histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
l'impôt oeuf en 1918
par Marie-Claire le, 17/09/2006  

Pendant la grande guerre , les récoltes en tout genre n'étaient pas laissées intégralement à leurs jardiniers et les kommandanturs avaient aussi instauré un impôt "oeuf", dans les villes occupées
chaque agriculteur ou particulier possèdant un poulailler devait fournir mensuellement un nombre d'oeufs aux autorités occupantes

Seul les mineurs étaient exemptés de cet impôt si ils ne possèdaient pas plus de 5 poules pondeuses
il faut savoir que l'occupant avait besoin du travail des mineurs, le mineur avait donc quelques "privilèges" , j'ose à peine écrire ce mot, disons qu'il avait droit à quelques rations supplèmentaires quant à tout ce qui était nourriture

Il est bien sur interdit de prendre en pension les poules d'amis non mineurs .....
toute infraction est passible du conseil de guerre et d'une amende ...
en mai 1918 le nombre de poules par travailleur est limité à 10, ce qui implique le sacrifice des excèdents, mais en juin il est interdit de tuer ou vendre les poules au-delà de 10, les excèdents sont donc pour les autorités allemandes
et pas plus d'un coq pour 10 poules ..

J'ai lu celà dans un livre passionnant, je vous raconte juste cette histoire d'oeufs qui peut paraitre anecdotique, mais l'accumulation de ce genre de choses reflète bien le climat qui devait règner et peser à l'époque sur la vie quotidienne et je dirais que l'on ne lit pas tout celà dans les livres d'histoire

Ce livre je vous le recommande chaudement si vous voulez vous faire une idée très précise de la vie dans le bassin minier et du travail dans les mines, sous l'occupation, pendant la première guerre mondiale, on y trouve également de très nombreuses photos
Ch'Zio nous l'avait déjà recommandé, moi je l'ai acheté à Lewarde, mais il doit être en vente sur le site de la voix du Nord

TRANCHEES ET BOWETTES de Pierre THOMAS aux éditions La Voix du Nord


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |