histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la guerre de 1940
par minloute le, 02/09/2006  

récit d un bruaysien toujours vivant sur la période de 1940

"j éto mobilisé dans l infanterie, j éto caporal, in a été invoyé en lorraine, que des ptits villaches que j avo pas artenu ché noms à l époque, mais que j ai artrouvé eune fos la guerre terminée
chéto un sacré touillache, les zal'mands i zattaquotent à eune vitesse, des tirs d' artillerie, ché avions dans l' ciel, in a bin vite plus vu qu eux , cha sinto l' roussi, mais i fallo colmater les breches, i fallo t'nir pasque derriere nous les zarmées is' reconstituotent et in devo courber l échine, ché cha l' mot courber l échine

cha a été un momint bin pénipe, pasqu in sinto qu' nos chefs sul' terrain i zétotent dépassés, i nous donnottent des ordes , pi des contre ordes
j' me souviens qu in coup i nous ont fait faire des tranchées sur eune colline , toute eune journée, et in intindo au fond l' cannonate, et tout au long del journée , i fallo pas et' sorti d' saint cyr pour s' rinde compte que ch'bruit is ' rapprocho , in avo presque fini ché tranchées, contre orde , in devo décrocher et s arplier sur eune position plus en r'trait du qu in s'ro plus fort , in a remballé et in s a mis in route, ch' capitaine i raviso s' carte souvint , in s a trompé deux fos, deux fos qu in a fait d' mi tour, deux fos qu in a perdu du temps , pi in a senti que cha s' rapprocho derriere nous in avincho pu que par les sous bois, pasqu i avo les zavions al'mants qui arrétotent pas d' passer dans les paraches , et meme un coup juste au d' sus d' nous , in a attindu la nuit pour s'armette in route, pi au matin in éto mate, in éto dans eune foret quand que là cha a comminché à tirer tout pret, in éto tous apeurés faut l' dire, in auro jamais pensé qu' ché zal' mands i pourotent et' si prés d' nous, in voyo bin que l' ciel i éto survolé que par les zal'mands mais jamais in auro pensé qu' ché troupes à pieds i so si près achteure , in a archu des tirs ed mortier, j' me souviens bin in éto dans un sentier assez larche, un sentier du qu on pouvo avincher à deux d' front , et là chéto sur i nous avottent arpérés, in s in a pris dins l' guiffe....
ch' capitaine i nous dijo d accelerer, pas facile avec not' bardache et nos bandes mol'tieres et ch' fusil in plus, in avo caud , terripe
pi j' me souviens à un momint ché tombé juste à coté d' mi, j a sinti que chti qui éto à coté d'mi i s arreto, pi i a quéu par terre , mi j' m éto arrété pour vire s' qui avo, i éto mort, j l a vu tout d' suite et là i a un gradé qui m' a dit caporal D. caporal D , il est mort , avancez , ne restez pas là, il a du me le dire plusieurs fois, j étais resté pétrifié sur place, puis je suis revenu à la vie si in peut dire, et j a arpris m' course en avant , oh in a pas été loin, i nous zattendotent cal'memint , in a tombé dans eune embuscate et in a du tous es' rende
i nous ont conduit en convoi jusqu à eune ville que j' connaisso pas alors chéto vézélise , et à l endroit du qui nous ont parqué, contre ch' mur d eune mason, i avo eune publicité peinte sur ché briques, vantant les mérites del' biere vézélise
aprés in a été em'né en al'mane, mais à mon r'tour al' fin d' la guerre , j m a documenté , j a artrouvé sur eune carte l' nom des tchiots villaches du qu on avo passé , et depuis ch' temps là j a jamais bu eune biere vézélise ...ché drole nan "


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |