histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
juillet 1940 décempe 1940
par minloute le, 31/08/2006  

eune fo rintré , min père i m a armisse à l école mais cha a été eune catastrophe, d abord j' voulo pu aller à l école, pi j avo plus l' niveau
j avo plus l' niveau pasque min père, aprés l'déclaration del guerre en aout 1939, y m avo invoyé avec m' soeur, dins l' campane dans la creusse, dans une famile d' paysans que j' sais pas commint qui les avo connu
là bo, dins l' campane, l école chéto pas obligatoire, té voulo pas y aller, t y allo pas, pi pour eux chéto des bras en plus pour l' traval, malgré qu in a jamais été exploitées, et que ché gins i nous avottent ker, pasqu in éto polies m' soeur et mi et qu in les aido à faire l' vaisselle ou ch' ménache
pour nous aussi cha avo été un sacré momint d' vagances

pi min père mi avril i nous avo fait arvénir, pour li y avo pas plus d' danger qu avant, donc in rintrant i a pas eu l' temps d' vire ou d' savoir qu in avo pu été à l école d' puis un bon momint

trouver du traval chéto rapite, min père i m a dit ah té veux pu aller à l école , bin j' va t' trouver du boulot, cha a duré quo , eune demie journée, m' mère ale avo croisée sul' palier deux dames qu ale zhabitotent in face ed ché nous et qui travaillotent dans eune usine ed biscuit'rie , et bin j éto imbauché l' soir meme pour commincher l' lend'main

par rapport à pétain, in éto comme tout l' monte , in espéro au début , pi min père, qui éto quand meme communisse, i a vite pris ces distances avec ch' viu comme il l app'lo

les restrictions ché vite arrivé, autant d'pain par personne et par mois , parel pour el viante , pour tout in fait
c' qu in mingeo chéto souvint eune soupe, oh i avo toudis des légueumes ou des épluchures ed dins, i a fallu s habituer à minger moins, à minger beaucoup moins varié, et souvint qu in savo pas au matin quand qu on parto au traval c' qu in allo minger l' soir in rintrant
pour l' midi , i suffiso d un bol d' soupe, pi y avo tous ché biscuits , in avo l' dro d ' printe ceux qui étotent cassés pour les minger, mais faut dire à arnifler toute l' matinée et tous les jours l' meme odeur d' biscuit caud, à forche t as moins invie d' minger , comme si tes narines i mingeotent at' plache


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 14 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |