' sal' buvatier n'in fait point d'autes ! »
Et Mémèn', pas ému' du tout,
Dins l' seyau jett' cor eun' pétote.

Madam', j'ai un' bien trist' mission ;
Mais, calmez-vous, je vous en prie.
N' vous souciez pas d' mon émotion.
Ah ! c'est bien peu d' chos' que la vie

Oui, Monsieur, ch'est la vérité.
Mais cha va s' passer, fait's sissite ! »
« Floc ! » cor un peun'-tierre ed pleumé ;
In l'intind kéir dins l' marmite.

« Madam', n' vous frappez pas ainsi...
Mon Dieu..., vous n'êt's point seule in peine.
Je suis bien éprouvé aussi.
On a tertous chacun les siennes.

Mon grand-père est mort y-a longtemps.
C'est trist', car i pouvait s' remette.
Le pauvre homme à quatre-vingts ans
Pouvait cor dormir sans lunettes.

Mais, pour vous, c'est bien plus navrant...
Botout... dans sa chut'... sur un' tonne...
J' comprinds ! Ch'est cor pour mi, l' pals'-temps.
Ah ! i-ara cor eun' prop' marronne !

Madam', c'est bien plus triste encor...
N' vous effrayez pas, soyez brave Boistout...
votr' pauvr' mari... est mort
En voulant vider tout' la cave !

- Mort !... Pourtant ch'tot un bon buveux !
I n' d'étot point à s' premièr' cuite !
Mort ! Ej cros bin qu' ch'est malhéreux !
Mais i fallot mé l' dir' pus vite.

V'là eune heur' qué vous torténez.
Vous m'arot's dit tout d' suit' l'affaire !
J' vas êtr' tout seul' pou mi dîner
J' n'aros point pleumé tant d' peun'-tierre.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |