histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Document sans titre

le galibot devenu ingénieur
le : 13/12/2007 par : kiki

Augustin Viseux , le galibot devenu ingénieur

Apprenti maçon, puis galibot, élève de l’école de Douai, M. Augustin Viseux est devenu maître mineur, puis ingénieur terminant sa carrière en 1970 comme ingénieur en chef.
Il a connu les journées de douze heures, les longues veilles quand, ayant étudié deux heures après le poste éreintant, il faisait les devoirs qui lui permettraient de passer l’examen d’entrée à Douai.
De la mine. M.Viseux a connu les chantiers poussiéreux (il est silicosé a 100 %) les galeries boisées et les tailles mécanisées, mais aussi les boiseries sobres des bureaux centraux où il accéda.
Il est fier de l’amitié que lui ont témoignée, jeune ingénieur, des cadres supérieurs, que ne lui ont pas ménagée des centaines d’ouvriers mineurs. Il est plus heureux encore d’avoir su commander en n’infligeant que de rares amendes, grief syndical si souvent évoqué.
Résistant à libé-Nord , il pourvoit ses camarades en poudre qu’il prélève sur d’énormes bombes qu’il désamorce dans les ruines de Lens. Malade en 1959, il tourne le dos à la mort. Il croit à la volonté, au désir de vivre. Maintenant encore, chaque jour il s’instruit, apprend, après avoir longtemps participé, comme président national des Médaillés du travail.
C’est tout naturellement que quelqu’un instruit son dossier d’entrée dans la légion d’Honneur. Il est actuellement commandeur de l’Ordre et administrateur départemental de la Société d’Entr’Aide de cette élite.
La mine, celle d’hier, celle d’avant-hier, il l’aime, se passionne encore pour elle, riche de souvenirs qu’il évoque avec une rare précision. La conclusion d’un long entretien n’en est que plus bouleversante : « J’aurais voulu ne pas assister à la fin du charbon… ».

Voix du Nord 22 Dec 1990.


 

Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |