histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Document sans titre

le galibot devenu ingénieur
le : 13/12/2007 par : kiki

Augustin Viseux , le galibot devenu ingénieur

Apprenti maçon, puis galibot, élève de l’école de Douai, M. Augustin Viseux est devenu maître mineur, puis ingénieur terminant sa carrière en 1970 comme ingénieur en chef.
Il a connu les journées de douze heures, les longues veilles quand, ayant étudié deux heures après le poste éreintant, il faisait les devoirs qui lui permettraient de passer l’examen d’entrée à Douai.
De la mine. M.Viseux a connu les chantiers poussiéreux (il est silicosé a 100 %) les galeries boisées et les tailles mécanisées, mais aussi les boiseries sobres des bureaux centraux où il accéda.
Il est fier de l’amitié que lui ont témoignée, jeune ingénieur, des cadres supérieurs, que ne lui ont pas ménagée des centaines d’ouvriers mineurs. Il est plus heureux encore d’avoir su commander en n’infligeant que de rares amendes, grief syndical si souvent évoqué.
Résistant à libé-Nord , il pourvoit ses camarades en poudre qu’il prélève sur d’énormes bombes qu’il désamorce dans les ruines de Lens. Malade en 1959, il tourne le dos à la mort. Il croit à la volonté, au désir de vivre. Maintenant encore, chaque jour il s’instruit, apprend, après avoir longtemps participé, comme président national des Médaillés du travail.
C’est tout naturellement que quelqu’un instruit son dossier d’entrée dans la légion d’Honneur. Il est actuellement commandeur de l’Ordre et administrateur départemental de la Société d’Entr’Aide de cette élite.
La mine, celle d’hier, celle d’avant-hier, il l’aime, se passionne encore pour elle, riche de souvenirs qu’il évoque avec une rare précision. La conclusion d’un long entretien n’en est que plus bouleversante : « J’aurais voulu ne pas assister à la fin du charbon… ».

Voix du Nord 22 Dec 1990.


 

Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |