histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les prisonniers en al'mane durant la guerre
par minloute le, 02/09/2006  

là ché l' récit d un ancien bruaysien,Louis, que sin père a quitté bruay vers 1937 pour habiter définitiv'mint marsele

tiens un tchiot artour in arriere, sin père à Louis i habito bruay avant l'premiere guerre mondiale, i a parti au front, du qui a été blessé et là i a été conduit vers l hopital ed marsele du qui a rincontré durant s' convalescence eune jeune femme qu ale donno un coup d'main aux zinfirmieres, marie qu ale s appelo et aprés la guerre i s'sont mariés et sont v'nus viffe à bruay
en 1937 i décitent d 'artourner à marsele du que sin bio pere qui teno eune usine ed fabrique ed limonate, cha s invente pas cha, sin bio père voulo printe es retraite, entre temps, Louis qui éto né en 1921 , accompane ses parints dans l' sute

"j a du aller en al'mane , pasque chéto l' sto, l' service ed traval obligatoire, in travaillo dans eune usine , et là i a eu des sabotaches, faut dire qu in travaillo j' va pas dire à not' rythme cha s'ro faux, mais ché contremaites , enfin ceux qui s occupotent ed nous i connaissotent pas bin ch' boulot alors in pouvo gruger, mi j éto fraiseur sur machine
et in vivo dans des conditions acceptapes , jusqu au jour du qui a eu un gros probleme ed fabrication , chéto en 1944, aprés l' débarq'mint, j' cro qu in a du faire les cons, pasqu in éto ptete euphorique, l' nouvelle ale avo filtrée que l' débarquemint i éto fait, d ailleurs in voyo et in subisso d' plus en plus d' bombard'mints et i avo pas eune journée d' traval du qui avo pas eune alerte
donc i a eu des sabotaches, et chéto dim' n atelier, in a été archu par des gens d' la guestapo, et là in a passé un sale quart d heure (grand silence)
et aprés i nous ont invoyé en prison, chéto pres d' munich, et là j a un souv'nir (et s' vo ale s inroue et ses zius i sont plein d' larmes) in a été conduit dans eune grante gare, j' sais pas si chéto l' gare principale d' munich, et là avant d' monter dins ché wagons, in a vu (grand silence) in a vu des épouvantales qui travaillotent l' long del vo, avec eune espèce ed tenue, qui t'no du pyjama, des gens faméliques, des fantomes , ouais ché cha des fantomes, in a su aprés l' guerre que chéto des commandos détachés du camp de dachau

in a passé eune paire ed mos infreumés, dans un espece ed camp, chéto pas un camp d extermination, nan in avo à minger, in a artrouvé là aussi , des soldats francais qui étotent cor prisonniers d' puis la débacle ed 1940

pi cha a été l' brin total, in mingeo d' moins en moins bien, les r'pas cha c est espacé , in avo pu à la fin qu in r'pas par jour , et là in a été libéré ou plutot i nous ont mis sul' route, et là in éto pas fiers, entourés par des soldats armés , et pi l' soir i nous ont parqué dans un champ et l' lend'main quand qu on s a réveillé i avo plus personne pour nous garder i zétotent tous partis alors nous in a été s' camucher dans eune foret pas loin, in éto un groupe d eune vingtaine ed personnes, in i a passé eune dizaine ed jours, à minger c' qu in pouvo minger , à grapiller dans ché cinses qui étotent prés des bos, pi un jour in a vu des chars sul' route in bas, in' a un qui a dit ché pas des zal'mints cha, in s a approché au bout d eune heure, chéto des francais
alors là (grand silence )

et s ' femme al' poursuit avec s' n accent d' marsele, lorsque louis est revenu chez lui, sa mère m a dit qu il n arrivait pas à dormir dans un lit, c était trop moelleux, il dormait par terre sur le plancher


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |